Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:21

 

Laissée momentanément de côté, nous reprenons ici l’illustration de quelques plantes du paysage urbain, pour la plupart d’entre elles introduites de longue date en Tunisie. 

 

 

 Casuarina equisetifolia  L.= filao à feuilles de prêle 

 

         Fam. : Casuarinacées

 

                BARTELS A. (1994)*** : 134

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°89

                OZENDA P. (1991) : 195

 

image0-25.jpg

Tunis, parc du Belvédère : nov. 96

 

image0-26.jpg

Détail : feuilles aciculaires et fruits

 

numerisation0001.jpg

Ressas nov;1997

 

 

Cet arbre est originaire d’Australie et de Malaisie. Il est répandu  dans la plupart des pays exotiques. Introduit en Tunisie, on l’observe fréquemment planté en bordure de routes, mais aussi dans des parcs ou même des jardins privés. Son nom latin Casuarina évoque les ressemblances que son feuillage est censé montrer avec le plumage de l’oiseau Casoar, gros oiseau coureur (dont le nom est d’origine malaise). Le nom d’espèce « equisetifolia » est simplement la traduction latine de « feuilles de prêles ». Le mot « filao » qui le désigne en français est repris de la langue malgache.

 

C’est un arbre dioïque, c’est-à-dire que fleurs mâles et femelles sont portées par des individus différents. Ses fruits, les strobiles, sont durs, ligneux et rugueux, rappelant les cônes des gymnospermes.

 

Salix babylonica L.= saule pleureur

 

               Fam. : Salicacées

 

COOMBES A.J. (1993 éd. franç.) : 292

POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 160

LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : 159

 

Si plusieurs espèces de saules méditerranéens sont citées dans les flores de Tunisie, ces arbres sont généralement cantonnés au bord des oueds et ne sont pas du tout familiers dans le paysage urbain de Tunis. Assez exceptionnellement nous avons rencontré, comme élément décoratif, une espèce introduite, le saule pleureur Salix babylonica.

Nous n’excluons pas, cependant, qu’il s’agisse plutôt du cultivar « Tristis » du saule blanc (Salix alba L.)  mentionné par POKORNY. Comme le saule pleureur, il possède de fins rameaux inclinés vers le sol.

 

 

Salix-babylonica-2-.JPG

  Tunis, El Menzah 5 : 26 octobre 2010

 

 

 

Quercus ilex L. = chêne vert ou yeuse : بلٌوط  (ballût)

 

 

            Fam. : Fagacées

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12, 13

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 118

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 67

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 163

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 72, 14

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°151

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = بلٌوط ballût

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 97, fig. 8A, pl. 35

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 202, 203

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.2-318

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 14, 15

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264, pl.19 fig.657

                RHAIEM N.  (1996) :

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 64, 65

 

 

image0-28-copie-1.jpg

Tunis, av. de la Liberté : déc. 96

 

 

numerisation0002.jpg

Tunis, av.de la Liberté déc. :96

 

 

Nous avions évoqué cet arbre dans un article précédent lorsqu’il a été question de la famille des Fagacées, et particulièrement des chênes (Quercus). Nous ne l’avions pas illustré car n’avions pas pris de photos de cette espèce dans les lieux où il pousse spontanément. On trouvera dans LE FLOCH et al. (1989) ouvrage référencé ci-dessus, toutes les précisions relatives à sa répartition géographique, sa biologie et son écologie. Les spécimens illustrés ci-dessus concernent des arbres d’alignement sur les trottoirs de l’avenue de la Liberté, une des plus grandes artères de Tunis, dans sa portion allant de la Place Pasteur jusqu’au croisement avec l’Avenue Hédi Chaker ; ce sont ensuite des Jacaranda qui prennent le relais. Nous pensons qu’il s’agit d’un cultivar de Quercus ilex issu des pépinières de la Municipalité de Tunis.

 

 

Ulmus campestris  L.= orme champêtre 

 

            Fam. : Ulmacées

 

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 149, 150

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°179

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 152, 153 (U. minor MILL.)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 16, 16

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 275, pl.20 fig.694

                RHAIEM N.  (1996) : (Ulmus)

 

image0-68.jpgTunis, Ariana : nov. 97

 

image0-69.jpg

  Tunis, Ariana : nov. 97

 

L’orme a parfois été utilisé comme arbre d’alignement comme c’est le cas dans certaine rue de l’Ariana, banlieue nord de Tunis. Ses feuilles « doublement dentées et inégales à leur base » (POTTIER-ALAPETITE, 1979-1981) sont très caractéristiques.

 

Le Safsaf, célèbre établissement de La Marsa, s’enorgueillit d’un arbre plus que centenaire ; il s’agit d’un orme (et non pas d’un peuplier comme pourrait le faire croire le nom de l’établissement).

 

 

 

  Carya cf. ovata (Miller) = hickory = pacanier 

 

               Fam. : Juglandacées

 

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 145

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 182-183

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°88

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 176, 177

 

Cet arbre, que nous pensons être très rare en Tunisie, a été planté par un particulier sur le trottoir, face à sa villa d’El Manar, banlieue nord de Tunis.

 

            image0-67.jpg

Tunis, El Manar : nov. 97

 

 

Phytolacca dioica L.= phytolaque bellombra 

 

          Fam. : Phytolaccacées

                BARTELS A. (1994) : 131

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°141

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 78

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 311

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 76

 

Originaire d’Amérique du Sud, il est assez fréquemment observé dans les diverses banlieues de Tunis. Comme l’atteste son nom, fleurs mâles et femelles sont portés sur des troncs différents. Nous reprenons ici partiellement la description qu’en donne POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : « Arbre dioïque puissant, atteignant 8-10 m. à tronc noueux énorme, à tête touffue, très feuillée…. Feuilles caduques à limbe oblong lancéolé, atteignant 15-20 cm, à pétiole bien développé, souvent rouge ainsi que la nervure principale. » Son feuillage dense procure naturellement une ombre très appréciée quand il faut se protéger des ardeurs du soleil.

 

           image0-72.jpg

Tunis, Khaznadar : 31 mai 97

 

           image0-73.jpg

Tunis, Khaznadar : nov. 97

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires