Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:21

 

 

Depuis notre dernier article sur ce blog, quelques éléments sont venus s'ajouter à notre collection d'ouvrages relatifs à la botanique et, plus spécialement, à la flore méditerranéenne.

Tout d'abord une publication concernant les plantes ornementales de Tunisie*. Ensuite l'imposant traité de Maire en quatorze volumes parus entre 1952 et 1977, un classique pour la flore maghrébine**. Et enfin le récent catalogue synonymique de la flore de Tunisie***, si précieux pour connaître les combinaisons taxonomiques actuellement jugées valables. 

 

Myrtacées      

 

Cette famille présente la particularité de n'être représentée en Tunisie que par un genre unique et par une seule espèce spontanée, le myrte, au demeurant largement répandu dans tout le bassin méditerranéen.

 

Myrtus communis  L. = myrte sauvage =  ريحان (rih’ane)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 377

                BAYER E. & al. (1990) : 114, 115

                BENISTON NT &WS (1984) : 308

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, ريحان (rih’ane)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 155

                CASTRILLON B.V. (1988) : 18

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 95

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 184, 178

                LE FLOC’H E. (1983) : 71 = رحان ; ريحان (rihân)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 182, 183

             OZENDA P. (1991) : 210

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.12-374

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 876, 553, fig. p.550

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 637, pl.61 fig.1856

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 162, 163

 

 

    B79-copie-1.jpg

 

 Route Mornag-Bou Ficha : 16 nov. 97

 

B79 (2)

 

  Cap Bon (vers Korbous) : 9 nov. 2003

 

Depuis des temps reculés le caractère sacré du myrte s'est manifesté auprès de populations les plus variées et toute une symbolique reste attachée à cette plante.

 

Eucalyptus spp. 

 

Ces arbres sont tellement familiers dans le paysage tunisien qu'ils paraissent avoir toujours fait partie de la flore locale alors qu'ils sont originaires d'Australie. Ils abondent dans certains parcs, mais surtout en bordures de routes (arrêtant très fâcheusement la course d'automobiles) ou comme élément de reboisement au côté des pins d'Alep ou d'acacias divers. La couleur vert-argenté de leur feuillage est assez particulière mais pas autant que leur odeur aux vertus bénéfiques bien reconnues (inhalation pour les problèmes bronchiques). On lui attribue, en plus, la propriété d'éloigner les insectes indésirables (mouches et moustiques). Il n'est pas rare dans les campagnes et petites villes de voir un bouquet de branches d'eucalyptus suspendu au-dessus des portes d'entrée.

 Selon les espèces considérées les fruits, des akènes en forme de toupie, sont plus ou moins grands. Il a été souvent remarqué que, peut-être à cause de la toxicité de ces fruits la végétation est très appauvrie sous les frondaisons des bois d'eucalyptus. Il paraîtrait que lors de l'introduction de ces arbres en Afrique du Nord on aurait omis d'importer les sous-bois adaptés à ces arbres dans leur Océanie d'origine.

Le bois de ces arbres est très cassant et, à la suite d'orages ou de vents violents, il n'est pas rare de les voir abattus en travers de la route. Et c'est sans doute pour qu'ils n'atteignent pas des hauteurs qui les rendraient dangereux, qu'ils sont sectionnés sévèrement très près du sol.  Ces coupes sont très pénibles à voir car elles déparent les bordures de routes désormais privées de leur ombrage; fort heureusement ce dommage n'est pas irrémédiable et on a la satisfactions  de voir assez rapidement repartir le feuillage depuis ce qui subsiste des troncs. Naturellement le bois récupéré est loin d'être perdu puisqu'il va alimenter toute une industrie de fabrication de bois aggloméré.  

 

                Eucalyptus  camaldulensis Dehnh.

 

                BAYER E. & al. (1990) : 114, 115

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 155

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°105

                RHAIEM N.  (1996) 

              SCHONFELDER I. & P. (1989) : 162, 163

  

 image0-67.jpg 

   

  Tunis, Mutuelleville : déc. 96


 

001.JPG

 

  Tunis avenue Jugurtha 20-10-2012

 

 

 

Le port de cet eucalyptus est  majestueux. On peut, en particulier, l'admirer sur la route reliant Salammbô à Carthage. Les frondaisons se rejoignant au-dessus de la chaussée forment une sorte de voûte végétale. Cet arbre a la particularité de présenter un tronc bigarré dû à de larges  lacérations irrégulières de l'écorce. 

 

Eucalyptus sp. 1

 

 

 

B75


  Tunis, cité El Khadra : 31 janv. 97

 

Eucalyptus sp. 2 

 

 

B74

 

                                                     Banlieue nord Tunis, Raouad : nov. 97

 

Melaleuca diosmifolia Andrews

  

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°133

  

 

B77

 

 Tunis, parc du Belvédère : oct. 97

 

 

B78


Tunis parc du Bevédère : oct.97

 Thymeléacées   

 

Daphne gnidium L. = daphné garou = جوز الرعيان 

               

                BARDIN P. L. (1899) : 359

                BAYER E. & al. (1990) : 104, 105 (bois gentil)

                BENISTON NT &WS (1984) : 330

              BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, garou = جوز الرعيان

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 143 (saint-bois)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 103

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 172, phot. 167

                LE FLOC’H E. (1983) : 164-165

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 182, 183

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : phot.113

             POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 869, 546

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 631

               SCHONFELDER I. & P. (1989) : 150, 151(saint-bois)

 

 

B72

 

 Cap Bon (région de Korbous) : 9 nov. 03

 

Thymelea hirsuta  (L.) = passerine hirsute = مثنان (mithnan) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 359

              BENISTON NT &WS (1984) : 54

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, مثنان (mithnan)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 144

               CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 115  مثنان (mithnan)

              GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 172, 166

                LE FLOC’H E. (1983) : 163 = مثنان (mithnân)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 162, pl. 60

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.112

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 868, 546

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 632, pl.60 fig.1841

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 150, 151

 

B71

 

Route de Bizerte 30 nov.97

 

__________________________________________________________________________________

 

 

*    KRICHENE R. (2003) : Arbres et arbustes d'ornement en Tunisie. Ed. Ministère de l'agriculture, de l'environnement et des ressources hydrauliques, 50p.

 

**   MAIRE R. (1952-1977) : Flore de l'Afrique du Nord. Paul Lechevalier éd., Paris, 14 vol.

 

*** LE FLOC’H E., BOULOS L. et VELA E. (2010) : Catalogue synonymique commenté de la flore de Tunisie. Rép. tunisienne, Ministère de l'environnement et du développement durable. Banque de gènes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires