Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:12

 


 

            

 

Cette famille de plantes est largement représentée en Afrique du Nord, en Tunisie tout particulièrement puisque, dans sa flore de Tunisie, POTTIER-ALAPETITE (1979)*** n’en recense pas moins de 92 espèces réparties dans une trentaine de genres. Le nombre de taxons s’accroît notablement si l’on devait, en plus, prendre en compte les nombreuses sous-espèces et variétés identifiées. Avec seulement 5 genres et 11 espèces reconnues notre incursion dans cette famille paraîtra, à juste titre, très modeste pour ne pas dire dérisoire.

Dans le cas le plus général, les fleurs sont hermaphrodites ; les feuilles sont opposées et jointives à leur base, leurs points d’insertion constituant autant de nœuds sur la tige.

 

Famille des Caryophyllacées

 

Dianthus cintranus BOISS. & REUT. subsp. byzacenus (BUROLLET) = œillet de Byzacène

 

POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :   D. gadinatus BOISS. subsp. byzacenus (Bur)

 

Dianthus-cintranus2.jpg

                                                     

                                                                                     Ghar el Melh fin avril 2007

 

 

image0-16-copie-1.jpg

              

 

Cette sous-espèce d’œillet d’une belle couleur pourpre est endémique de Tunisie.

 

Paronychya argentea  (POURR.) = paronyque argentée = قفة الفضة  (qoffa el foddha)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 189

                BAYER E. & al. (1990) : 22, 23

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, corbeille d’argent, قفة الفضة  (qoffa el foddha)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 48

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 81

                LE FLOC’H E. (1983) : 89 = تاي عربي (têi ‘arbi)

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.3-327

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 128, 90

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 318, pl.27 fig.815

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 78, 79

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 88, fig.187

 

paronychya_argent.jpg

                                 

                                                                     Environs de Grombalia : 10 mars 97

 

Paronychya-argentea-3.JPG

                        

                                                                                   Tebournouk , mars 2011

 

Les petites fleurs groupées en glomérules sont entourées de grandes bractées translucides qui cachent en grande partie les  feuilles. 

 

 

Silene coeli-rosa  (L.) = silène rose céleste = قسمير  (guesmir) :   

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, Eudianthe coeli-rosa, œillet rose du ciel

                CAREME Cl.  (1990) : 188, 193,قسمير  (guesmir)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 182, 121, fig. p.123

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 338, pl.30 fig.879

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 101, fig.210

 

 

 

 

Silene coeli rosa (3)

 

                                                                      Banlieue nord de Tunis, plage de Raouad 

 

silene coeli rosa

 

                                                                        Tunis, parc du Belvédère : 30 mai 1996 

 

Silene-coelirosa-.JPG

                         

                                                                            Colline de Raf-Raf : 30 mai 2010

 

Ces belles « grandes fleurs violacées et blanches au centre » (CAREME 1990), aussi bien  à Raouad qu’à Raf-Raf, ont été observées dans des sols sablonneux.

 

 

Silene colorata POIR.  = silène coloré = ديبلوت جيدة (dibloute jida)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 186

                BAYER E. & al. (1990) : 24, 25

                BENISTON NT &WS (1984) : 178

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9, ديبلوت جيدة (dibloute jida) 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 49

                CAREME Cl.  (1990) : 186, 187 = diblout jaida, guesmir ahmar

                GOUNOT M. (1995) : 140

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 126, 127

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.16

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 195, 128

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 340, pl.30 fig.885

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 78, 79

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 102, fig.212

 

Silene colorata

                                                   

                                                                                    Route de Korbous : fév. 97

 

Au début du printemps la campagne se couvre d'un tapis rose de Silene colorata, ponctué de petits soucis, de Chrysanthemum coronarium et autres plantes vernales.

Dans le genre Silene, c'est cette espèce qui est la plus présente en Tunisie.

 

 

 

 

numerisation0028.jpg

                        

                                                                                Jebel Ressas : fév.1997

  

 

Silene gallica L. var silvestris (LAMK.) = silène de France = قسمير (guesmir)      

 

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 186, 124

                CAREME Cl.  (1990) : 186, 187, قسمير (guesmir)

 

                        

 

silene-gallica2.jpg

                         

                                                               Tunis quartier du Belvédère mai 2010

 

Silene gallica1

                        

                                                                  Tunis quartier du Belvédère, mai 2010

 

 

 

La variété silvestris du Silene gallica est caractérisée par ses « pétales roses, sans tache » (POTTIER-ALAPETITE, 1979-1981). Nous en avons trouvé certains sur les trottoirs du quartier Belvédère de Tunis. D’un développement moindre que dans la campagne ses fleurs sont si discrètes qu’il passe presque inaperçu. Le calice est velu et comporte dix nervures. 


 

Silene gallica1                            

                                                                              El Haouaria : 27 mars 2011

 

Ce Silene gallica  a été remarqué au nord du Cap-Bon, dans les environs de la ville d’El Haouaria, lors d’une sortie organisée par l’AAB (Association des Amis du Belvédère), sortie dont l’objectif était la recherche d’orchidées et l’observation des vols de rapaces migrateurs. A l’endroit de la pause choisi comme le plus convenable pour guetter les rapaces est apparu, immobile sur une grosse pierre, l’insecte, une sorte de sauterelle assez bizarre, représenté ci-dessous. La photo en a été prise par Mme Najette Khefacha qui nous la communiquée et a bien voulu nous  autoriser à la publier dans ce blog. Peu versés dans l’entomologie, il nous a été difficile d’en proposer une diagnose précise. Des recherches sur Internet concernant les orthoptères (criquets, mantes, grillons…),  nous ont orientés vers la famille des Tettigoniidae, sous-famille des Ephippigerinae, caractérisée par des ailes très réduites. Nous avions d’abord pensé avoir affaire à l’éphippigère de la vigne, Ephippiger ephippiger (Fiebig) qui est, dans ce groupe, l’insecte le plus souvent mentionné. Cependant, cette dernière espèce est réputée être européenne ; de plus, l’éphippigère femelle possède un oviscapte (appendice abdominal en forme de sabre qui lui sert à déposer ses œufs) nettement plus long que celui qui apparaît sur notre photo, aussi pensons-nous  que notre insecte devrait plutôt se rapporter au genre Uromenus, sans qu’il nous soit possible de proposer une détermination spécifique. Notons cependant qu’une espèce d’Uromenus a bel et bien été découverte au Cap-Bon, il s’agit d’Uromenus (Steropleurus) nerii nerii (Vosseler, 1902) ; s’agit-il de notre spécimen ? Sans documentation concernant cette espèce il ne nous est pas possible d'en décider.

 

 

 

sortie-El-Haouaria-006.JPG

 

sortie El Haouaria 007

 

                                                                             El Haouaria : 27 mars 2011

 

 

Silene nicaeensis  ALL. = silène de Nice  

 

                BARDIN P. L. (1898) : 186

                BAYER E. & al. (1990) : 24, 25

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 199, 131

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 346 , pl 30, fig.910

 

Silene-nicaeensis.jpg

                          

                                                                          Tunis,route X :18 mars 97

 

Ce silène se reconnaît à ses pétales profondément échancrés.

 

 

Silene tunetana MURB. = silène de Tunisie :  

 

                CAREME Cl.  (1990) : 123 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 203, 133

 

silene-tunetana.jpg

                                                     

                                                                         Tunis, cité El Khadra : 31janvier 97

 

Ce silène, endémique de Tunisie et de l’est algérien, se caractérise par sa « corolle d’un rose intense avec un anneau pourpre foncé autour de la corolle » (POTTIER-ALAPETITE G. 1979-1981). 

 

 

Spergularia marginata  KITTEL (= S. media PERS) = spergulaire marginée

 

                BARDIN P. L. (1898) : 188 (S. media PERS.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, spergulaire marginée

                LE FLOC’H E. (1983) : 90

                POLESE J.M. (1977) : n° 80

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 151, 103

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 323

 

Spergularia marginata

                        

                                                           Ports puniques (Tunis, banlieue nord) : mars 97

 

Spergularia-marina-copie-1.jpg

 

Les spergulaires contrairement aux spergules dont les feuilles sont régulièrement verticillées, ont des feuilles opposées ou verticillées d'un seul côté dela tige. Pour Spergularia marginata les sépales sont plus courts ou de même longueur que les pétales. C'est le contraire pour Spergularia marina.

 

Stellaria media (L.) =  mouron blanc ou mouron des oiseaux  =   سيبانة الظل (sibanet-ed-dhell),  مشيطة (moschita) 

 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 50, 53

                BARDIN P. L. (1898) : 187

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10

                CAREME Cl.  (1990) : 184, 185 =  سيبانة الظل (sibanet-ed –dhell),  مشيطة (moschita)

                POLESE J.M. (1977) : n° 177

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 163, 109

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 330

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 115, fig.252 = moschita

 

Stellaria media

                                                      

                                                                                    Tunis, (INRA) : mai 97

 

Cette plante est appelée mouron des oiseaux car ceux-ci se nourrissent de ses graines. Les feuilles de Stellaria media sont comestibles. 

Une autre plante, mais relevant d’une autre famille, à fleurs rouges ou bleues, Anagallis arvensis, est, elle aussi, appelée mouron de par la ressemblance de son port et de ses feuilles avec Stellaria media. On les trouve d’ailleurs dans les mêmes lieux. 

 

 Silene sp. 1

 

Silene rubella

 

 

Silene sp.2

 

Silene rubella2

 

 

                                                  Tunis, quartier Belvédère : 18 mars 1997

 

Sur le web, des fleurs semblables à celle représentée ci-dessus ont été identifiées comme Silene rubella. Mais cette espèce  n'est pas mentionnée dans la flore tunisienne. De plus, il semble que cette combinaison ne soit pas valable sur le plan taxonomique. Aussi préférons-nous, au moins provisoirement, maintenir notre silène en nomenclature ouverte.

 

 

Gen. indét., sp. indét.

 

image0-20.jpg                        

                                                                                  Ghar El Melh : fin avril 2007

 

Fleur élégante qui attend sa détermination


 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 



 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires