Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 19:38

Dans les années 30, un livre de Claude-Maurice Robert, riche de belles photos,avait été offert à mon frère comme prix scolaire : le titre en était "L'envoûtement du sud : d'El Kantara à Djanet". C'était pour moi (HB) une source d'évasion. Sans aller aussi loin que les Tassilis, la fascination décrite par l'auteur  peut être éprouvée à seulement peu de kilomètres de Gabès, dans la région dite des Matmatas, réputée pour son mode d'habitat troglodytique. Accueilli et guidé par des amis natifs de cette région, je présente ici, en vrac, les trop rares photos prises de paysages et de plantes assez banales, parfois encore indéterminées.

 

140.JPG

 

      Zygophyllum album L.


Cette plante est largement distribuée du nord au sud de la Tunisie et affectionne particulièrement les milieux sableux et saumâtres.

 

148.JPG

 

      Olea europaea L. (Olivier)


Les habitants, même regroupés dans la Nouvelle Matmata où un minimum de commodités leur est  dispensés, conservent dans la campagne leur parcelle de terrain à laquelle ils demeurent très attachés. Ils y retrouvent leur habitat troglodytique et de rares arbres qui donnent d'assez maigres récoltes,  les trois dernières années écoulées ont été marquées par une sècheresse particulière. Depuis longtemps les matmatais se sont dispersés dans tout le pays et à l'étranger, travaillant essentiellement dans la boulangerie où ils excellent.


 

149.JPG

 

Ficus carica L. (Figuier)


Comme source calorique, les figues sont séchées et constituent un viatique pour les périodes de disette et aussi pour les gens en voyage.

 

150.JPG

 

Plante épineuse 

 


152.JPG

 

Plante épineuse 

 

153.JPG

 

Artemisia saharae Pomel = Chih'

 

154.JPG

 

Artemisia saharae Pomel = Chih'


Jusqu'à tout récemment cette plante très odorante était dénommée Artemisia herba-alba Asso. Le Floc'h (1983)*** cite les multiples vertus que les populations lui reconnaissent. Ce serait une sorte de panacée; dans le sud tunisien, elle est très appréciée comme aromate infusée dans le thé.


159.JPG

 

Brassicacée à fleurs jaunes (Diplotaxis ?)

 

160.JPG

 

Entrée d'un habitat troglodytique

 

163.JPG

 

Cour intérieure d'un troglodyte

 

Douwiraa.JPG


Douira, entrée d'un troglodyte

 

Maison-natale-Hedi-bis.jpg


Troglodyte de Zagrarine

 

Ne cherchez pas, vous ne trouverez trace de cette localité sur aucune carte ! Seuls des familiers de la région pourraient vous y mener après de longs trajets en 4X4 sur des pistes rocailleuses.

__________________________________________________________________________________________

 

*** LE FLOC’H E.  (1983) : Contribution à une étude ethnobotanique de la flore tunisienne. Publ. Sci. Tunis. Progr. Flore et végétation tunisienne. 2è partie, 402 p.

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 08:51

 

Le beau temps était de la partie. L'engouement pour le sud tunisien durant les jours fériés du 20 au 23 mars a drainé vers Djerba, Tozeur et les oasis de montagnes des cohortes de tunisois venus ainsi très opportunément combler la frilosité des touristes traditionnels. L'un de nous (HB), dans le cadre d'un voyage organisé par l'amicale des retraités, a ainsi  effectué un séjour dans l'île de Djerba avec une pointe poussée jusqu'à Ksar Ghilane, aux confins du désert. Nous présentons ici quelques photos; sans prétention aucune, prises un peu au hasard au cours des différenrs arrêts.

Pour une approche moins superficielle de la flore du sud tunisien  se référer à l'ouvrage  "CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : Flore succincte et illustrée des zones arides et sahariennes de Tunisie. L'Or du Temps éd". Il est, par ailleurs, extrêmement intéressant de consulter le site très richement illustré que la Société Botanique de France a consacré à un voyage d'étude  réalisé en en 2008 dans le sud tunisien :


 http://www.bium.univ-paris5.fr/sbf/diaporamas/tunisie2008/index.html

 

009 (2)


Anacyclus cyrtolepidoides Pomel (famille Astéracées)

 

010
Anacyclus cyrtolepidoides Pomel (famille Asréracées)
Aire de repos en Tunisie centrale

015

(famille Astéracées)
Tunisie centrale

016-copie-1.JPG

Matthiola longipetala (Vent.) (famille des Brassicacées)

024

Diplotaxis harra Forsk.  (famille Brassicacées)

025

Diplotaxis harra Forsk. (famille Brassicacées)
Ile de Djerba

026

Potier de Guellala confectionnant des couscoussiers
qui vont avoir leur fond percé pour laisser passer la vapeur

030

Jarres au musée de Guellala

048.JPG

Musée de Guellala : un costume traditionnel de mariée
parmi plusieurs autres évoquant les différentes régions  du pays

068.JPG

Poacée ornementale indéterminée

069

Parc de Djerba : élevage de crocodiles
C'est l'heure où une barbaque peu ragoutante va leur être jetée en pâture;
le public se presse pour assister à la curée.

078.JPG

Jeunes Washingtonia cf. robusta H. Wendl.
Famille Arécacées

A noter les épines acérées qui garnissent les pétioles et les fins filaments qui pendent des feuilles.

084.JPG

Musée de Lalla Khadria, pièce de céramique orientale ancienne

098.JPG

Musée de Lalla Khadria : bijoux d'argent traditionnels avec "mains de Fatma" et étoiles de David
100.JPG

Musée de Lalla Khadria : bahnoug  superbement tissé

104.JPG

Sur un haut lieu, ancien village de ghorfas en cours de restauration.
La vue superbe sur le paysage alentour incitera-t-il le visiteur à y passer au moins une nuit, loin des bruits de la civilisation?

107.JPG

Du haut du village, vue sur le paysage semi désertique. Par des terrasses et retenues successives étagées dans les thalwegs (technique des Jessours), on réalise l'utilisation optimale des rares eaux de ruissellement.

112.JPG

Plante indéterminée

113.JPG

Moricandia suffruticosa (Desf.)

117.JPG

Hamada scoparia (Pomel) ?(rmeth)

123.JPG
Enfants s'ébrouant dans la piscine d'eau chaude naturelle de Ksar Ghilane

125.JPG

A Ksar Ghilane, tronc crevassé de Tamarix cf. gallica L.

129.JPG

L'oasis de Ksar Ghilane est aux confins du désert de sable, autre source de fascination..

130.JPG

Fabacée indéterminée

132.JPG
Fabacée indéterminée idem
132-copie-1.JPG
Fabacée indéterminée idem

133.JPG
134.JPG

Malva cf. aegyptiaca L.

136.JPG
A Ksar Ghilane, "forêt" de Tamaris, fixateurs de dunes


Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:18

 

 

Les Lamiacées, autrefois dénommées Labiées, comportent de nombreuses plantes aromatiques souvent utilisées en parfumerie. Environ 25 genres et une centaine d'espèces de cette famille ont été recensés en Tunisie (POTTIER-ALAPETITE G. 1981 ***, LE FLOC'H E. & al. 2010***).   Les lamiacées sont assez aisément reconnaissables par des caractères qui leur sont communs: une tige à section quadrangulaire, des feuilles opposées et verticillées dans des plans perpendiculaires; leurs fleurs gamopétales, de symétrie bilatérale, comportent un tube plus ou moins long et une corolle présentant le plus souvent deux lèvres : une lèvre supérieure, parfois avortée, formée de deux pétales, et une lèvre inférieure formée de trois pétales. La forme du calice à 5 sépales parfois réguliers, parfois séparés en deux lèvres, intervient aussi dans la distinction des genres ou espèces.


Ajuga iva (L.) = bugle =  شندقورة (chendgoura)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 156, 157

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 31

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 190

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 220

                LE FLOC’H E..(1983) : 203 =  شندقورة (chendgoura)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 217

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 1109, 763

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 787

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 196


Ajuga-iva-9-11-2011-Bulla-Reggia.jpg


Bulla Reggia : 9 nov. 2011


Dans la fleur de l'Ajuga iva, la lèvre supérieure est avortée; le lobe médian de la lèvre inférieure est beaucoup plus grand que les lobes latéraux.


Lamium amplexicaule (L) = lamier = قذربان (gdherbane)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 275

                BARDIN P. L. (1899) : 354

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 31, = قذربان (gdherbane)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 195

                CAREME Cl.  (1990) : 262, 263 = قذربان (guederbane)

                GOUNOT M. (1995) : 140

                JAUZEIN Ph. (l995) :  385, 387     

                LE FLOC’H E. (1983) : 211

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 218

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1153, 792

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 811, pl.80 fig.2390

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 18


 

dossier5-1109-Lamium-amplexicaule.JPG

 

Tunis, quartier Notre-Dame :7 mars 2011


Lamium-amplexicaule-Tunis-Belvedere-15-3-2012.JPG 


Tunis quartier Notre-Dame : 15 mars 2012

 

Lamium-amplexicaule-Tunis-15-03-2012--2-.JPG


Tunis quartier Notre-Dame : 15 mars 2012


Lavandula multifida L = lavande à feuilles découpées = كمون جمال (kammûn jmêl) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 202

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, حلحال الحبل (h’alh’al el h’bel)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 200

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 93  كمون جمال   (kammûn jmêl = kammoun el bheim)

                LE FLOC’H E. (1983) : 209 = كمون جمال (kammûn jmêl)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 219

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 32

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1132, 780, fig. p.779

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 206, 207


 

Lavandula-multifida-Jebel-Ressas-18-3-96-A.jpg 

Jebel Ressas : 19 mars 96

 

Lavandula-multifida-B--El-Khelifa-26-02-2012.jpg


El Khelifa : 26 fév.2012

 

Lavandula stoechas l = lavande des Maures =  حلحال الحبل (h’alh’al el h’bel) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 202

                BAYER E. & al. (1990) : 170, 171

                BENISTON NT &WS (1984) : 96

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, lavande alignée, حلحال الحبل (h’alh’al el h’bel)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 200

                CASTRILLON B.V. (1988) : 69

                        COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 119

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 228, 34 et 119

                LE FLOC’H E. (1983) : 208 = حلحال حلحال (halhâl)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 219

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 32, 33

                POLESE J.M. (1977) : n° 54

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.153

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 1130, 780, fig. p.779

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 206, 207 


Lavandula-stoechas-Jebel-Hofrat-2-3-97-B.jpg 


Jebel Hofra (Cap Bon) : 2 mars 97

 

Lavandula-stoechas.jpg


 Jebel Hofrat : 2 mars 97


La présence de deux autres espèces de Lavandula est mentionnée en Tunisie (LE FLOC'H E. & al. (2010) ), L. dentata L. et L. coronopifolia Poiret. Toutes ces espèces de lavandes ont certes des odeurs très agréables; elle ont  cependant du mal à rivaliser avec celles qui sont industriellement cultivées en Provence pour la parfumerie.

