Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 17:59

ANGIOSPERMES

 

Quelques Rafflesiacées, Fagacées et Urticacées

 

Fam. Rafflesiacées

 

Le genre Rafflesia, qui a donné son nom à la famille, a la particularité de comporter des espèces indonésiennes, telles que R. arnoldii R. Br. dont les fleurs géantes peuvent atteindre 1 mètre de diamètre et peser plusieurs kilos. Cette famille de plantes toutes parasites n’est représentée en Tunisie que par un genre et une espèce uniques, Cytinus hypocistis L.

 

Cytinus hypocistis L. = cytinet des cistes :

 

                BAYER E. & al. (1990)*** : 18, 19

                BENISTON NT &WS (1984) : 157

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 41

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 69

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 76, 78

                LE FLOC’H E. (1983) : 159

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 50, 51

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.10

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 30, 26

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 282, pl.21 fig.712

                SBF Tunisie 2006 : C. hypocistus subsp. ochraceus : 386 

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 72, 73

 

 

image0-70.jpg

                          Jebel Guitoun : 20 mars 98

 

Il parasite les plantes de la famille des cistes ; comme il puise ses ressources sur la plante parasitée à l’aide de suçoirs, il est dépourvu de racines et ses feuilles, sans chlorophylle, sont réduites à de simples écailles. Ses couleurs très vives attirent agréablement le regard. On a distingué différentes sous-espèces, chacune d’entre elles parasitant un type donné de cistacées.

 

Fam. Fagacées         

 

Quercus coccifera L.= chêne kermès = كشريد (kichrîd), بلّوط (balloute)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, chêne coccifère, بلّوط (balloute)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 36

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 119

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 67

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 69, 74

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = كشريد (kichrîd)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 100, fig. 8 A et B, pl. 35-36

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 220, 221

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.2-320

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 15, 15, fig. p.13

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 62, 63

 

numérisation0017

                        Raf-Raf 8 décembre 1996

 

 

image0-29.jpg

                           Région de Grombalia: 16 nov.2003

 

Par ses dimensions modestes,  ce type de chêne a plus l’apparence d’un arbuste que d’un arbre véritable. Ses feuilles persistantes sont finement bordées de dents épineuses. A noter les pointes sur les écailles de la cupule enveloppant la base du gland.

 

Quercus ilex L. = chêne vert ou yeuse = بلّوط  (balloute)

 

Cet arbre est présent dans la Dorsale  Tunisienne, à des altitudes dépassant les 400 m. Nous n’en avons pas pris de photo dans son milieu naturel. Cependant, une grande portion de l’avenue de la Liberté, une des artères principales de Tunis, est bordée de chênes que nous rapportons à Quercus ilex ou, très probablement, à un cultivar.  Il en sera question dans un article ultérieur consacré aux plantes cultivées, ornementales ou arbres d’alignement.

 

Quercus suber  L.= chêne liège = فرنان (fernane)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12, 13

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, فرنان (fernane)

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 117

                COOMBES A.J. (1993 éd. franç.) : 172

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 69, 14

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°293

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = فرنان (firnân)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 91, fig. 8A, pl. 34

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 220, 221

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 196, 197

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.6, pl.2-319

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 12, 14

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264, pl.19 fig.655

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 64, 65

 

 image0-27                                                   Région du Mornag : 16 nov. 97

 

 

P1000916 

Hammam Bourguiba   janvier 2oo8 : amas de liège 

 

 

P1000908

                                                   Hammam Bourguiba  janvier 2008 : amas de liège

 

Le chêne liège est abondamment représenté dans le nord-ouest tunisien, principalement dans la forêt dense d’Aïn Draham où il est exploité. Il devait autrefois recouvrir de bien plus vastes provinces où il subsiste à présent, comme dans la région de Mornag, sous forme de relique.

 

Fam. Urticacées

 

Parietaria diffusa MERTENS = P. officinalis auct. = pariétaire officinale = لبيدة (lbida) perce muraille 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 474

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, pariétaire officinale, لبيدة (lbida)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 38

                POLESE J.M. (1977) : n° 354 (P. officinalis)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 23, 21(P. officinalis)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 279 (P. officinalis)

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69

 

image0-60-copie-1.jpg

  Tunis, cimetière du Borgel : 6 mars 97

 

Parietaria-diffusa-1.JPG

                         Tunis quartier Belvédère  :  mars 2011

 

Parietaria-diffusa-2.JPG

                        Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

Cette plante affectionne les décombres ; ses feuilles sont alternes et non dentées. Bien qu’appartenant à la même famille que les orties, elles sont dépourvues de poils urticants.

 

 GENRE URTICA

 

Les orties n’ont pas bonne réputation. Autrefois en culottes courtes, les jeunes enfants apprenaient vite à reconnaître leur feuillage et à se tenir à distance de ces plantes urticantes aux piqûres douloureuses.

Pourtant elles possèdent des vertus médicinales connues depuis la plus haute antiquité. De plus, ses jeunes pousses servent à faire de délicieux potages et pourraient même se consommer crues en salade.

Pour éviter de polluer les sols par des engrais chimiques, on peut utiliser le purin d’ortie : son utilisation fortifie les plantes et les rendent plus résistantes aux maladies. Il peut servir aussi à éloigner certains insectes, en particulier les pucerons.

 

Urtica membranacea Poir. = ortie à chatons membraneux = حريقة (h’orriqa)

                           

                BARDIN P. L. (1899) : 473

                BAYER E. & al. (1990) : 14, 15 (Urtica dubia Forsk.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, حريقة h’orriqa

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37 (Urtica dubia Forsk.)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 222

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 19, 18 (Urtica caudata Vahl)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278, pl. 20, fig. 700

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69 (U. dubia Forsk.)

 

 

IMG_1114.JPG

 Tunis, quartier Belvédère : février 2011

 

Urtica-dubia3.JPG       épi mâle Um bis

 épi mâle : vue de dessus                                                                               épi mâle : vue de dessous

 

 

 

U.M Pied femelle                                                   Tunis, quartier Belvédère,:mars 2011 : pied femelle

 

IMG 1255

Tunis, quartier du Belvédère : épi femelle

 

 

Urtica membranacea = U. caudata = U. dubia est une espèce typiquement méditerranéenne.

Reconnaissable aux longues panicules de ses fleurs mâles, cette ortie peut présenter des formes dioïques ou monoïques. Dans la forme monoïque les épis femelles  de forme cylindrique sont en dessous des épis mâles. Pour la forme dioïque les épis mâles et les épis femelles sont sur des pieds distincts.

 

Urtica pilulifera L. = ortie à pilules = حريقة (h’orriqa)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 473

                BAYER E. & al. (1990) : 14, 15

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, حريقة (h’orriqa)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37

                LE FLOC’H E. (1983) : 73 =  حريقة (hurrîqa)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 222, 223 (U. pilulifolia)

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.12-373

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 20, 18, fig. p.19

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278, pl.20 fig.698

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69

 

image0-58 

                                                     Tunis janv.1997

 

 

 

 

 

 

Utica pilulifera 4 

                        route de Bizerte : mars 1997

                                     

Urtica pilulifera, appelée parfois ortie romaine, est une espèce méditerranéenne au feuillage particulièrement décoratif qui ne déparerait pas dans un massif ou dans une composition florale. Elle est facilement reconnaissable par ses fruits en boules.

 

Urtica urens L. = ortie brûlante ou petite ortie = حريقة (h’orriqa)

 

             BARDIN P. L. (1899) : 473

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, h’orriqa

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37

                CAREME Cl.  (1990) : 354, 355

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 18, 18

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278

                STARY F. (1992) : 204, 205

 

 

IMG 1246-copie-1

                                                        Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

 

 IMG 1248

Tunis, quartier Belvédère : mars 2011 

 

IMG 1244

Tunis, quartier Belvédère : mars 2011

 

   Cette espèce d’ortie possède des petites feuilles très urticantes. Ses fleurs, mâles et femelles, sont mêlées dans de petits chatons. Sa racine pivotante la différencie d’Urtica dioica L. aux racines étalées. Cette dernière, quatrième espèce d’ortie signalée dans les flores tunisiennes, n’a pas encore été identifiée par nous avec certitude.

 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires