Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 08:51

 

Le mois de juillet n'est pas le plus propice pour l'observation des fleurs dans la campagne. Les randonnées ne reprendront qu'en octobre; et puis la sècheresse a sévi. Aussi  notre attention s'est-elle  reportée sur la flore urbaine. 

 

LES JARDINS

 

En ville et dans sa proche banlieue, les jardins et les parcs, les clôtures des villas n'ont rien perdu de leur attrait. Nous figurons ici certaines des plantes ornementales, les "classiques", le plus souvent observées. Elles ont déjà été évoquées dans de précédents articles.

 

1) Le bougainvillier : Bougainvillea glabra  CHOISY

 

 

 

 

bougainvillee.JPG

 

Bougainvillea glabra  CHOISY 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane 21 juillet 2013

 

Bougainvillea glabra' 

Bougainvillea glabra  CHOISY 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane 21 juillet 2013

 

bougainvillier-devant-la-villa-de-Suzanne.JPG 

 

Bougainvillea glabra  CHOISY

 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

2) l'hibiscus ou rose de Chine, Hibiscus rosa-sinensis L.

 

 

 

Hibiscus-rose.JPG

 

Hibiscus rosa-sinensis L

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

 

Hibiscus-rouge.JPG

 

Hibiscus rosa-sinensis L

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013   

 

3) le laurier rose, Nerium oleander L., une plante bien méditerranéenne. 



 

DSC01567.JPG


Nerium oleander L.

 

Laurier rose blanc à corolle simple

El Menzah 5  23 juillet 2011

 

 

 

      4) La dentelaire du Cap : Plumbago auriculata Lamk.

 


dosier4 1906


Plumbago auriculata Lamk.

Tunis quartier Notre-Dame : été 2011

 

DSC01564.JPG


 Plumbago auriculata Lamk.


     5)  Le lantanier commun : Lantana camara L.

 

 

eLantana-camara.JPG

 

Lantana camara

Cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

 

Cette dernière plante, dont le caractère invasif est notoire, s'est effectivement échappée des jardins et vient s'accoler sur les trottoirs à des arbres d'alignement, comme ci-dessous,  au pied d'un palmier.


 

Lantana-camara-au-pied-d-un-palmier-a-El-Menzah.JPG

 

Lantana camara en fruits au pied d'un palmier

 

LES TROTTOIRS


Sur les bordures des trottoirs de Tunis et de sa banlieue, mettant à profit les moindres anfractuosités, la vergerette de Bonard (Erigeron bonariensis L.) affirme sa suprématie pas réellement contestée par la présence fréquente d'amaranthes.


Erigeron-bonariensis-a-El-Menzah-5.JPG

 

Erigeron bonariensis L.

 

El Menzah, 27 juillet 2013


 

Erigeron-bonariensis---a-El-Menzah.JPG


 

Erigeron bonariensis L.

 

El Menzah, 27 juillet 2013


 

 

Amaranthus-cf.-lividus-L-JPG

 

Amaranthus  cf. lividus L.

 

El Menzah, 21 juillet 2013

 

Amaranthe-des-trottoirs.JPG

 

 

Amaranthus  cf. lividus L.

 

El Menzah, 21 juillet 2013

 


Cette vergerette de Bonard n'est pas encore trop concurrencée par sa cousine moins rugueuse, la vergerette du Canada (Erigeron canadensis L.) qui pousse déjà ses tiges droites et vigoureuses  et dont la florescence est plus tardive .  Toutes deux, originaires du continent américain, sont depuis longtemps naturalisées dans le bassin méditerranéen et au-delà.

 

Erigeron-canadensis---E.-bonariensis.JPG

 

      Erigeron bonariensis (à gauche) + Erigeron canadensis (à droite)

 

El Menzah, 27 juillet 2013

 

Erigeron-canadensis-e.JPG


Erigeron canadensis

Tunis,  30 juillet 2013


 

 


Erigeron-canadensis-h.JPG


enfilade d' Erigeron canadensis  

 

Tunis,  30 juillet 2013

 

D'ici un mois ou deux on verra fleurir cette vergerette du Canada.

 

Erigeron canadensis c


Erigeron canadensis : 9 octobre 2011

   

 

Egalement en bordure de certains trottoirs de la banlieue nord de Tunis (Ariana, El Menzah) une autre astéracée, déjà passablement desséchée,  la laitue scarole ( Lactuca serriola  L.) n'avait été observée par nous que depuis deux ou trois ans à peine; or, à présent, elle semble proliférer. Elle est aisément reconnaissable par les épines de sa nervure dorsale.


Lactuca-serriola-laitue-scarole.JPG

 

Lactuca serriola L.

El Menzah, 27 juillet 2013

 

Lactuca-serriola3.JPG

 

Lactuca serriola L.

 A noter les épines sur la nervure dorsale

 

dossier5-2178.JPG


Lactuca serriola L.


Autre plante des trottoirs assez banale, de la famille des Poacées (ex graminées) le chiendent pied de poule : Cynodon dactylon (L.).


 Cynodon-dactylon--L.-.JPG

Cynodon dactylon (L.)

Cité Mahrajane 27 juillet 2013


Cynodon-dactylon-chiendent-pied-de-poule.JPG


Cynodon dactylon (L.)


Cité Mahrajane 27 juillet 2013

 

LES CIMETIERES


Le recueillement auprès des êtres disparus ont porté nos pas au cimetière juif du Borgel* (face au quartier Montplaisir) puis  au cimetière musulman du Jellaz**, à la sortie sud de Tunis.

 

Le premier nous a montré un amoncellement inextricable  de broussailles rendant hasardeux le cheminement entre les tombes; ne cacheraient-elles pas quelque bête venimeuse ou des cavités dans lesquelles une entorse est toujours à craindre ? Ce danger de chute est avéré vu l'état de dislocation d'un très grand nombre de sépultures. La cause de ce délabrement macabre, plutôt que dans les ravages du temps, est à rechercher dans l'instabilité du sol humide, vaseux en profondeur, puisque ce terrain a été conquis sur le lac de Tunis encore tout proche. Les tombes les plus anciennes, simples dalles de marbre à même le sol, ont beaucoup mieux résisté aux contraintes du terrain.


TOMBES-DISLOQUEES-copie-1.JPG

 

  Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

Dracula es-tu là ?


Il y a cependant quelques allées principales où l'on peut circuler sans risque; nous les avons vues bordées en cette saison d'abondants pieds de carotte commune (Daucus carota L.).

 

Borgel--beaucoup-de-Daucus-dans-l-allee.JPG


Daucus carota L. 

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


carotte-sauvage-en-fruits.JPG

 

Fruits épineux visibles de Daucus carota L.


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Borgel--graines-de-carottes-sauvages.JPG

 

Fruits épineux visibles de Daucus carota L.

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

 

Le long de cette allée principale on voit plusieurs schinus à feuilles de térébinthe Schinus terebinthifolius Raddi parfois appelé poivriers roses, qui fournissent un bel ombrage. Leurs troncs sont parfois très noueux, tourmentés, parfois torsadés.


Borgel--Schinus-terebinthifolius.JPG

 

Schinus terebinthifolius Raddi

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Tronc-de-Schinus-terebinthifolius.JPG

 

tronc de Schinus terebinthifolius Raddi

derrière, les dalles funéraires anciennes, à même le sol


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

 

 

Le ricin est présent çà et là mais le plus surprenant c'est, en certaines parties en friche du cimetière, l'impression de se trouver face à une forêt tant est impressionnante la prolifération de jeunes pieds d'ailantes ou faux vernis du Japon (Ailanthus altissima (Mill.)), autre plante éminemment envahissante de la famille des Simaroubacées.


Borgel--foret-d-ailanthes.JPG

 

colonisation du terrain par Ailanthus altissima (Mill.)


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Borgel--Ailanthus-altissimus.JPG


 Ailanthus altissima (Mill.) à perte de vue

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


Le cimetière du Jellaz, beaucoup plus vaste, est adossé à une colline dont l'ossature est constitué de calcaire éocène (Yprésien) à Globigérines. Lors d'une courte visite nous avons noté qu'y ont été plantés des arbres d'essences variées. Bien sûr des cyprès (Cupressus sempervirens L.), mais aussi des rangées de Melia azedarach, d'assez rares Schinus terebinthifolius et quelques Tipuana tipu (Benth.).


cimetiere-du-Jellaz--les-deux-types-de-cypres.JPG


 Cupressusus sempervirens L.

cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

cimetiere-du-Jellaz--Schinus-terebinthifolia.JPG


    Schinus terebinthifolius Raddi

 

cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

A un étage plus bas de la végétation, plusieurs arbustes souples et élégants de tabac glauque (Nicotiana glauca Graham)  une autre plante invasive,  aux longues fleurs jaunes tubulaires, de la famille des solanacées.

 

cimetiere-du-Jellaz--Nicotiana-glauca.JPG


 Nicotiana glauca Graham

      cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

 

Pour finir cette brève énumération signalons, auprès de plusieurs tombes, des fourrés de belles de nuit (Mirabilis jalapa L.) ne montrant pas de fleurs à l'heure matinale de la visite. Nous ne savons pas si elles ont été expressément plantées par les proches des défunts où si elles ont trouvé là un terrain favorable pour leur dispersion spontanée.


Remarquons que plusieurs, sinon la majorité, des espèces citées dans cet article ne sont pas originaires de Tunisie; elles y ont été introduites et se sont acclimatées au cours des quelques derniers siècles qui nous précèdent. Il en est peut-être  de même du cyprès (Cupressus sempervirens), pourtant si méditerranéen, pour lesquels Le Floc'h et al. (2010) émettent des doutes quant à son "indigénat" tunisien.

 

__________________________________________________________________________________________

 

*  Feu l'historien Jacques Taïeb a consacré une étude approfondie aux cimetières israèlites de Tunis lisible sur le net :http://www.harissa.com/news/article/d%C3%A9c%C3%A8s-de-jacques-taieb-historien-tunisien-et-co-fondateur-de-la-shjt

 

**Concernant l'histoire des cimetières de Tunis, on pourra consulter également sur le web le tout récent article que leur a consacré  Hatem Bourial : http://www.webdo.tn/2013/07/26/connaissez-vous-les-origines-du-jellaz-et-des-autres-cimetieres-de-tunis/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

medhat 04/08/2013 01:42

Je me suis permis de partager votre blog sur cette page FB

https://www.facebook.com/groups/plantesdinterieuretjardinsTunisie/?hc_location=stream

Merci

medhat 04/08/2013 01:19

Magnifique ce blog , on est moins idiots en marchant dans les rues de Tunis ,toutes mes félicitations Bravo