 

Marrubium alysson L = marrube = ام الروبية (mourroubia)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 353

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, ام الروبي (oum erroubia)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 94  = ام الروبية (mourroubia)

                LE FLOC’H E. (1983) : 211 =  ام الروبية (murrûbya)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 220

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 150, 151

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1135, 782, fig. 786

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 801, pl.79 fig.2349

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 198

 

Marrubium-alysson-Korbous-22-5-96.jpg 


Cap Bon, route de Korbous : 22 mai 96

 

Marrubium vulgare L. = marrube vulgaire = ام الروبي (oum erroubia)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, ام الروبي (oum erroubia)

                JAUZEIN Ph. (l995) :  381

                LE FLOC’H E. (1983) : 210

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 220

                POLESE J.M. (1977) : 248

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 390

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1133, 781

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 801

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 198

                STARY F. (1992) : 136-137


 

Marrubium-cf-vulgare--Oudna-10-3-2013-A.JPG 


Oudna : 10 mars 2013

 

Marrubium-vulgare-Oudna-2-3-99.jpg


Oudna : 2 mars 99

 

Mentha pulegium L. = menthe pouliot = فليو (flayû)

 

                BENISTON NT &WS (1984) : 323

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30 فليو

                JAUZEIN Ph. (l995) : 379

                LE FLOC’H E. (1983) : 216  فليو (flayû)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 220

                non LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 198

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1191, 813

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 786

 

Mentha-pulegium-route-Oudna-Zaghouan-8-juin-2013.JPG

 

route Oudna-Zaghouan : 8 juin 2013


 

Mentha-pugelium-El-Haouaria-13-5-2012.JPG


El Haouaria : 13 mai 2012

 

C'est la menthe utilisée en confiserie; en Tunisie, les bonbons à la menthe sont désignés "flayou"

 

Mentha spicata L. = menthe verte = نعناع (na'nâ')

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 296

                KRISA B.  (1982) : 244

                LE FLOC’H E. (1983) : 217 نعناع (na'nâ')

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 220

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 814

 

002-copie-2.JPG


      Jardin de Tunis ; mars 2014

 

003.JPG


jardin de Tunis : mars 2014

 

Cette plante potagère est, en Afrique du Nord et en bien d'autres contrées du pourtour méditerranéen, associée au rituel du thé vert. Mais son utilisation n'est pas confinée à ce seul emploi : elle intervient, en effet dans nombres de préparations culinaires, entre autres, ragoûts, saucisses à base de tripes ('osbane) etc..  

 

Mentha suaveolens Ehreh. = menthe à feuilles rondes

 

                BAYER E. & al. (1990) : 166

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30 (Mentha rotundifolia L.)  

                JAUZEIN Ph. (l995) : 381 (Mentha rotundifolia L.)

                LE FLOC’H E. (1983) : 216  (Mentha rotundifolia L.)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 221

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1193, 813 (Mentha rotundifolia L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 786 (Mentha rotundifolia L.)


 

Mentha-suaveolens-Ehrh.--Jbel-Lansarine-16-2-2014-A-bis.jpg


      Jebel Lansarine, 16 février 2014

 

Mentha-suaveolens-Ehrh.-Jbel-Lansarine-16-2-2014-B-B.JPG


Jebel Lansarine : 16fév.2014

 

Origanum onites L.= origan

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 197

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 221 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1185, 809


 

Origanum-onites-A-Jebel-Tehent-11-11-2012.JPG


Jebel Tahent : 11 nov.2012

 

Origanum onites B Jebel Tehent 11-11-2012 

 

Jebel Tahent : 11 nov. 2012

 

Origanum onites, parfois appelé origan de Crète, est une plante de la Méditerranée orientale que l’on trouve, à l’état sauvage, surtout en Grèce et Turquie. Cependant, bien loin de cette province, Cosson (1888), avait signalé sa présence en Tunisie, plus précisément au Jbel Tahent (in. Pottier-Alapetite G. 1979-1981, p. 809) : depuis, ce signalement a généralement été considéré comme douteux (LE FLOC'H E. & al. 2010 p.221).

Or, ce doute peut à présent être levé: au cours d’une randonnée récente au même Jbel Tahent, nous avons photographié cet origan, l’avons déterminé,  apportant ainsi confirmation de l'observation initiale de Cosson.. Ce serait donc, dans les connaissances actuelles, la limite occidentale de cet origan qui n’a jamais été signalé au Maroc, ni même en Algérie.

 

Prasium majus L = prason buissonnant = كرشة ارنب (kirchet arnab)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 353

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, prasion majeur

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 192

                LE FLOC’H E. (1983) : 208 = كرشة ارنب (kirchet arnab)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 221

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 194, 195

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.17-398

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1128, 777

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 802

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 198, 199


 

Prasium-majus-Tunis-parc-Belvedere-10-3-97.jpg


      Tunis, parc du Belvédère : mars 97

 

Rosmarinus officinalis L = romarin officinal = كليل (klil)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 203

                BAYER E. & al. (1990) : 168, 169

                BENISTON NT &WS (1984) : 47

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 199

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 41 = كليل (klil)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 118

                GODET J.D. (1994) : 60

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 220, 219

                LE FLOC’H E. (1983) : 206 = كليل  (klîl)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 175, fig. 27

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 222

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 28, 29             

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.161

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1127, 777, fig. p.779

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 793, pl.78 fig. 2314

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 204, 205

                STARY F. (1992) : 176-177


 

Rosmarinus-officinalis-Jbel-Nahli-10fev.97.jpg


      Jebel Nahli : 10 fév. 97

 

Au cours de nos randonnées, nous avons eu plusieurs fois l’occasion d’observer des fellahs occupés à distiller du romarin dans des alambics assez rudimentaires.

La collecte du romarin est toujours manuelle. Mais plusieurs usines s’emploient maintenant à sa distillation et la Tunisie est un des plus grands producteurs d’huile essentielle de romarin.

 

Salvia verbenaca L. = sauge verveine = كيميا (kimia)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 344

                BAYER E. & al. (1990) : 172, 173

                BENISTON NT &WS (1984) : 88

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30, كيميا (kimia)

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 224

                JAUZEIN Ph. (l995) : 377

                LE FLOC’H E. (1983) : 213

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 223

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 30, 31

                       POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.156

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1173, 803, fig. p.801

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 795, pl.78 fig. 2323

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 208, 209


 

Salvia-verbenaca.jpg


      Tunis, parc du Belvédère : fév.96

 

Salvia verbenaca Tunis parc Belvédère avril 96


Tunis, parc du Belvedère ; avril 96

 

Satureja barceloi (Willk.)

 

                BENISTON NT &WS (1984) : 55 (Micromeria inodora Benth.)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 223 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1177, 805 (Satureia fontanesii  Briq.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 808

 

Satureja-barceloi--Ghar-el-Melh-24-10-2011--A.JPG


      Ghar el Melh : 24 oct. 2011

 

Satureja-barceloi-20-11-2011-Ghar-el--Melhat.JPG


Ghar el Melh : 20 nov.2011

 

Sideritis romana L. = crapaudine romaine

 

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 122

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 225

                JAUZEIN Ph. (l995) : 377

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 224 

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 196

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 391

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1139, 784

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 200


 

Sideritis-romana-El-Haouaria-13-5-2012.JPG

 

      El Haouaria : 13 mai 2012       

 

Stachys ocymastrum (L) = faux basilic  = القامع (el gamaa)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 164, 165

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 31, épiaire hérissée

                CAREME Cl.  (1990) : 262, 263 = القامع (el gamaa)

                GOUNOT M. (1995) : 13

                JAUZEIN Ph. (l995) : 391

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 225   

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1161, 796

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 814, pl.80 fig.2400


 

Stachys-ocymastrum-Tunis-parc-Belvedere-avril-96-B.jpg


Tunis, parc du Belvédère : avril 96

 

Stachys-ocymastrum-A-parc-Belvedere.jpg


Tunis, parc du Belvédère : mars 97

 

Stachys-ocymastrum-Notre-Dame-10-3-2014-E-bis.jpg


Tunis, quartier Notre-Dame : mars 2014

 

 

Teucrium polium L. = germandrée  = قطابة جعدية (gattaba jaâdia)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 156

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 31

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 191

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 146 =  جعدية قطابة  (gattaba jaâdia)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 221, 218

                LE FLOC’H E. (1983) : 205 = قطابة جعدية (gattaba jaâdia)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 227

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 389

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1125c, 774, 775

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 198

                VIAL Y. & VIAL M. (1974) : 131


Teucrium-capitatum-Sidi-Thabet-26-1-2014-C.JPG


      Sidi Thabet; 26 janv. 2014

 

Teucrium capitatum Sidi Thabet 26-1-2014 B


Sidi Thabet : 26 janv.2014

 

Thymbra capitata (L.) = thym en capitules = زعتر حرّ  (za’tar horr)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 202 (Thymus capitatus (L.))

                BAYER E. & al. (1990) : 168, 169 (Thymus capitatus (L.))

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 30,  زعتر (za’tar) (Thymus capitatus (L.))

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 198 (Thymus capitatus (L.))

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998)) : 40, =  زعتر حرّ  (za’tar horr)    (Coridothymus    capitatus (L.) 

                LE FLOC’H E. (1983) : 214 = زعتر (za’tar)  (Thymus capitatus (L.))

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 228 

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 150, 151 ? ? ? ? (Thymus capitatus (L.))

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 393 (Coridothymus capitatus)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1186, 810 (Thymus capitatus (L.))

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 804, pl.80 fig.2358 (Thymus capitatus (L.))

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 204, 205 (Thymus capitatus (L.)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 40, (Thymus capitatus (L.))

 

Thymus-capitatus-route-Oudna_Zaghouan-8-juin-2013-C.JPG


route Oudna-Zaghouan : 8 juin 2013

 

Thymus-capitatus.JPG


route Oudna-Zaghouan : 8 juin 2013


 

Thymus algeriensis Boiss. & Reut. = مزوكشة  (mazzoukcha)

 

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 42 (Thymus hirtus Willd.)

                LE FLOC’H E. (1983) : 216 = مزوكشة  (mazzoukcha) (Thymus hirtus ssp.      algeriensis)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 228

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1188, 811 (Thymus hirtus Willd.)


Thymus-algeriensis-Jbel-Daraflat-2-fev.97.jpg

 

      Jebel  Derhafla (région Pont du Fahs) : 2 fév. 97

 

Thymus-algeriensis-Jbel-Ressas-17-3-98.jpg


Jebel Ressas : 17 mars 98

 

__________________________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

   
   
   
   
   
   

 

 

     

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:59

 

 

La famille comporte des arbres, arbrisseaux et plantes herbacées et même quelques lianes répartis en 120 genres et environ 2000 espèces. En Tunisie cependant, les cinquante spèces recensées par Pottier-Alapetite*** sont exclusivement herbacées.

Les boraginacées se caractérisent par leur inflorescence en cymes scorpioïdes, c’est-à-dire que toutes les fleurs sont sur un même côté d’un axe enroulé d’abord en crosse. Les fleurs ont 5 pétales soudés, 5 sépales soudés, 5 étamines soudées à la corolle, deux carpelles à 2 loges et le fruit est donc un quadri-akène.

Tiges et feuilles (sauf celles  des héliotropes et des mélinets) sont couvertes de poils rudes, peu agréables au toucher. Mais leurs fleurs sont généralement splendides, présentant, selon les espèces, toute une palette de teintes raffinées.

 

Alkanna lehmanii (Tineo) = orcanette 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 150, 151  = A. tinctoria TAUSCH

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27 = A. tinctoria TAUSCH

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995): 183 = A. tinctoria TAUSCH

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 212 = A. tinctoria TAUSCH

                LE FLOC’H E..(1983) : 201 = A. tinctoria TAUSCH

                LE FLOC’H E., & al. (2010) : 130

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994): 26, 27 = A. tinctoria TAUSCH

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.14-388 = A. tinctoria TAUSCH

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 740-741 = A. tinctoria TAUSCH

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 775, pl.77 fig.2262 = A. tinctoria TAUSCH

                SBF Tunisie 2006 : 120 = A. tinctoria TAUSCH

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 190, 191 = A. tinctoria TAUSCH 

 

 

image0-19bis   


Oudna : 2 mars 1999

 

C50.jpg

 

Oudna : 3 mars 99

La racine de cette plante servait autrefois à la fabrication d’un colorant rouge.

 

 

Anchusa italica RETZ = Anchusa azurea MILL. = buglosse (ou langue de bœuf) azuré =  حريشة (herricha) = لسان الثور (lessane ethour)


                BAYER E. & al. (1990) : 152, 153  = A. azurea MILL.  

                BENISTON NT &WS (1984) : 190 = A. azurea MILL.  

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 186 = A. azurea MILL.  

                CAREME Cl.  (1990) :146, 147 = A. azurea MILL. =  حريشة (herricha) = لسان الثور 

                  (lessane ethour)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 113 = A. azurea MILL.  

                GOUNOT M. (1995) : 140 = A. azurea MILL.  

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 213 = A. azurea MILL.  

                LE FLOC’H E.(1983) : 199 = A. azurea MILL.

                LE FLOC’H E., & al. (2010) : 130 

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 24, 25 = A. azurea MILL.  

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.144 = A. azurea MILL.  

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 1065, 731-732 = A. azurea MILL.  

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 778, pl.77 fig.2272 = A. azurea MILL.  

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 194, 195 = A. azurea MILL.

 

Anchusa italica Retz. 

 

Aïn Tebournouk : mars 91

 

001--2-.jpg

            

Tunis El Menzah nord : avril 98

 

002--2-.jpg

 

Tunis El Manar : 5 mai 97    

 

Cette anchuse, aux fleurs d’un bleu intense, se dresse majestueusement dans les champs de céréales en pleine campagne ou s’étale dans les décombres et terrains vagues des villes.

 

 

Anchusa hybrida Ten. = buglosse ondulé  = لسان الثور (lessane ethour)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 197 = A. undulata L.

                BAYER E. & al. (1990) : 150, 151 = A. undulata L.

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27 = لسان الثور (lessane ethour) = A. undulata L.

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 186 = A. undulata L.

                LE FLOC’H E., & al. (2010) : 130

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1066, 732, fig. p.729 = A. undulata L.

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 779, pl.77 fig.2274 = A. undulata L.

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 194 = A. undulata L.

 

 

Anchusa-hybrida-Oudna-mars-2013-A-bis.jpg    

 

Oudna mars 2013

 

Anchusa-hybrida-Oudna-14-03-2012--2-.JPG


Oudna : 14 mars 2012 


Cette buglosse est de taille moins imposante que la précédente; ses fleurs sont d’un bleu plus foncé et souvent violacé. Nous ne l’avons jamais vue en ville.

 

Borago officinalis L. = bourrache officinale  = بوخريش (bou-khrich)

 

                BARDIN P. L. (1899): 196

                BAYER E. & al. (1990): 152, 153

                BENISTON NT &WS (1984): 145

                BOUARROUJ N. et al. (non daté) : 27, بوخريش (bou khrich)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 187

                CAREME Cl.  (1990): 144, 145 = بوخريش (bou-khrich)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 114

                GOUNOT M. (1995) : 138

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 213, 207

                LE FLOC’H E. (1983) : 199 بوخريش (boukrich, bou chenaf, harcha, bou çassal)

                LE FLOC’H E., & al. (2010): 131

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 24, 25

                POLESE J.M. (1977) : n°15

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967): ph.139

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1063, 730

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 766, pl.76 fig.2228

                SBF Tunisie 2006 : 440, 441, 510, 511

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 194, 195

                STARY F. (1992) : 60-61

 

 

              

C2.jpg

 

Route de Bizerte : 5 mars 97

 

Borago-officinalis-L.-Tunis-quartier-Bevedere-18-02-2012.JPG 


 Tunis quartier Notre-Dame : 18 fév.2012


Borago officinalis  est très connue pour ses usages médicamenteux ; mais, comme beaucoup de plantes médicinales, elle peut avoir des effets nocifs.

 

 

Cerinthe major L. =   grand mélinet 

 

                BARDIN P. L. (1899): 198

                BAYER E. & al. (1990): 146, 147

                BENISTON NT &WS (1984): 142

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27

                BURNIE D. HALL. D. & ROSE F. (1995) : 183

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 212, 210

                LE FLOC’H E., & al. (2010) : 131

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994): 90, 91

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.148, 149 (C. major purpurascens)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1092, 748, 747

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 762

                SBF Tunisie 2006 : 27, 163, 164, 450, 451

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 190, 191

 

 

  018-Cerinthe-major-Sidi-Rais-17-3-2013.JPG  

 

Sidi Raïs : 17 mars 2013

 

Cerinthe-major-Ghar-el-Melhat-fev.96.jpg

 

Ghar el Melh :fév. 96

 

Cynoglossum cheirifolium L. = cynoglosse (langue de chien) à feuilles de giroflée  =  واذان الارنب (oudhen el arneb)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 198 (C. cherifolium L.)

                BAYER E. & al. (1990) : 152, 153

                BENISTON NT &WS (1984) : 186

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27 = واذان الارنب (oudhen el arneb)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 188

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 213

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 131

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1061, 728

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 769

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 194, 195


 

Cynoglosum-cheirifolium--Mill.-copie-1.jpg

 

Jebel El Mekki 18 mars 2012

  

Cynoglossum-cheirifolium-L.-18-03-2012--jebel-Mekki-A.JPG

 

Jebel Mekki : 18 mars 2012  

 

Cynoglossum-cheirifolium-L.---B.jpg

 

Jebel Mekki : 17 mars 97

 

Cynoglossum-cheirifolium--Gammarth-mars-97.jpg

 

Gammarth : mars 97

Le quadri-akène est bien visible sur cette photo.


Cynoglossum creticum MILL. = cynoglosse (langue de chien) de Crète  = واذان الارنب (oudhen el arneb)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 197 (C. pictum)

                BAYER E. & al. (1990) : 152, 153

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27, = واذان الارنب (oudhen el arneb) (C. pictum)

                BURNIE D. HALL. D. & ROSE F. (1995) : 188

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 113

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 213

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 132

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 24, 25

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1059, 727

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 769, pl.76 fig.2238

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 194, 195

 

Cynoglossum-creticum-Mill.--18-03-2012--jebel-Mekki--B.JPG


Jebel Mekki : 18 mars 2012    


 Cynoglossum-creticum--Mill.--18-03-2012-jebel-Mekki--E.JPG 

 

Jebel Mekki 18 maérs 2012    

 

Cynoglossum-creticum-Mill.-18-03-2012-jebel-Mekki-A.JPG 

 

Jebel Mekki : 18 mars 2012

 

 

Les fleurs de Cynoglossum creticum sont d’abord roses puis bleues à nervures foncées. 

 

 

Echium plantagineum L. = vipérine à feuilles de plantain = حرقوس الصبية (herkous-sbaia)

 

                BARDIN P. L. (1899): 197

                BAYER E. & al. (1990): 148, 149

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27, vipérine faux plantain, حرقوس الصبية (herqous sbiya)

                BURNIE D. HALL. D. & ROSE F. (1995) : 185

                CAREME Cl.  (1990): 144, 145 = حرقوس الصبية (herkous-sbaia)

                GOUNOT M. (1995) : 139

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 133

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994): 26, 27

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1102, 755

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 765, pl.75 fig.2220

                SBF Tunisie 2006 : 143, 512, 513

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 192, 193

 


 

004-copie-1.jpg

 

Jebel Ressas 18 mars 96

 

Echium-plantagineum-L.--Sisi-Mediene-24-3-96-A.jpg

 

Sidi Médiene (région de Zaghouan) : 24 mars 96

 

Echium humile Desf. subsp. humile = E. angustifolium LAM.

 

                BAYER E. & al. (1990) : 148, 149  (E. angustifolium LAM.)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 184 (E. angustifolium LAM.)

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 132

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1095, 751, 754 = E. pycnanthum       

                   POMEL subsp. humile

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 766, pl.75 fig.2226 = E. pycnanthum POMEL 

                   subsp. humile

 

Echium-humile-Sud-Tunisien-avril-2008.JPG

 

Sud tunisien : avril 2008

 

Echium sp. cf. E. italicum L. = vipérine d'Italie

 

           BAYER E. & al. (1990) : 146

           BURNIE D. HALL. D. & ROSE F. (1995) : 184

           CAREME Cl.  (1990): 146

           GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216, 214

           LIPPERT W. & PODLECH D.(1994): 194

           SCHONFELDER I. & P. (1989) : 192


 

echium-cf-italicum.jpg

 

Korbous : 22mai 1996

 

Echium-cf-italicum-route-Oudna--Zaghouan-30-mai-2010-A.JPG

 

route Oudna-Zaghouan : 30 mai 2010

 

Echium-cf-italicum-route-Oudna-Zaghouan-30-05-2010-B.JPG

 

route Oudna-Zaghouan : 30 mai 2010

 


Echium sp.

 

Echium-parviflora.jpg

 

 


 

Heliotropium europaeum L. = héliotrope d’Europe  = صالح الوشام (salah-el-ouachame)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 198

                BAYER E. & al. (1990) : 144, 145

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27, صالح الوشام (slah el ouchame)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 181

                CAREME Cl.  (1990) : 150, 151 = صالح الوشام (salah-el-ouachame)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 213, 210

                LE FLOC’H E. (1983) : 198

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 134

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 192, 193

                POLESE J.M. (1977) : n° 212

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.14-385

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1055, 725

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 772, pl.77 fig.2248

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 188, 189



Heliotropium-europeum-L-jpg

 

Ports puniques (banlieue nord de Tunis) : 30 oct. 97

 

Heliotropium europaeum est une petite plante très discrète aux fleurs blanchâtres. Elle n’a pas d’odeur particulière. Le parfum vanillé d’héliotrope est fourni par un arbre d’Amérique du Sud : Heliotropium arborescens

 

Buglossoides arvensis (L)  = grémil des champs = حلمة (helma)

 

                AICHELE D. & R. et SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 74 =                                   Lithospermum arvense   L.

