Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 09:21

Papavéracées               

 

Glaucium flavum CRANTZ = pavot cornu 

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 100 (G. luteum)

                BAYER E. & al. (1990) : 36

                BENISTON NT &WS (1984) : 131

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 66

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 75

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97, 95

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 54, 55

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 260, 166, fig. p.175

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :380

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 88, 89

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 8, fig.11


image0-77.jpg


                                Raouad, banlieue nord Tunis : 30 mai 96

 

 

Papaver dubium L. = pavot douteux =  بوقرعون (bougaroun)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) :                      208

                BARDIN P. L. (1898) : 100

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, بوقرعون

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 65

                CAREME Cl.  (1990) : 290, 291 =  بوقرعون (bougaroun)

                GOUNOT M. (1995) : 139

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97

                POLESE J.M. (1977) : n° 65

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 264, 169

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 378

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 27

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 26, 27

                       ZOUARI T. (1981) : t.1, 5, fig.4


image0-75.jpg


    Raouad, banlieue nord Tunis : 5 mars 97

 

 

 

Papaver rhoeas L. = coquelicot =  بوقرعون (bougaroun)

 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 208

                BARDIN P. L. (1898) : 99 P. rhaeas

                BENISTON NT &WS (1984) : 213

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, coquelicot à pétales fugaces = بوقرعون

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 65

                CAREME Cl.  (1990) :286, 287 = بوقرعون (bougaroun)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 77

                GOUNOT M. (1995) : 139

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 97

                LE FLOC’H E. (1983) : 99 = بوقرعون (bu gar’ûn)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 130, 131

                        POLESE J.M. (1977) : n° 64

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.34

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 263, 168

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 377, pl.34 fig.1008

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 27

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 26, 27

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 5, fig.2 = بوقرعون (garoun, bougaroun)

 

En mai 1990 le chemin conduisant à la rude pente du Jbel Fkirine était bordé sur des centaines de mètres d’une large bande de coquelicots. Nous avons refait à plusieurs reprises cette randonnée, parfois à cette même période mais n’avons jamais retrouvé cette abondance de coquelicots : urbanisation, emploi de désherbants ?

 


 


002-copie-1.jpg


Jebel Fkirine : mai 90

 

Lord d'une autre sortie, en mai 1989,  la longue piste qui nous conduisait au site romain de Hammam Zouakra se frayait un chemin au milieu de champs de coquelicots  


001-copie-2.jpg


Environs de Hammam Zouakra près de Maktar


 003.JPG

 

      Bizerte 12 mai 2013


002-copie-1.JPG


Bizerte : 12 mai 2013


Fumariacées

 

Les fumeterres étaient autrefois inclus dans  la famille des papavéracées. Ils forment maintenant la famille des fumariacées. Ils se distinguent des papavéracées par leurs fleurs en tube avec éperon : 2 sépales, 4 pétales (2 intérieurs, 2 extérieurs),  6 étamines en deux rangs, 2 carpelles dont un seul donnera un fruit.

Ce sont des plantes annuelles que l’on trouve soit dans les terrains vagues, soit comme adventices des sols cultivés.

La distinction des différentes espèces nécessite le plus souvent une observation minutieuse des fruits qu'il ne nous a pas toujours été possible d'effectuer. 

 

Fumaria cf. agraria  LAG. = fumeterre des champs = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, صيبانة 

                CAREME Cl.  (1990) :  276, 277 =  سبانة (sibana),  بوالة (bouala)   

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 272, 174

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 383


image0-78.jpg

 

                                                       Tunis, INRA : fév. 97

 

 

Fumaria capreolata  L. = fumeterre grimpant = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 101

                BAYER E. & al. (1990) : 34, 35

                BENISTON NT &WS (1984) : 70

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 68

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 76

                LE FLOC’H E. (1983) : 99 = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.37

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 273, 176, fig. p.175

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 383, pl.34 fig.1028

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 88, 89

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 11, fig.16

 

Fumaria capreolata est grimpante; ses fleurs blanchâtres ont des bouts rougeâtres. Lorsque les fruits se forment les pétioles se courbent vers le bas.


Fumaria-capreolata-quartier-Belvedere-8-3-2013-B-bis.jpg


 Tunis quartier Belvédère : mars 2013


Fumaria-capreolata-quartier-Belvedere-8-3-2013-C.JPG

 

 

 

 

Fumaria parviflora Lamk. = fumeterre à petites fleurs = صيبانة جيدة (sibana jiida)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12, صيبانة جيدة

                CAREME Cl.  (1990) : 282 = سبانة (sibana),  بوالة (bouala)

                JAUZEIN Ph. (l995) :  559 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 282, 179

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

 

Fumaria parviflora  est moins vigoureuse que F. capreolata. Ses feuilles sont composées de segments linéaires cannelés. Les fleurs sont à pédoncule court.

 

032-Fumaria-parviflora-Oudna-10-3-2013.JPG

 

Oudna : 10 mars 2013

 

Fumaria sp.

 

019bis Fumaria cf officinalis


Oudna : 10 mars 2013


Fumaria-cf-officinalis-Oudna-10-3-2013-C.JPG


Oudna : 10 mars 2013

Résédacées   

 

Reseda alba  L.= réséda blanc = بعبوس اللخروف  (babous-el-krouf)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 108-109

                BAYER E. & al. (1990) : 44, 45

                BENISTON NT &WS (1984) : 87

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 78

                CAREME Cl.  (1990) : 320, 321 = بعبوس اللخروف  (babous-el-krouf)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 114 =  ذيل خروف (dhil khrouf)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 78

                GOUNOT M. (1995) : 139

                LE FLOC’H E. (1983) : 109 =  بعبوس اللخروف (ba’bûs khrûf)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176

                POLESE J.M. (1977) : n° 188

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.45

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 395, 253

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 438, pl.38 fig.1219

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 157, fig.351

 

                                               image0-82

 

Sidi Mediene : 24 mars 96


007-copie-2.JPG

 

Reseda lutea  L.= réséda jaune 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 126, 159

                BARDIN P. L. (1898) : 109

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 78

                CAREME Cl.  (1990) : 320, 321

                POLESE J.M. (1977) : n° 295

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.44

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 397, 256

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 441, pl.38 fig.1226

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 158, fig.358


image0-83.jpg


 Collines de l’Ariana, banlieue nord de Tunis : avril 98

 

__________________________________________________________________________

 


*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 20:14

 

Sur les injonctions sympathiques de notre ami Ben (qui nous titille chaque fois au sujet de notre blog), nous consacrons cet article aux plantes qu'il nous a été donné d'observer le dimanche 10 mars dans les environs du site archéologique d'Oudna (Uthina) situé à une trentaine de kilomètres de Tunis. La journée a été superbe. La marche conduite par Marlène, pas trop contraignante du fait d'une douce topographie, était suivie par de nombreux randonneurs. Elle nous a laissé l'opportunité d'observer  diverses plantes, d'en établir la liste  (sans naturellement prétendre à l'exhaustivité) et de photographier certaines d'entre elles.

 

Ressas-vu-d-Oudna.JPG

 

Le Jbel Ressass vu depuis Oudna

 

012

 

Randonneurs au milieu des asphodèles

 

014.JPG

 

Randonneurs sur les vestiges d'un pont romain

 

 

Cupressacées


      Tetraclinis articulata (Vahl) = faux thuya articulé . Cest, de loin, l'arbre le plus représenté   dans cette région

      Ampelodesma mauritanica (Poir.) =  diss de Mauritanie

      Stipa cf. tenacissima L. = alfa vrai


Aracées


      Arisarum vulgare Targ.-Tozz. = arisarum commun


Liliacées


      Asphodelus microcarpus Viv. = asphodèle à petits fruits

029.JPG

 

      Asphodelus tenuifolius Cavan. = asphodèle à feuilles menues

      Drimia maritima (L.) = scille maritime (ex Urginea maritima)

 

Iridacées


      Romulea cf. bulbocodium (L.) = romulée bulbocodium


Asparagacées


      Asparagus albus L. = asperge blanche


Orchidacées


    Ophrys cf. tenthredinifera Willd. = ophrys tenthrède


025.JPG

 

      Orchis italica Poir. = orchis cuissard


019-Orchis-italica-Oudna-10-3-2012.JPG


Urticacées


      Urtica pilulifera L. = ortie à pilules


Fumariacées


      Fumaria cf. officinalis L. = fumeterre officinal


019bis-Fumaria-cf-officinalis.jpg


 

025-copie-1.JPG

 

      Fumaria parviflora Lamk. = fumeterre à petites fleurs


032.JPG

 

Brassicacées (ex crucifères)

 

      Biscutella didyma L. = lunetière didyme

      Diplotaxis muralis (L.) = diplotaxis des murs

      Eruca vesicaria (L.) = roquette enflée

      Lobularia maritima Desv. = lobulaire maritime


Césalpinées


      Ceratonia siliqua L. = caroubier


Fabacées (ex papilionacées)


      Calycotome villosa (Poir.) = calycotome soyeux

      Tetragonolobus purpureus Moench   = tetragonolobe pourpré

     Beaucoup de randonneurs ont admiré les fleurs pourpres et veloutées de cette plante.

 

Géraniacées


      Erodium malacoides (L.) = Erodium à feuilles de mauve


Oxalidacées


En bordure des champs, d'abondantes oxalides : Oxalis pes-caprae, avec, en certains endroits restreints, sa variante  à fleurs doubles O. pes-caprae forma pleniforma, indiquée comme rare par POTTIER-ALAPETITE***et que nous n'avions jamais observée auparavant.

 

Oxalis pes-caprae L. = oxalide pied-de-chèvre


008-Oxalis-pes-caprae.JPG

 

Oxalis pes-caprae forma pleniflora Cout. = oxalide à pied-de-chèvre forme à fleurs doubles


034-Oxalis-pes-caprae.JPG


 

037.JPG

 

Euphorbiacées


      Euphorbia helioscopia L. = euphorbe réveille-matin


Cistacées


      Cistus monspeliensis L. = ciste de Montpellier


Thyméléacées


      Thymelea hirsuta (L.) = passerine hirsute


Apiacées (ex ombellifères)

 

      Magydaris pastinacea (Lamk.) = magydaris faux-panais


Magydaris-pastinacea-Oudna-10-3-2013.JPG

 

Smyrnium olusatrum L. = maceron à gros fruits


043.JPG

 

      Thapsia garganica L. = thapsia du Mont Gargan


Ericacées


      Erica multiflora L. = bruyère multiflore


Primulacées


      Anagallis arvensis L. = mouron des champs


036.JPG

 

Anagallis arvensis subsp.platyphylla (Baudo)


Anagallis-arvensis-subsp.platyphylla.jpg

 

Boraginacées


Anchusa undulata L. = buglosse à feuilles ondulées 


028.JPG

 

      Borago officinalis L. = bourrache officinale

      Echium parviflorum Moench = vipérine à petites fleurs

      Echium plantagineum L. = vipérine à feuilles de plantain


Lamiacées (ex labiées)


      Lavandula multifida L. = lavande à feuilles découpées

      Marrubium cf. vulgare L. = marrube vulgaire


009-Marrubium-cf-vulgare--Oudna-10-3-2013.JPG


 

017.JPG

 

      Rosmarinus officinalis L. = romarin officinal

      Salvia verbenaca L. = sauge verveine


005-Salvia-verbenaca.JPG


      Thymus sp. = thym


Scrophulariacées


      Celsia cretica L. = celsie de Crète


Celsia-creticaa-Oudna-14-03-2012.JPG

 

Celsia-cretica-Oudna-14-03-2012--2-.JPG

 

Globulariacées


      Globularia alypum L. = globulaire, séné arabe


Plantaginacées


      Plantago coronopifolius L. = plantain corne de cerf


Rubiacées


      Sherardia arvensis L. = sherardie fausse aspérule


030-Sherardia-arvensis-Oudna-10-3-2013.JPG


Astéracées (ex composées) 


      Calendula arvensis L. = souci des champs

      Galactites tomentosa Moench = galactite tomenteux

      Glebionis coronarium (L.) = (ex Chrysanthemum coronarium) chrysanthème des       couronnes

 

La pluie ne nous a surpris qu'une fois revenus aux voitures laissées devant l'imposant amphithéâtre objet d'une restauration; elle  ne nous a nullement empêchés de visiter le site et d'écouter  les explications intéressantes et toujours pertinentes d'Ali Chérif sur les différents monuments romains .

 

044.JPG

 

L'amphithéâtre d'Oudna en cours de restauration

__________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 ("Quelques Apiacées"). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 14:59

Projet article 26

 

 

Avant d'aborder cette famille nous souhaitons rectifier une attribution générique erronée mentionnée dans le précédent article concernant la famille des Malvacées : la photo d'un arbuste attribuée à "Abutilon sp." concernerait, en fait, l'espèce Phymosia umbellata Cav. originaire du Mexique.

 

Brassicacées (dénomination courante : Crucifères)

 

Famille homogène, aisément reconnaissable tout d'abord par les quatre pétales de ses fleurs simulant une croix (d'où l'ancienne et habituelle appellation "Crucifères"). Notons également, comme caractères propres à cette famille, la présence  de quatre sépales, six étamines (quatre grandes et deux petites). L'ovaire formé de deux carpelles évoluera en un fruit, la silique, comportant une cloison médiane (ce qui la différencie de la gousse des papilionacées qui en est dépourvue).

 

On y trouve des plantes alimentaires, telles que le chou (Brassica oleracea L.), le chou-fleur (Brassica oleracea var. botrytis), le chou-rave (Brassica oleracea var. gongylodes L.), le navet (Brassica rapa L.),le radis (Raphanus sativus L.), la moutarde (Sinapis alba L.).

 

Plus de 50 genres de cette famille sont présents en Tunisie. Il ne sera question ici que de seulement douze d'entre eux. Nos randonnées nous ont fait observer les quelques espèces suivantes :

 

Biscutella didyma L. = lunetière didyme = العدسة (el âdissa) 

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 103

                BAYER E. & al. (1990) : 40, 41

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13, lunetière à fruits à deux lobes,  العدسة (el   âdissa)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 76

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 100

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 58, 59

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 333, 218, fig. p.217

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 405

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 68, fig.142


Biscutella-didyma.jpg

 

Barrage Sidi Salem : 5 avril 98

 

Cette plante est aisément reconnaissable par ses fruits formés de deux lobes orbiculaires.

 

Cakile maritima SCOP. = cakile maritime  

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 37, 209

                BARDIN P. L. (1898) : 102

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 77

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 100 (roquette de mer)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 16, 17

                POLESE J.M. (1977) : n°1 (roquette de mer)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 313, 205 C. aegyptiaca (L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 491, pl.35 fig.1062 (C. aegyptiaca      (L))

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 43, fig.84


Cakile-maritimum.jpg

 

Raouad, banlieue nord Tunis : 26 mai 96

 

Capsella bursapastoris (L.) = bourse à pasteur = برغوثة (berghoutha) 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 42

                BARDIN P. L. (1898) : 103-104

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14,  برغوثة (berghoutha)

                CAREME Cl.  (1990) : 154, 155 = berghoutsa, kiss-errai

                LE FLOC’HLE FLOC’H E. (1983) : 108

                POLESE J.M. (1977) : n° 166 (capselle bourse à pasteur)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 340, 222

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 411, pl.36 fig.1108

                STARY F. (1992) : 64-65

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 77, fig.166


Capsella-bursapastoris-route-x-17-3-97.jpg

 

Tunis, route X : 17 mars 97

 

Capsella bursapastoris est une brassicacée des plus banales qui, poussant sur tous terrains, se ressème et se reproduit abondamment. 

A fleurs blanches insignifiantes, on la reconnaît surtout à ses petits fruits triangulaires aplatis.

De la viendrait son nom : son fruit semble vide comme la bourse d’un pasteur…

 

Diplotaxis erucoides (L.) = roquette blanche = لبسان جشين (lebsane khchine) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 107

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13, fausse roquette, لبسان جشين (lebsane khchine)

                CAREME Cl.  (1990) : 162, 163 = harra, jarjir = fausse roquette

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 109, 110, fig. 4 p.104

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 299, 196

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :419

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 53, fig.105

 

Diplotaxis-erucoides-C.jpg

 

Tunis, Cité El Khadra : 31 janv. 97


Diplotaxis-erucoides.jpg


 

Diplotaxis-erucoides-D-Bou-Kornine-28-1-2013.JPG

 

Bou Kornine : 28 janv. 2013

  

Plante présente surtout en Méditerranée occidentale elle fleurit presque toute l’année, mais particulièrement abondamment en hiver

Son nom de genre vient du grec diplos « double » et taxis « rang » car le fruit présente une double rangée de graines. Ses feuilles ressemblent à celles de la roquette (Eruca vesicaria) d’où son nom d’espèce.

 

Diplotaxis muralis (L.) = diplotaxis des murs = لبسان جيد (labsène jiid)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13,  لبسان جيد (labsène jiid)

                   CAREME Cl.  (1990) : 160

                JAUZEIN Ph. (l995) :  331

                POLESE J.M. (1977) : 166

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 302, 198

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 421 

                SBF Tunisie 2006 : 356, 357

 

Diplotaxis-muralis-El-Khelifa-A-26-2-2012.JPG


El Khelifa : 27 fév.2012

 

Diplotaxis-muralis-El-Khelifa-B-26-2-2012.JPG

 

El Khelifa : 20 fév.2012 

 

Eruca vesicaria  (L.)  = roquette enflée = جرجير (jarjir) 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 76

                CAREME Cl.  (1990) :  176, 177 =  جرجير (jarjir)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101

                LE FLOC’H E. (1983) : 105

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 304, 199, 200

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 417, pl.37 fig.1129

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 44, fig.85

 

Eruca-vesicaria.jpg

 

Oudna : fév. 98

 

Dans la campagne, la roquette aux  feuilles très découpées, signale sa présence  par son odeur assez particulière. Une poignée de ses feuilles relève agréablement une salade d’un soupçon d’amertume.

 

Lobularia maritima  DESV. = lobulaire maritime: 

 

                BENISTON NT &WS (1984) : 46

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 75

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 109, 102

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 174, 175

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.41

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 352, 229

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 410

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 92, 93


Lobularia-maritima--2-.jpg

 

Route Tunis-La Goulette : fév. 97

 

Dès le début du printemps, la lobulaire maritime, plus souvent connue des jardiniers sous le nom d’alysson, forme des tapis de petits bouquets de fleurs blanches à l’odeur suave, voire entêtante.

 

Malcolmia doumetiana (Coss.) :

 

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 381, 244 (Maresia doumetiana)

 

Malcolmia doumetiana

 

Ghar El Melh : 20 nov. 2011


 Malcolmia-doumetiana--2-.JPG

 

Ghar El Melh : 20 nov.2011


Matthiola tricuspidata (L.)  = matthiole à trois pointes:

 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 72

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) :  : p.105

                   POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 372, 239

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 435

                        SCHONFELDER I. & P. (1989) : 90

 

Matthiola-tricuspidata-Jebel-Nahlib-7-4-99.jpg

 

Jebel Nahli : 7 avril 99

 

Espèce endémique du bassin méditerranéen, Matthiola tricuspidata, appelée parfois giroflée des dunes, pousse sur les terrains sablonneux littoraux. Elle est reconnaissable à sa silique surmontée de trois cornes.


Moricandia arvensis  (L.) = moricande des champs = كرننب الجمل (krumb el jmel) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 42, 43

                BENISTON NT &WS (1984) : 76

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 13,  بحميم (bah’mim)

                GOUNOT M. (1995) : 141

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101, fig. 3 p.100

                LE FLOC’H E. (1983) : 106 = كرننب الجمل (krumb el jmel)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 16, 17

                        POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.39

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 319, 210, fig. p.209

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 426

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 94, 95

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 45, fig.87

 

Moricandia-arvensis.jpg

 

Jebel Nahli : 7 avril 99

 

Rapistrum rugosum  (L.) = rapistre rugueux = لبسان (lebsene),  حارة(harra) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 103 (R. linnaeum et R. orientale)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14,  لبسان (lebsene)

                CAREME Cl.  (1990) : 172, 173 = لبسان (lebsene), حارة(harra)

                GOUNOT M. (1995) : 138

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 101, fig. 3 p.100

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 56, 57

                        POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 310, 203, fig.p.206 (R.           rugosum       ssp.linneanum)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 402, pl.35 fig.1064

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 66, fig.139

 

Rapistrum-rugosum-Tunis-parc-Belvedere.jpg

 

Tunis, parc du Belvédère : mai 96

 

Rapistrum rugosum se distingue de la plupart des crucifères par ses fruits qui comportent une extrémité globuleuse au lieu des siliques plus ou moins allongée.

 

 

Sinapis cf arvensis  L.= moutarde des champs = جرددل (kherdel) 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 120

                BARDIN P. L. (1898) : 106

                CAREME Cl.  (1990) : 168, 169 = جرددل (kherdel)

                GOUNOT M. (1995) : 138

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 98, fig.4 p.104

                POLESE J.M. (1977) : n° 259

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 294, 193

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 421

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 66, fig.123 = khardel

 

cf Sinapis arvensis A route de Bizerte 5-3-97

 

Route Bizerte : 5 mars 97

 

cf-Sinapis-arvensis-B-route-de-Bizerte-5-3-97-copie-1.jpg


      route de Bizerte : 5 mars 97


Sisymbrium irio L. = sisymbrium vélar = حارة (harra) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 107

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12  (Sisymbre médicinal) = حارة(harra)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 383, 246

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 433


Sisymbrium-irio-A.jpg

 

Tunis, route X : fév. 97

 

Sisymbrium-irio-B.jpg

 

Tunis, El Menzah : 17 fév. 99

 

Cette espèce, très largement répandue en Afrique du Nord, en Europe et en Asie s'observe surtout en milieu urbain, bords des trottoirs, vieux murs...

 

 

Indéterminée 1 :

 

Brassicacée 1Tunis parc Belvédère avril 96 

Tunis parc Belvédère : avril 97

      Indéterminée 2 :

 

image0-44

 

Jebel Nahli ; 27 fév.2003

__________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 20:06

 

 

Famille Malvacées

 

Les malvacées ont de grandes fleurs très décoratives. Aussi les retrouve-t-on comme arbres et arbustes ornementaux dans parcs et jardins (Lagunaria, Abutilon, Hibiscus) et dans les massifs de plantes herbacées  Lavatera, Malva, Althea, Alcea etc., ces dernières ayant eu leur célébrité grâce à une des dictées pièges de Bernard Pivot.

 

Leurs fleurs ont cinq pétales, cinq sépales, de nombreuses étamines soudées à la base formant un tube entourant le pistil. Les malvacées autres que les abutilons possèdent, au-dessous du calice,  un autre verticille de pièces florales,  le calicule formé de bractées dont la composition et le nombre déterminent les différents genres.