                BARDIN P. L. (1899) : 197 = Lithospermum arvense L.

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 27, grémil des champs, = حلمة (helma) =         

                 Lithospermum arvense L.

                CAREME Cl.  (1990) : 148, 149 = حلمة (helma)

                GOUNOT M. (1995) : 140 = Lithospermum arvense L.

                LE FLOC’H E. (1983) : 202 = حسبة (hisba) = Lithospermum arvense L.

                LE FLOC'H E. & al. (2010) ; 131

                POLESE J.M. (1977) : n° 16 (Lithospermum purpureo-coeruleum)

                POLUNIN O. & HUXLEY A. (1967): ph.147 (Lithospermum purpureo-

                    coeruleum)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981): 1086, 744 = Lithospermum arvense L.

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962): 778, pl.77 fig.2271= Lithospermum arvense L.


 

001-copie-1.jpg


       route Tunis La Goulette fév.1997


Nonea vesicaria (L.) = nonnée vésiculeuse

 

                LE FLOC'H E. & al. (2010) : 136

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981): 1070, 734 (Nonnea 

                           vesicaria)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962): 774 (Nonnea vesicaria)

                SBF Tunisie 2006 : 135, 166, 263, 264 (Nonnea vesicaria)

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 192, 193


 

Nonnea-vesicaria-sedjoumi-2-3-98.jpg

 

      Sedjoumi 2 mars 1998


Echium candicans L.f = vipérine de Madère

Echium-candicans--Tunis-16-mars-2011--A.JPG

 

      Tunis quartier Notre-Dame : mars 2011

 

Echium-candicans--Tunis-16-mars-2011--B.JPG

 

 

Bien qu'elle ne soit pas mentionnée en Tunisie, ni même dans le bassin méditerranéen (puisqu'on la dit originaire de Madère), nous ne résistons pas à l''envie de figurer cette élégante fleur ornementale qu'il est possible  d'observe dans quelques rares jardins de Tunis.

__________________________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

   

   

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:46

 

Ericacées         

 

Seulement deux genres et quatre espèces de cette famille sont présents en Tunisie (POTTIER-ALAPETITE G. 1979-1981) ***. Une des trois espèces d'Erica n'est pas présentée ici.

 

Arbutus unedo L. = arbousier  بوجبيبة حمرا (bou jbiba h’amra) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 195

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 50

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25 بوجبيبة حمرا (bou jbiba h’amra)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 167

                CASTRILLON B.V. (1988) : 58-59

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 274

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 143

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 191

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) :n°185

                LE FLOC’H E. (1983) : 190 = بوجبيبة حمرا (bujbîba hamra)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 188, 189

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.119

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 982, 669, fig. p.670

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 721, pl.71 fig.2097

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173


Arbutus unedo L. et Smilax aspera L. J.Khroufa 21-10-2012

 

Jebel Kroufa : 21 oct.2012

 

Arbutus unedo L.   

                     

Cap Bon (près de Korbous) : 9 novembre 2003

 

Les arbousiers, arbustes typiques du maquis méditerranéen, proposent aux randonneurs leurs beaux fruits rouge-orangé. Leur nom en arabe (bou jbiba h’amra) signifie "à la petite jebba rouge". Les plus vieux tunisois se souviennent qu'ils étaient vendus pour une somme très modique, présentés comme un beau collier, enfilés sur un brin d'alfa.

 

Erica  arborea = bruyère arborescente = بوحداد  (bou haddad) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 151

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, bruyère en arbre

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 166

                CASTRILLON B.V. (1988) : 77

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 108

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 34

                LE FLOC’H E. (1983) : 191 = بوحداد  (bou haddad)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 188, 189

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.121

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 984, 671

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 722

                SBF Tunisie 2006 : 17

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173

 

 

B100 Erica arborea

 

                               Jebel Hofrat (Cap Bon) : 2 mars 97

 

Proche des forêts de chênes d'Aïn Draham où prolifère la bruyère arborescente, la ville de Tabarka, en plus de l'artisanat du corail, était renommée pour l'excellence des pipes  fabriquées à partir des renflements ligneux présents dans les racines de bruyère. Il paraîtrait que, récemment, les derniers ateliers de la famille Bouchnak aient cessé de les produire.

 

 

Erica multiflora L. = bruyère multiflore = خلنج (khlenj) = شندق (chendouq) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 41

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, شندق (chendouq)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 108

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 190

                LE FLOC’H E. (1983) : 190 = خلنج (khlenj)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 144, 145

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 983, 671, 670

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 721, pl.71 fig.2099

                SBF Tunisie 2006 : 99, 384

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173

 

005.jpg

 

Bou Kornine : 9 nov.97

 

007-Erica-multifida.JPG

 

      Ghar el Melh : 20 nov. 2011


Solanacées

 

De nombreuses plantes, jouant un rôle essentiel dans les régimes alimentaires de l'humanité, appartiennent à cette famille; citons pour mémoire, la pomme de terre, la tomate, le poivron, l'aubergine... toutes venues du continent américain. Plusieurs espèces, parfois toxiques, ont un usage dans la pharmacopée.

Par contre, la nocivité de certaines autres, comme le tabac, n'est plus à démontrer.

 

Datura metel L. = datura ou pomme épineuse = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

 

                LE FLOC’H E. (1983) : 226 حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1210, 826

 

014.JPG

 

Tunis, quartier Notre-Dame : 31 oct.2013


Datura-metel--2-.jpg

 

        Tunis, El Menzah : 7 déc. 96

 

012.JPG

 

Tunis quartier Notre-Dame : 31 oct.2013 

 

Datura stramonium L. = pomme épineuse = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BENISTON NT &WS (1984) : 326

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, datura stramoine,

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 205

                CAREME Cl.  (1990) : 352, 353 = jaous mtil

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216

                LE FLOC’H E. (1983) : 225 = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  :  1209, 826, 825

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 824, pl.82 fig.2437

                STARY F. (1992) : 92-93

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 54, 55

 

Datura-stramonium.jpg

 

                       Le Kram, banlieue nord de Tunis : 16 nov. 97

 

Le caractère toxique de ces deux espèces de datura qui affectionnent  particulièrement les décombres, est mentionné par LE FLOC’H E. (1983). Leur grandes fleurs blanches en trompette , très ornementales, les font garnir certains jardins.

 

Hyosciamus albus L = jusquiame blanche  

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 174, 175

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, سيكرانة  (sikrana)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 203

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216, 215

                LE FLOC’H E. (1983) : 218 =  سيكرانة  (sikrana)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.165

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1199, 818

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 824, pl.82 fig.2440

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211

 

003.jpg

 Ports puniques, banlieue nord de Tunis  : 8 fév.97

 

Hyociamus-albus.jpg

 

    Ports puniques, banlieue nord de Tunis : mars 97

 

Hyoscyamus--El-Haouaria-C.JPG

 

El Haouaria : 13 mai 2012


Cette jusquiame, typiquement méditerranéenne, s'observe le plus souvent dans les décombres et les anfractuosités des vieux murs des villes de Tunisie.

 

Lycium europaeum L. = lyciet méditerranéen = سكّوم (sakkûm)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 174, 175

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, lyciet d’Europe

                LE FLOC’H E. (1983) : 217 = سكّوم (sakkûm)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1196, 816

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 822

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211

 

Lycium-europaeum.jpg

 

                                              Cap Bon, Douala : 30 oct. 97

 

002.JPG

 

Tunis Notre-Dame : 7 nov.2013

 

001.JPG

 

Tunis Notre-Dame : 7 nov.2013

   

Dans beaucoup de haies les lyciets se font remarquer par leurs petites baies globuleuses à ovoïdes d'un beau rouge orangé.

 

Lycium sp.

 

001-copie-1

 

El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

002-copie-1.JPG


El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

004.JPG


El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

Dans l'incertitude que cette forme figurée corresponde bien à l'espèce Lycium intricatum Boiss. nous avons préféré la laisser en nomenclature ouverte.

 

Mandragora autumnalis SPRENG. = mandragore d’automne  = تفاح الغولة (tiffah el ghûla,   bid el ghûla, tiffah ejnûn)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 176, 177

                BENISTON NT &WS (1984) : 45

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 204

                CAREME Cl.  (1990) : 348, 349 = bidh-el-goul, tiffah ejnoun, tmatem eddib            

                GOUNOT M. (1995) : 1

                LE FLOC’H E. (1983) : 223 = تفاح الغولة (tiffah el ghûla, bid el ghûla, tiffah ejnun)      

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 36, 37

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1207, 823, fig.p.825

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 823, pl.82 fig.2434

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 212, 213  

 


Mandragora-autumnalis.jpg

 

                              Route Mornag-Grombalia : 28 nov. 97

 

Mandragora-autumnalis-Spreng.--Mornag--28-nov-97-A.jpg

 

Route Mornag-Grombalia : 28 nov.97

 

Mandragora-autumnalis2.jpg

 

                                     Grombalia : 16 nov. 2003

 

Plante vivace du pourtour méditerranéen, la mandragore est connue depuis la plus haute antiquité pour ses propriétés soporifiques et sédatives. Bien que très toxique comme la plupart des solanacées, elle est utilisée en pharmacopée. De plus, supposée posséder des vertus magiques et aphrodisiaques, c'est la plante la plus entourée de superstitions. Rappelons le marchandage serré auquel se sont livrées, dans la Bible, les deux sœurs Léa et Rachel pour se concilier les faveurs de Jacob, leur époux. De nombreux ouvrages traitent de ces croyances moyenâgeuses; parmi les publications qui concernent tout particulièrement la Tunisie, celle de BOUQUET J. (1952) fait autorité : "La mandragore en Afrique du Nord. Bull. Soc. Sci. Nat. Tun, 5, 29-44.

 

 

 

Nicotiana glauca GRAHAM = tabac glauque 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 176, 177

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 205

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 111 = hchichat eddoukhan,brinbakh             

                LE FLOC’H E. (1983) : 226

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 88, 89

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.17-400

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1211, 826

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 821, pl.82 fig.2426

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 212, 213

 

Nicotiana-glauca.JPG

 

Oued Fawara Hammamet : 28 oct.2010

 

Nicotiana-glauca.jpg

 

                                      Tunis, la Kasbah : mai 97

 

Cet arbuste, originaire d'Amérique latine, se retrouve aussi bien dans les cimetières et autres terrains vagues de Tunis que dans les lits d'oueds du sud tunisien. Il est bien reconnaissable par ses longues fleurs jaunes, tubuleuses.


 

Solanum laciniatum AIT =  morelle à feuilles laciniées : 

 

 

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1206, 823

 

Solanum laciniatum

 

                                Tunis, El Menzah : 31 janv. 97

 

Curieusement, cette plante assez haute, n'a pas souvent été observée par nous ailleurs qu'à un endroit précis sur la route de Tunis à l'Ariana, face à l'immeuble "Touta"; elle se sera sans doute échappée d'un jardin.


 

Solanum nigrum L. = morelle noire 

 

                AICHELE D. & R. et SCHWEGLER H.W. & A. (1981,3è éd. 1991) : 75                   

                BARDIN P. L. (1899) : 198

                BARTELS A. (1994) : 318

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, ‘aneb edhib

                CAREME Cl.  (1990) : 350, 351 = aneb -el-roul, aneb eddib, tmatem kleb              

                GOUNOT M. (1995) : 140

                LE FLOC’H E. (1983) : 221 = ‘aneb el ghûl

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 194

                POLESE J.M. (1977) : n° 213

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1203, 821, fig. p.822

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 822, pl. 82 fig.2431

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 74, 75

 

004.jpg


Ports puniques, banlieue nord de Tunis : 9 déc.96


Solanum-nigrum.jpg

 

                        Banlieue nord de Tunis, Raouad : 10 déc. 96

 

 

 

Solanum linnaeianum Hepper & Jaeger = morelle, pomme de Sodome (tiffeh el ghoul)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 198 S. sodomaeum L.

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28 S. sodomaeum L.

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 204 S. sodomaeum L.

       CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 112 (tiffeh el ghoul) S.sodomaeum L.

                LE FLOC’H E. (1983) : 223 = tiffah el ghûl S. sodomaeum L.

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320 S. linneanum Hepper & Jaeger

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 36, 37 S. sodomaeum L.

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.167, pl.17-399 S. sodomaeum L.            

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1205, 823, fig. p.822 S. sodomaeum L.

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 823 S. sodomaeum L.

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211 S. sodomaeum L.

 

 

Solanum-sodomeum-Metline-2-juin-2013-B.JPG

 

Metline ; 2 juin 2013

 

Solanum-sodomaeum-A-El-Khelifa-26-02-2012.JPG

 

El Khelifa : 26 fév.2010


Solanum sodomaeum B El Khelifa 26-02-2012

   

El Khelifa : 26 fév.2010

 

Solanum-sodomaeum--2-.JPG

 

El Khelifa : 27 fév.2012

_

Cestrum nocturnum L. = jasmin de nuit ou galant de nuit = مسك الليل  (mesk ellil)


Cestrum-nocturnum-.JPG

 

El Menzah 5, novembre 2010

  

Cestrum-nocturnum--.JPG

 

El Menzah 5, novembre 2010


Cet arbuste se trouve dans de nombreux jardins privés et dans ceux de plusieurs grands hôtels du Cap Bon. Ses fleurs blanches libèrent la nuit des effluves suaves généralement très appréciés.

________________________________________________________________________________________

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 08:51

 

Le mois de juillet n'est pas le plus propice pour l'observation des fleurs dans la campagne. Les randonnées ne reprendront qu'en octobre; et puis la sècheresse a sévi. Aussi  notre attention s'est-elle  reportée sur la flore urbaine. 

 

LES JARDINS

 

En ville et dans sa proche banlieue, les jardins et les parcs, les clôtures des villas n'ont rien perdu de leur attrait. Nous figurons ici certaines des plantes ornementales, les "classiques", le plus souvent observées. Elles ont déjà été évoquées dans de précédents articles.

 

1) Le bougainvillier : Bougainvillea glabra  CHOISY

 

 

 

 

bougainvillee.JPG

 

Bougainvillea glabra  CHOISY 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane 21 juillet 2013

 

Bougainvillea glabra' 

Bougainvillea glabra  CHOISY 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane 21 juillet 2013

 

bougainvillier-devant-la-villa-de-Suzanne.JPG 

 

Bougainvillea glabra  CHOISY

 

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

2) l'hibiscus ou rose de Chine, Hibiscus rosa-sinensis L.

 

 

 

Hibiscus-rose.JPG

 

Hibiscus rosa-sinensis L

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

 

Hibiscus-rouge.JPG

 

Hibiscus rosa-sinensis L

banlieue  de Tunis, cité Mahrajane, 21 juillet 2013   

 

3) le laurier rose, Nerium oleander L., une plante bien méditerranéenne. 



 

DSC01567.JPG


Nerium oleander L.

 

Laurier rose blanc à corolle simple

El Menzah 5  23 juillet 2011

 

 

 

      4) La dentelaire du Cap : Plumbago auriculata Lamk.

 


dosier4 1906


Plumbago auriculata Lamk.

Tunis quartier Notre-Dame : été 2011

 

DSC01564.JPG


 Plumbago auriculata Lamk.


     5)  Le lantanier commun : Lantana camara L.

 

 

eLantana-camara.JPG

 

Lantana camara

Cité Mahrajane, 21 juillet 2013

 

 

Cette dernière plante, dont le caractère invasif est notoire, s'est effectivement échappée des jardins et vient s'accoler sur les trottoirs à des arbres d'alignement, comme ci-dessous,  au pied d'un palmier.


 

Lantana-camara-au-pied-d-un-palmier-a-El-Menzah.JPG

 

Lantana camara en fruits au pied d'un palmier

 

LES TROTTOIRS


Sur les bordures des trottoirs de Tunis et de sa banlieue, mettant à profit les moindres anfractuosités, la vergerette de Bonard (Erigeron bonariensis L.) affirme sa suprématie pas réellement contestée par la présence fréquente d'amaranthes.


Erigeron-bonariensis-a-El-Menzah-5.JPG

 

Erigeron bonariensis L.

 

El Menzah, 27 juillet 2013


 

Erigeron-bonariensis---a-El-Menzah.JPG


 

Erigeron bonariensis L.

 

El Menzah, 27 juillet 2013


 

 

Amaranthus-cf.-lividus-L-JPG

 

Amaranthus  cf. lividus L.

 

El Menzah, 21 juillet 2013

 

Amaranthe-des-trottoirs.JPG

 

 

Amaranthus  cf. lividus L.

 

El Menzah, 21 juillet 2013

 


Cette vergerette de Bonard n'est pas encore trop concurrencée par sa cousine moins rugueuse, la vergerette du Canada (Erigeron canadensis L.) qui pousse déjà ses tiges droites et vigoureuses  et dont la florescence est plus tardive .  Toutes deux, originaires du continent américain, sont depuis longtemps naturalisées dans le bassin méditerranéen et au-delà.

 

Erigeron-canadensis---E.-bonariensis.JPG

 

      Erigeron bonariensis (à gauche) + Erigeron canadensis (à droite)

 

El Menzah, 27 juillet 2013

 

Erigeron-canadensis-e.JPG


Erigeron canadensis

Tunis,  30 juillet 2013


 

 


Erigeron-canadensis-h.JPG


enfilade d' Erigeron canadensis  

 

Tunis,  30 juillet 2013

 

D'ici un mois ou deux on verra fleurir cette vergerette du Canada.

 

Erigeron canadensis c


Erigeron canadensis : 9 octobre 2011

   

 

Egalement en bordure de certains trottoirs de la banlieue nord de Tunis (Ariana, El Menzah) une autre astéracée, déjà passablement desséchée,  la laitue scarole ( Lactuca serriola  L.) n'avait été observée par nous que depuis deux ou trois ans à peine; or, à présent, elle semble proliférer. Elle est aisément reconnaissable par les épines de sa nervure dorsale.


Lactuca-serriola-laitue-scarole.JPG

 

Lactuca serriola L.

El Menzah, 27 juillet 2013

 

Lactuca-serriola3.JPG

 

Lactuca serriola L.

 A noter les épines sur la nervure dorsale

 

dossier5-2178.JPG


Lactuca serriola L.


Autre plante des trottoirs assez banale, de la famille des Poacées (ex graminées) le chiendent pied de poule : Cynodon dactylon (L.).


 Cynodon-dactylon--L.-.JPG

Cynodon dactylon (L.)

Cité Mahrajane 27 juillet 2013


Cynodon-dactylon-chiendent-pied-de-poule.JPG


Cynodon dactylon (L.)


Cité Mahrajane 27 juillet 2013

 

LES CIMETIERES


Le recueillement auprès des êtres disparus ont porté nos pas au cimetière juif du Borgel* (face au quartier Montplaisir) puis  au cimetière musulman du Jellaz**, à la sortie sud de Tunis.

 

Le premier nous a montré un amoncellement inextricable  de broussailles rendant hasardeux le cheminement entre les tombes; ne cacheraient-elles pas quelque bête venimeuse ou des cavités dans lesquelles une entorse est toujours à craindre ? Ce danger de chute est avéré vu l'état de dislocation d'un très grand nombre de sépultures. La cause de ce délabrement macabre, plutôt que dans les ravages du temps, est à rechercher dans l'instabilité du sol humide, vaseux en profondeur, puisque ce terrain a été conquis sur le lac de Tunis encore tout proche. Les tombes les plus anciennes, simples dalles de marbre à même le sol, ont beaucoup mieux résisté aux contraintes du terrain.


TOMBES-DISLOQUEES-copie-1.JPG

 

  Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

Dracula es-tu là ?


Il y a cependant quelques allées principales où l'on peut circuler sans risque; nous les avons vues bordées en cette saison d'abondants pieds de carotte commune (Daucus carota L.).

 

Borgel--beaucoup-de-Daucus-dans-l-allee.JPG


Daucus carota L. 

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


carotte-sauvage-en-fruits.JPG

 

Fruits épineux visibles de Daucus carota L.


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Borgel--graines-de-carottes-sauvages.JPG

 

Fruits épineux visibles de Daucus carota L.

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

 

Le long de cette allée principale on voit plusieurs schinus à feuilles de térébinthe Schinus terebinthifolius Raddi parfois appelé poivriers roses, qui fournissent un bel ombrage. Leurs troncs sont parfois très noueux, tourmentés, parfois torsadés.


Borgel--Schinus-terebinthifolius.JPG

 

Schinus terebinthifolius Raddi

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Tronc-de-Schinus-terebinthifolius.JPG

 

tronc de Schinus terebinthifolius Raddi

derrière, les dalles funéraires anciennes, à même le sol


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013

 

 

Le ricin est présent çà et là mais le plus surprenant c'est, en certaines parties en friche du cimetière, l'impression de se trouver face à une forêt tant est impressionnante la prolifération de jeunes pieds d'ailantes ou faux vernis du Japon (Ailanthus altissima (Mill.)), autre plante éminemment envahissante de la famille des Simaroubacées.


Borgel--foret-d-ailanthes.JPG

 

colonisation du terrain par Ailanthus altissima (Mill.)


Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


 

Borgel--Ailanthus-altissimus.JPG


 Ailanthus altissima (Mill.) à perte de vue

Cimetière du Borgel : 12 juillet 2013


Le cimetière du Jellaz, beaucoup plus vaste, est adossé à une colline dont l'ossature est constitué de calcaire éocène (Yprésien) à Globigérines. Lors d'une courte visite nous avons noté qu'y ont été plantés des arbres d'essences variées. Bien sûr des cyprès (Cupressus sempervirens L.), mais aussi des rangées de Melia azedarach, d'assez rares Schinus terebinthifolius et quelques Tipuana tipu (Benth.).


cimetiere-du-Jellaz--les-deux-types-de-cypres.JPG


 Cupressusus sempervirens L.

cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

cimetiere-du-Jellaz--Schinus-terebinthifolia.JPG


    Schinus terebinthifolius Raddi

 

cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

A un étage plus bas de la végétation, plusieurs arbustes souples et élégants de tabac glauque (Nicotiana glauca Graham)  une autre plante invasive,  aux longues fleurs jaunes tubulaires, de la famille des solanacées.

 

cimetiere-du-Jellaz--Nicotiana-glauca.JPG


 Nicotiana glauca Graham

      cimetière du Jellaz, 25 juillet 2013

 

 

Pour finir cette brève énumération signalons, auprès de plusieurs tombes, des fourrés de belles de nuit (Mirabilis jalapa L.) ne montrant pas de fleurs à l'heure matinale de la visite. Nous ne savons pas si elles ont été expressément plantées par les proches des défunts où si elles ont trouvé là un terrain favorable pour leur dispersion spontanée.


Remarquons que plusieurs, sinon la majorité, des espèces citées dans cet article ne sont pas originaires de Tunisie; elles y ont été introduites et se sont acclimatées au cours des quelques derniers siècles qui nous précèdent. Il en est peut-être  de même du cyprès (Cupressus sempervirens), pourtant si méditerranéen, pour lesquels Le Floc'h et al. (2010) émettent des doutes quant à son "indigénat" tunisien.

 

__________________________________________________________________________________________

 

*  Feu l'historien Jacques Taïeb a consacré une étude approfondie aux cimetières israèlites de Tunis lisible sur le net :http://www.harissa.com/news/article/d%C3%A9c%C3%A8s-de-jacques-taieb-historien-tunisien-et-co-fondateur-de-la-shjt

 

**Concernant l'histoire des cimetières de Tunis, on pourra consulter également sur le web le tout récent article que leur a consacré  Hatem Bourial : http://www.webdo.tn/2013/07/26/connaissez-vous-les-origines-du-jellaz-et-des-autres-cimetieres-de-tunis/

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 15:04

Tamaricacées           

 

La systématique des espèces du genre Tamarix rencontrées en Tunisie n'est pas encore clairement établie (cf. LE FLOC’H E. & al.*** (2010). C'est pour cela que, par prudence, nous adopterons une nomenclature ouverte pour les deux formes que nous avons distinguées.

 

 

Tamarix sp.1 = tamaris =  طرفة (tarfa)

 

B65 

Environs de Tunis (Raouad) : mai 97

 

 

Tamarix sp. 2 = tamaris =  طرفة (tarfa)


B66

 

Tunis, parc du Belvédère : mars 98

 

 

Cistacées

 

Les cistacées sont des arbrisseaux ou des plantes herbacées présents surtout dans les régions méditerranéennes.

Leurs fleurs comportent 5 pétales libres, 3 ou5 sépales, de nombreuses étamines, un style.

Les différents genres se distinguent par le nombre et la taille des sépales (3+2 plus petits dans les genres Helianthum et Fumana) et par le style.

 

Genre Cistus : les cistes ont des feuilles  persistantes; ils sont pyrophytes c'est-à-dire qu'ils ont la faculté de se  régénèrer après des incendies tandis que les plantes concurrentes sont éliminées.

               

 

Cistus monspeliensis L.= ciste de Montpellier  = تاي العرب (tay ‘arbi)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 108, 109

                BENISTON NT &WS (1984) : 155

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14 = تاي العرب (tay ‘arbi)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 149

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 80

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 176, 171

                LE FLOC’H E. & al. (2010) : 183

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 180, 181

                POLESE J.M. (1977) : n°197

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.103

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 826, 521

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 699, pl.67 fig.2056

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 154, 155

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 147, fig.329

 

B67

 

Sidi Mediene (Zaghouan) : 24 mars 96

 

Ce ciste est le plus fréquent, il se reconnaît facilement à ses petites feuilles.

 

 

Cistus salviifolius L. (à gauche) = ciste à feuilles de sauge  = تاي العرب (tay ‘arbi)

 (+ C. monspeliensis à droite) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 109 (C. salvifolius)

                BAYER E. & al. (1990) : 108, 109 (C. salvifolius)

                BENISTON NT &WS (1984) : 117, 155

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14, = تاي العرب (tay ‘arbi)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 149

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 176, 171

                LE FLOC’H E. (1983) : 159

                LE FLOC’H E. & al. (2010) : 183

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 180,

                POLESE J.M. (1977) : n°198

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.102

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 827, 521

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 697, pl.67 fig.2052

                SBF Tunisie 2006 : 98, 129, 130

                        SCHONFELDER I. & P. (1989) : 154, 155

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 147, fig.328

 

B68

 

Jebel Mekki : 27 avril 97


cistesalv.jpg

 

Jebel Mekki : avril 97

 

Cistus salviifolius se distingue de l'espèce  précédente par ses fleurs nettement plus grandes, et par ses "feuilles larges, vert pâle, pétiolées, larges-elliptiques, à bord ondulé, un peu velues sur les deux faces" (BURNIE D. & al. 1995) rappelant les feuilles de sauge. Ce serait le seul ciste présent hors région méditerranéenne car, en France,  on le trouve jusque dans le Massif Central.

 

Cistus creticus L. = ciste de Crète (= C.villosus  L. = ciste villeux)

  

                BARDIN P. L. (1898) : C. polymorphus WILLK., var. incanus BATT. et TRAB.

                BAYER E. & al. (1990) : 106, 107  (C. incanus)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 147 (C. incanus)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 176, 170

                LE FLOC’H E. (1983) : 159 (=C. villosus var. undulatus SPACH.= C.       creticus   L.)

                LE FLOC’H E.& al. (2010) : 183

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.100 (C. villosus)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 824, 520, fig. p.530 (C.    villosus L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 696, pl.67 fig.2050 (C. villosus L.)

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 152, 153  (C. incanus)

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 147, fig.327 (C. incanus)

 

B69

 

Jebel Nahli : 1er avril 98

 

 

Fumana thymifolia (L.) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 112, 113

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 180

                LE FLOC’H E. & al. (2010) : 184

                LIPPERT W. & PODLECH D.  (1994) : 82, 83

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl. 11,.372 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 854, 537

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 718

                SBF Tunisie 2006 : 372

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 158, 159

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 144, fig.321

 

004 Fumana thymifolia Sidi Raïs 17-3-2013

 

Sidi Raïs 17 mars 2013


012-copie-1

 

 Sidi Raïs : 17 mars 2013


Tuberaria guttata (L.) = tubéraire gutté 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 112

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 10

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 177

                JAUZEIN Ph. (l995)  (Xolantha guttata) : 187

                LE FLOC’H E. & al. (2010) : 188

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 82

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 109

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 831, 524

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 700

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 156

 

016 bis Tuberaria guttata Sidi Raïs 17-3-2013

 

Sidi Raïs : 17 mars 2013


015bisTuberaria guttata Sidi Raïs 17-3-2013

 

Sidi Raïs : 17 mars 2013


 

Cucurbitacées


Dans toutes les villes de Tunisie, et dans les moindres villages, les étalages croulent sous de redondantes cucurbitacées, fruits et légumes et leurs multiples variétés (surtout en cette saison estivale) . Citons les melons (Cucumis melo L.), pastèques (Citrullus  lanatus (Thumb.)), concombres (Cucumis sativus L.), courges, courgettes, citrouilles, potirons (Cucurbita pepo L.). Le grignotage  de leurs graines séchées et salées  était un passetemps fort apprécié des tunisiens. Dans les salles de cinéma populaires ( les corn flakes n'existaient pas !), il était souvent horripilant d'entendre près de soi,  et tout au long de la projection du film,  décortiquer ce qu'on appelle "glibettes"  (petites graines en arabe) dont les écorces venaient joncher le sol. Appartenant également à cette famille mentionnons l'éponge végétale (Luffa aegyptiaca) souvent proposées dans les souks et dans certaines boutiques, généralement suspendues à leurs devantures
 Par contre, dans la nature, les cucurbitacées sauvages ne sont pas aussi abondantes ni aussi diversifiées. La flore tunisienne de POTTIER ALAPETITE ne distingue que trois espèces. Ici, il ne sera question que de deux d'entre elles.       

 

 

                Ecballium elaterium (L.) = momordique cornichon d’âne  = فقوس البهايم (faqqûs el    bhâïm)


                BARDIN P. L. (1898) : 510

                BAYER E. & al. (1990) : 116, 117

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 32,   فقوس الحمير  (faqous el h'mir)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 153

                CAREME Cl.  (1990) : 214, 215 =  فقوس الحمير (feggous-el-hamir)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 181, 178

                LE FLOC’H E. (1983) : 240 = فقوس البهايم (faqqûs el bhâïm)

                LE FLOC’H E. & al. (2010) : 194

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 84, 85

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.188

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1366, 929

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 893, pl.90 fig.2682

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 160, 161

                ZOUARI T. (1981) : t.3, 154, fig.1024,  = فقوس البهايم (faqqûs el bhim)

 

Ecbalium

 

Tunis, parc du Belvédère : avril 96

 

Cette plante est très fréquente dans les environs de Tunis. Le fruit est une sorte de cornichon couvert de poils rudes. Lorsqu'il arrive à maturité, le plus léger frôlement lui fait projeter ses graines. Effet de surprise assuré !

 

Citrullus colocynthis  (L.) = coloquinte

 

                   LE FLOC’H E. & al. (2010) : 194 

                   POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  Colocynthis vulgaris (L.) (= Citrullus   colocynthis Schrad. :         1367, 930, 934

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962)  Colocynthis vulgaris : 894

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 160

                VIAL Y. & VIAL M. (1974) : 113


Citrollus colocynthis


   Sud tunisien : avril 2008

 

__________________________________________________________________________________________

 

***La liste des ouvrages de référence consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 09:21

Papavéracées               

 

Glaucium flavum CRANTZ = pavot cornu 

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 100 (G. luteum)

                BAYER E. & al. (1990) : 36

                BENISTON NT &WS (1984) : 131

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 66

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 75

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97, 95

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 54, 55

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 260, 166, fig. p.175

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :380

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 88, 89

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 8, fig.11


image0-77.jpg


                                Raouad, banlieue nord Tunis : 30 mai 96

 

 

Papaver dubium L. = pavot douteux =  بوقرعون (bougaroun)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) :                      208

                BARDIN P. L. (1898) : 100

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, بوقرعون

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 65

                CAREME Cl.  (1990) : 290, 291 =  بوقرعون (bougaroun)

                GOUNOT M. (1995) : 139

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97

                POLESE J.M. (1977) : n° 65

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 264, 169

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 378

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 27

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 26, 27

                       ZOUARI T. (1981) : t.1, 5, fig.4


image0-75.jpg


    Raouad, banlieue nord Tunis : 5 mars 97

 

 

 

Papaver rhoeas L. = coquelicot =  بوقرعون (bougaroun)

 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 208

                BARDIN P. L. (1898) : 99 P. rhaeas

                BENISTON NT &WS (1984) : 213

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, coquelicot à pétales fugaces = بوقرعون

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 65

                CAREME Cl.  (1990) :286, 287 = بوقرعون (bougaroun)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 77

                GOUNOT M. (1995) : 139

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97

                LE FLOC’H E. (1983) : 99 = بوقرعون (bu gar’ûn)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 130, 131

                        POLESE J.M. (1977) : n° 64

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.34

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 263, 168

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 377, pl.34 fig.1008

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 27

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 26, 27

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 5, fig.2 = بوقرعون (garoun, bougaroun)

 

En mai 1990 le chemin conduisant à la rude pente du Jbel Fkirine était bordé sur des centaines de mètres d’une large bande de coquelicots. Nous avons refait à plusieurs reprises cette randonnée, parfois à cette même période mais n’avons jamais retrouvé cette abondance de coquelicots : urbanisation, emploi de désherbants ?

 


 


002-copie-1.jpg


Jebel Fkirine : mai 90

 

Lord d'une autre sortie, en mai 1989,  la longue piste qui nous conduisait au site romain de Hammam Zouakra se frayait un chemin au milieu de champs de coquelicots  


001-copie-2.jpg


Environs de Hammam Zouakra près de Maktar


 003.JPG

 

      Bizerte 12 mai 2013


002-copie-1.JPG


Bizerte : 12 mai 2013


Fumariacées

 

Les fumeterres étaient autrefois inclus dans  la famille des papavéracées. Ils forment maintenant la famille des fumariacées. Ils se distinguent des papavéracées par leurs fleurs en tube avec éperon : 2 sépales, 4 pétales (2 intérieurs, 2 extérieurs),  6 étamines en deux rangs, 2 carpelles dont un seul donnera un fruit.

Ce sont des plantes annuelles que l’on trouve soit dans les terrains vagues, soit comme adventices des sols cultivés.

La distinction des différentes espèces nécessite le plus souvent une observation minutieuse des fruits qu'il ne nous a pas toujours été possible d'effectuer. 

 

Fumaria cf. agraria  LAG. = fumeterre des champs = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, صيبانة 

                CAREME Cl.  (1990) :  276, 277 =  سبانة (sibana),  بوالة (bouala)   

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 272, 174

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 383


image0-78.jpg

 

                                                       Tunis, INRA : fév. 97

 

 

Fumaria capreolata  L. = fumeterre grimpant = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 101

                BAYER E. & al. (1990) : 34, 35

                BENISTON NT &WS (1984) : 70

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 68

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 76

                LE FLOC’H E. (1983) : 99 = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.37

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 273, 176, fig. p.175

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 383, pl.34 fig.1028

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 88, 89

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 11, fig.16

 

Fumaria capreolata est grimpante; ses fleurs blanchâtres ont des bouts rougeâtres. Lorsque les fruits se forment les pétioles se courbent vers le bas.


Fumaria-capreolata-quartier-Belvedere-8-3-2013-B-bis.jpg


 Tunis quartier Belvédère : mars 2013


Fumaria-capreolata-quartier-Belvedere-8-3-2013-C.JPG

 

 

 

 

Fumaria parviflora Lamk. = fumeterre à petites fleurs = صيبانة جيدة (sibana jiida)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, صيبانة جيدة

                CAREME Cl.  (1990) : 282 = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

                JAUZEIN Ph. (l995) :  559 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 282, 179

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

 

Fumaria parviflora  est moins vigoureuse que F. capreolata. Ses feuilles sont composées de segments linéaires cannelés. Les fleurs sont à pédoncule court.

 

032-Fumaria-parviflora-Oudna-10-3-2013.JPG

 

Oudna : 10 mars 2013

 

Fumaria sp.

 

019bis Fumaria cf officinalis


Oudna : 10 mars 2013


Fumaria-cf-officinalis-Oudna-10-3-2013-C.JPG


Oudna : 10 mars 2013

Résédacées   

 

Reseda alba  L.= réséda blanc = بعبوس اللخروف  (babous-el-krouf)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 108-109

                BAYER E. & al. (1990) : 44, 45

                BENISTON NT &WS (1984) : 87

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 78

                CAREME Cl.  (1990) : 320, 321 = بعبوس اللخروف  (babous-el-krouf)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 114 =  ذيل خروف (dhil khrouf)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 78

                GOUNOT M. (1995) : 139

                LE FLOC’H E. (1983) : 109 =  بعبوس اللخروف (ba’bûs khrûf)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

                POLESE J.M. (1977) : n° 188

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.45

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 395, 253

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 438, pl.38 fig.1219

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 157, fig.351

 

                                               image0-82

 

Sidi Mediene : 24 mars 96


007-copie-2.JPG

 

Reseda lutea  L.= réséda jaune 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 126, 159

                BARDIN P. L. (1898) : 109

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 78

                CAREME Cl.  (1990) : 320, 321

                POLESE J.M. (1977) : n° 295

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.44

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 397, 256

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 441, pl.38 fig.1226

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 158, fig.358


image0-83.jpg


 Collines de l’Ariana, banlieue nord de Tunis : avril 98

 

__________________________________________________________________________

 


*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 20:14

 

Sur les injonctions sympathiques de notre ami Ben (qui nous titille chaque fois au sujet de notre blog), nous consacrons cet article aux plantes qu'il nous a été donné d'observer le dimanche 10 mars dans les environs du site archéologique d'Oudna (Uthina) situé à une trentaine de kilomètres de Tunis. La journée a été superbe. La marche conduite par Marlène, pas trop contraignante du fait d'une douce topographie, était suivie par de nombreux randonneurs. Elle nous a laissé l'opportunité d'observer  diverses plantes, d'en établir la liste  (sans naturellement prétendre à l'exhaustivité) et de photographier certaines d'entre elles.

 

Ressas-vu-d-Oudna.JPG

 

Le Jbel Ressass vu depuis Oudna

 

012

 

Randonneurs au milieu des asphodèles

 

014.JPG

 

Randonneurs sur les vestiges d'un pont romain

 

 

Cupressacées


      Tetraclinis articulata (Vahl) = faux thuya articulé . Cest, de loin, l'arbre le plus représenté   dans cette région

      Ampelodesma mauritanica (Poir.) =  diss de Mauritanie

      Stipa cf. tenacissima L. = alfa vrai


Aracées


      Arisarum vulgare Targ.-Tozz. = arisarum commun


Liliacées


      Asphodelus microcarpus Viv. = asphodèle à petits fruits

029.JPG

 

      Asphodelus tenuifolius Cavan. = asphodèle à feuilles menues

      Drimia maritima (L.) = scille maritime (ex Urginea maritima)

 

Iridacées


      Romulea cf. bulbocodium (L.) = romulée bulbocodium


Asparagacées


      Asparagus albus L. = asperge blanche


Orchidacées


    Ophrys cf. tenthredinifera Willd. = ophrys tenthrède


025.JPG

 

      Orchis italica Poir. = orchis cuissard


019-Orchis-italica-Oudna-10-3-2012.JPG


Urticacées


      Urtica pilulifera L. = ortie à pilules


Fumariacées


      Fumaria cf. officinalis L. = fumeterre officinal


019bis-Fumaria-cf-officinalis.jpg


 

025-copie-1.JPG

 

      Fumaria parviflora Lamk. = fumeterre à petites fleurs


032.JPG

 

Brassicacées (ex crucifères)

 

      Biscutella didyma L. = lunetière didyme

      Diplotaxis muralis (L.) = diplotaxis des murs

      Eruca vesicaria (L.) = roquette enflée

      Lobularia maritima Desv. = lobulaire maritime


Césalpinées


      Ceratonia siliqua L. = caroubier


Fabacées (ex papilionacées)


      Calycotome villosa (Poir.) = calycotome soyeux

      Tetragonolobus purpureus Moench   = tetragonolobe pourpré

     Beaucoup de randonneurs ont admiré les fleurs pourpres et veloutées de cette plante.

 

Géraniacées


      Erodium malacoides (L.) = Erodium à feuilles de mauve


Oxalidacées


En bordure des champs, d'abondantes oxalides : Oxalis pes-caprae, avec, en certains endroits restreints, sa variante  à fleurs doubles O. pes-caprae forma pleniforma, indiquée comme rare par POTTIER-ALAPETITE***et que nous n'avions jamais observée auparavant.

 

Oxalis pes-caprae L. = oxalide pied-de-chèvre


008-Oxalis-pes-caprae.JPG

 

Oxalis pes-caprae forma pleniflora Cout. = oxalide à pied-de-chèvre forme à fleurs doubles


034-Oxalis-pes-caprae.JPG


 

037.JPG

 

Euphorbiacées


      Euphorbia helioscopia L. = euphorbe réveille-matin


Cistacées


      Cistus monspeliensis L. = ciste de Montpellier


Thyméléacées


      Thymelea hirsuta (L.) = passerine hirsute


Apiacées (ex ombellifères)

 

      Magydaris pastinacea (Lamk.) = magydaris faux-panais


Magydaris-pastinacea-Oudna-10-3-2013.JPG

 

Smyrnium olusatrum L. = maceron à gros fruits


043.JPG

 

      Thapsia garganica L. = thapsia du Mont Gargan


Ericacées


      Erica multiflora L. = bruyère multiflore


Primulacées


      Anagallis arvensis L. = mouron des champs


036.JPG

 

Anagallis arvensis subsp.platyphylla (Baudo)


Anagallis-arvensis-subsp.platyphylla.jpg

 

Boraginacées


Anchusa undulata L. = buglosse à feuilles ondulées 


028.JPG

 

      Borago officinalis L. = bourrache officinale

      Echium parviflorum Moench = vipérine à petites fleurs

      Echium plantagineum L. = vipérine à feuilles de plantain


Lamiacées (ex labiées)


      Lavandula multifida L. = lavande à feuilles découpées

      Marrubium cf. vulgare L. = marrube vulgaire


009-Marrubium-cf-vulgare--Oudna-10-3-2013.JPG


 

017.JPG

 

      Rosmarinus officinalis L. = romarin officinal

      Salvia verbenaca L. = sauge verveine


005-Salvia-verbenaca.JPG


      Thymus sp. = thym


Scrophulariacées


      Celsia cretica L. = celsie de Crète


Celsia-creticaa-Oudna-14-03-2012.JPG

 

Celsia-cretica-Oudna-14-03-2012--2-.JPG

 

Globulariacées


      Globularia alypum L. = globulaire, séné arabe


Plantaginacées


      Plantago coronopifolius L. = plantain corne de cerf


Rubiacées


      Sherardia arvensis L. = sherardie fausse aspérule


030-Sherardia-arvensis-Oudna-10-3-2013.JPG


Astéracées (ex composées) 


      Calendula arvensis L. = souci des champs

      Galactites tomentosa Moench = galactite tomenteux

      Glebionis coronarium (L.) = (ex Chrysanthemum coronarium) chrysanthème des       couronnes

 

La pluie ne nous a surpris qu'une fois revenus aux voitures laissées devant l'imposant amphithéâtre objet d'une restauration; elle  ne nous a nullement empêchés de visiter le site et d'écouter  les explications intéressantes et toujours pertinentes d'Ali Chérif sur les différents monuments romains .