 

Abelmoschus esculentus (L.) = gombo = ganaouia 

 

                BARTELS A. (1994)*** : 321

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981): 506


ganaouia

 

Cette plante originaire d' Afrique subsaharienne est cultivée pour ses fruits, légumes très appréciés en Tunisie.  Munis de fins poils, ils ont une section pentagonale régulière. La "ganaouia marsaouia"  est particulièrement réputée ; elle est cultivée près de La Marsa, station balnéaire dans la banlieue nord de Tunis. C'est en effet en direction de Raouad que nous avons vu des champs cultivés de gombo aux grandes fleurs jaunes.

 

Abutilon  grandifolia Willd.


Abutilon cf grandifolium

 

Tunis, parc du Belvédère : déc 96

Abutilon sp.

 


Abutilon sp. B

 

Tunis, villa quartier du Belvédère : 22 janv.2011

 

Abutilon sp. A


 Tunis, villa quartier Belvédère : 22 janv.2011


Hibiscus rosa-sinensis L. = rose de Chine 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 142

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 506


Hibiscus

 

Tunis, quartier Notre-Dame : mai 95

 

 

Lagunaria patersonii  (Andrews)

 

Lagunaria patersonii (2)


Tunis quartier Belvédère : 3 juin 2011


Lagunaria patersonii


Tunis quartier Belvédère : 3 juin 2011


Cet arbre au feuillage d'un vert olive s'observe assez fréquemment dans les jardins d'hôtels ou de particuliers et dans quelques  espaces publics.

 

 

Lavatera maritima GOUAN = lavatère maritime 

 

                BENISTON NT &WS (1984) : 102

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 169, 162

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 142, 143

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 789, 499, fig.p.500

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 629, pl.60 fig.1832

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 146, 147


Lavatera maritima

 

Ghar el Melh : 14 fév.99


Lavatera trimestris L. = lavatère annuelle

   

     BAYER E. & al. (1990) : 100

     BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 141

     JAUZEIN Ph. (l995) :  493

     POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 790, 501

     QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 628

 

Lavatera trimestris A

 

Tunis (parc du Belvédère) : 30 avril 96

 

Lavatera trimestris B

 

 Tunis, parc du Belvédère : 30 avril 96

 

002


Tunis (parc du Belvédère) 20 mai 96

 

Malaviscus arboreus Cav. = hibiscus piment

 

                BARTELS A. (1994) : 147

                JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. .  (non daté) : 32

 

B64


 Tunis, nov.97


Les fleurs de cet arbuste exotique ont des pétales qui ne sont pas largement étalés comme le sont ceux des hibiscus.

 

 

Malope malacoides L. = malope fausse mauve

 

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 169

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : 369

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 782, 495, 500

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 625

 

 Malope malacoides A

Zaghouan : 17 mai 2011

 

Malope malacoides D


Zaghouan : 17 mai 2011

 

Nous l'avons remarquée en bordure de route, près de Sidi Bou Gobrine, accrochée au versant rocheux de la montagne.

 

Malva nicaeensis  ALL.= mauve de Nice :=  خبيزة جيدة (khbiza jida)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 183

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 15, خبيزة جيدة (khbiza jida)

                CAREME Cl.  (1990) : 268, 269 =  خبيزة صغيرة (khoubbiza-sghira)

                GOUNOT M. (1995) : 140

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 798, 505, fig. p.500

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 628, pl.59fig.1823

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 16, fig.31 = khobbiza

 

Malva nicaensis

 

Tunis, route X: 1er mars 97

 

Cette espèce de malvacée est probablement la plus fréquemment observée. 

 

Malva sylvestris L. = mauve sylvestre=  خبيزة  (khbiza)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) :  228              

                BARDIN P. L. (1898) : 183

                BAYER E. & al. (1990) : 100

                BENISTON NT &WS (1984) : 193

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 15, خبيزة  (khbiza)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 137, 139

                CAREME Cl.  (1990) : 266, 267 = خبيزة (khoubbiza)

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 169, 162

                KRISA B.  (1982) : 335, ph 361

                LE FLOC’H E. (1983) : 153 = خبيزة (khubbîza)

                POLESE J.M. (1977) : n° 95

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.98

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 797, 504

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 626, pl.59 fig.1819

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 146

                STARY F. (1992) : 40

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 16, fig.30 = khobbiza

 

B57

 

Sidi Mediene (Zaghouan) : 24 mars 96

 

001-copie-1


Tebournouk avril 91

 

Grecs et Romains utilisaient Malva sylvestris comme légume.