 

044.JPG

 

L'amphithéâtre d'Oudna en cours de restauration

__________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 ("Quelques Apiacées"). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:59

Projet article 26

 

 

Avant d'aborder cette famille nous souhaitons rectifier une attribution générique erronée mentionnée dans le précédent article concernant la famille des Malvacées : la photo d'un arbuste attribuée à "Abutilon sp." concernerait, en fait, l'espèce Phymosia umbellata Cav. originaire du Mexique.

 

Brassicacées (dénomination courante : Crucifères)

 

Famille homogène, aisément reconnaissable tout d'abord par les quatre pétales de ses fleurs simulant une croix (d'où l'ancienne et habituelle appellation "Crucifères"). Notons également, comme caractères propres à cette famille, la présence  de quatre sépales, six étamines (quatre grandes et deux petites). L'ovaire formé de deux carpelles évoluera en un fruit, la silique, comportant une cloison médiane (ce qui la différencie de la gousse des papilionacées qui en est dépourvue).

 

On y trouve des plantes alimentaires, telles que le chou (Brassica oleracea L.), le chou-fleur (Brassica oleracea var. botrytis), le chou-rave (Brassica oleracea var. gongylodes L.), le navet (Brassica rapa L.),le radis (Raphanus sativus L.), la moutarde (Sinapis alba L.).

 

Plus de 50 genres de cette famille sont présents en Tunisie. Il ne sera question ici que de seulement douze d'entre eux. Nos randonnées nous ont fait observer les quelques espèces suivantes :

 

Biscutella didyma L. = lunetière didyme = العدسة (el âdissa) 

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 103

                BAYER E. & al. (1990) : 40, 41

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13, lunetière à fruits à deux lobes,  العدسة (el   âdissa)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 76

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 100

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 58, 59

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 333, 218, fig. p.217

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 405

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 68, fig.142


Biscutella-didyma.jpg

 

Barrage Sidi Salem : 5 avril 98

 

Cette plante est aisément reconnaissable par ses fruits formés de deux lobes orbiculaires.

 

Cakile maritima SCOP. = cakile maritime  

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 37, 209

                BARDIN P. L. (1898) : 102

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 77

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 100 (roquette de mer)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 16, 17

                POLESE J.M. (1977) : n°1 (roquette de mer)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 313, 205 C. aegyptiaca (L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 491, pl.35 fig.1062 (C. aegyptiaca      (L))

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 43, fig.84


Cakile-maritimum.jpg

 

Raouad, banlieue nord Tunis : 26 mai 96

 

Capsella bursapastoris (L.) = bourse à pasteur = برغوثة (berghoutha) 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 42

                BARDIN P. L. (1898) : 103-104

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14,  برغوثة (berghoutha)

                CAREME Cl.  (1990) : 154, 155 = berghoutsa, kiss-errai

                LE FLOC’HLE FLOC’H E. (1983) : 108

                POLESE J.M. (1977) : n° 166 (capselle bourse à pasteur)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 340, 222

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 411, pl.36 fig.1108

                STARY F. (1992) : 64-65

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 77, fig.166


Capsella-bursapastoris-route-x-17-3-97.jpg

 

Tunis, route X : 17 mars 97

 

Capsella bursapastoris est une brassicacée des plus banales qui, poussant sur tous terrains, se ressème et se reproduit abondamment. 

A fleurs blanches insignifiantes, on la reconnaît surtout à ses petits fruits triangulaires aplatis.

De la viendrait son nom : son fruit semble vide comme la bourse d’un pasteur…

 

Diplotaxis erucoides (L.) = roquette blanche = لبسان جشين (lebsane khchine) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 107

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13, fausse roquette, لبسان جشين (lebsane khchine)

                CAREME Cl.  (1990) : 162, 163 = harra, jarjir = fausse roquette

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 109, 110, fig. 4 p.104

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 299, 196

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :419

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 53, fig.105

 

Diplotaxis-erucoides-C.jpg

 

Tunis, Cité El Khadra : 31 janv. 97


Diplotaxis-erucoides.jpg


 

Diplotaxis-erucoides-D-Bou-Kornine-28-1-2013.JPG

 

Bou Kornine : 28 janv. 2013

  

Plante présente surtout en Méditerranée occidentale elle fleurit presque toute l’année, mais particulièrement abondamment en hiver

Son nom de genre vient du grec diplos « double » et taxis « rang » car le fruit présente une double rangée de graines. Ses feuilles ressemblent à celles de la roquette (Eruca vesicaria) d’où son nom d’espèce.

 

Diplotaxis muralis (L.) = diplotaxis des murs = لبسان جيد (labsène jiid)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13,  لبسان جيد (labsène jiid)

                   CAREME Cl.  (1990) : 160

                JAUZEIN Ph. (l995) :  331

                POLESE J.M. (1977) : 166

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 302, 198

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 421 

                SBF Tunisie 2006 : 356, 357

 

Diplotaxis-muralis-El-Khelifa-A-26-2-2012.JPG


El Khelifa : 27 fév.2012

 

Diplotaxis-muralis-El-Khelifa-B-26-2-2012.JPG

 

El Khelifa : 20 fév.2012 

 

Eruca vesicaria  (L.)  = roquette enflée = جرجير (jarjir) 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 76

                CAREME Cl.  (1990) :  176, 177 =  جرجير (jarjir)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101

                LE FLOC’H E. (1983) : 105

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 304, 199, 200

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 417, pl.37 fig.1129

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 44, fig.85

 

Eruca-vesicaria.jpg

 

Oudna : fév. 98

 

Dans la campagne, la roquette aux  feuilles très découpées, signale sa présence  par son odeur assez particulière. Une poignée de ses feuilles relève agréablement une salade d’un soupçon d’amertume.

 

Lobularia maritima  DESV. = lobulaire maritime: 

 

                BENISTON NT &WS (1984) : 46

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 75

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 109, 102

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 174, 175

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.41

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 352, 229

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 410

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 92, 93


Lobularia-maritima--2-.jpg

 

Route Tunis-La Goulette : fév. 97

 

Dès le début du printemps, la lobulaire maritime, plus souvent connue des jardiniers sous le nom d’alysson, forme des tapis de petits bouquets de fleurs blanches à l’odeur suave, voire entêtante.

 

Malcolmia doumetiana (Coss.) :

 

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 381, 244 (Maresia doumetiana)

 

Malcolmia doumetiana

 

Ghar El Melh : 20 nov. 2011


 Malcolmia-doumetiana--2-.JPG

 

Ghar El Melh : 20 nov.2011


Matthiola tricuspidata (L.)  = matthiole à trois pointes:

 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 72

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) :  : p.105

                   POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 372, 239

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 435

                        SCHONFELDER I. & P. (1989) : 90

 

Matthiola-tricuspidata-Jebel-Nahlib-7-4-99.jpg

 

Jebel Nahli : 7 avril 99

 

Espèce endémique du bassin méditerranéen, Matthiola tricuspidata, appelée parfois giroflée des dunes, pousse sur les terrains sablonneux littoraux. Elle est reconnaissable à sa silique surmontée de trois cornes.


Moricandia arvensis  (L.) = moricande des champs = كرننب الجمل (krumb el jmel) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 42, 43

                BENISTON NT &WS (1984) : 76

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13,  بحميم (bah’mim)

                GOUNOT M. (1995) : 141

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101, fig. 3 p.100

                LE FLOC’H E. (1983) : 106 = كرننب الجمل (krumb el jmel)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 16, 17

                        POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.39

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 319, 210, fig. p.209

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 426

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 45, fig.87

 

Moricandia-arvensis.jpg

 

Jebel Nahli : 7 avril 99

 

Rapistrum rugosum  (L.) = rapistre rugueux = لبسان (lebsene),  حارة(harra) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 103 (R. linnaeum et R. orientale)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14,  لبسان (lebsene)

                CAREME Cl.  (1990) : 172, 173 = لبسان (lebsene), حارة(harra)

                GOUNOT M. (1995) : 138

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101, fig. 3 p.100

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 56, 57

                        POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 310, 203, fig.p.206 (R.           rugosum       ssp.linneanum)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 402, pl.35 fig.1064

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 66, fig.139

 

Rapistrum-rugosum-Tunis-parc-Belvedere.jpg

 

Tunis, parc du Belvédère : mai 96

 

Rapistrum rugosum se distingue de la plupart des crucifères par ses fruits qui comportent une extrémité globuleuse au lieu des siliques plus ou moins allongée.

 

 

Sinapis cf arvensis  L.= moutarde des champs = جرددل (kherdel) 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 120

                BARDIN P. L. (1898) : 106

                CAREME Cl.  (1990) : 168, 169 = جرددل (kherdel)

                GOUNOT M. (1995) : 138

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 98, fig.4 p.104

                POLESE J.M. (1977) : n° 259

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 294, 193

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 421

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 66, fig.123 = khardel

 

cf Sinapis arvensis A route de Bizerte 5-3-97

 

Route Bizerte : 5 mars 97

 

cf-Sinapis-arvensis-B-route-de-Bizerte-5-3-97-copie-1.jpg


      route de Bizerte : 5 mars 97


Sisymbrium irio L. = sisymbrium vélar = حارة (harra) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 107

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12  (Sisymbre médicinal) = حارة(harra)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 383, 246

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 433


Sisymbrium-irio-A.jpg

 

Tunis, route X : fév. 97

 

Sisymbrium-irio-B.jpg

 

Tunis, El Menzah : 17 fév. 99

 

Cette espèce, très largement répandue en Afrique du Nord, en Europe et en Asie s'observe surtout en milieu urbain, bords des trottoirs, vieux murs...

 

 

Indéterminée 1 :

 

Brassicacée 1Tunis parc Belvédère avril 96 

Tunis parc Belvédère : avril 97

      Indéterminée 2 :

 

image0-44

 

Jebel Nahli ; 27 fév.2003

__________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article