En Tunisie perdure l’habitude d'en consommer au printemps les feuilles et  les tiges, préparées comme des épinards.

 

Famille des Capparidacées                  

 

Capparis spinosa  L.= câprier épineux  =  كبّار (kabbar)


                BARDIN P. L. (1898) :108

                BAYER E. & al. (1990) : 34, 35

                BENISTON NT &WS (1984) : 303

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 14 , كبّار     (kabbar)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 69

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 32 كبّار (kabbar)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 112, 110

                LE FLOC’H E. (1983) : 99 = كبّار (kabbâr)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 176 ? 177

                OZENDA P. (1991) : 211

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.14-384

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 283, 180, fig. p. 175

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 386

                SBF Tunisie 2006 : 379

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 90

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 34, fig.76

 

image0-80

 

Carrières romaines d’El Haouaria : juin 97

 

image0-81


 Carrières romaines d'el Haouaria : juin 97

 

Capparis spinosa 2


Tebourba,15 mai 2010


Les boutons floraux, conservés dans le sel ou le vinaigre, constituent un condiment très apprécié qui relève de nombreuses préparations culinaires. Sur les rochers où cette plante s'accroche généralement, ses fleurs aux longues étamines violacées sont particulièrement belles.

 

__________________________________________________________________________________________ 

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 14:30

 

 

Ce dimanche 13 janvier nous étions nombreux de l'ADFE à suivre Marlène  pour cette randonnée proposée dans les bois de Gammarth, à une vingtaine de kilomètres à peine de Tunis. Randonnée pédestre qui n'empêche pas l'intérêt porté à la végétation environnante. Les arbres étaient essentiellement constitués de pins d'Alep (Pinus halepensis) et de différentes essences d'Eucalyptus dont E. camaldulensis qui perdaient  leur écorce. Au sol on pouvait voir les nombreux rouleaux de ces lambeaux d'écorce de couleur brune.


005.JPG


006.JPG

 

007.JPG

 

D'une hauteur moindre, les arbustes pas encore fleuris des Acacias (A. saligna et A. cf. salicifolia ) que les services des forêts emploient fréquemment pour la fixation des dunes et les lyciets (Lycium europaeum), solanacées remarqués par leurs petits fruits, perles d'un rouge vif. De nombreux buissons de genêt blanc (Retama raetam Forsk.) aux rameaux dénudés ne devraient pas tarder à fleurir.


Lycium-europaeum-Gammarth-13-01-2013-copie-1.JPG

 

018.JPG


Le sous-bois est principalement occupé par les Oxalis pes-caprae dont les belles fleurs jaunes ont été illustrées dans notre article précédent. Parmi les graminées (Poacées) qui ont retenu notre attention citons Lagurus ovatus (ou queue de lièvre).


Lagurus-ovatus.jpg

 

Tout au long de notre cheminement dans cette forêt de Gammarth il ne nous a pas été donné de remarquer les orchidées ou les Ephedra. Ils devraient pourtant être bien représentés dans quelques semaines.

Les asperges sauvages (Asparagus acutifolius L.), fréquentes et si appréciées, sont encore dépourvues de leurs nouvelles pousses.

De cette même famille (les asparagacées) et sans doute récemment introduite en Tunisie car non mentionnée dans les flores classiques de Tunisie (Cuénod et al..) une  plante grimpante s'accrochant à nos pieds Elide asparagoides L. Cette plante grimpante, ornementale, que de prime abord nous avions pris pour la salsepareille (Smilax aspera) est originaire d'Afrique tropicale et d'Afrique du Sud. Largement installée sur plusieurs continents, elle risque de devenir invasive.


Elide asparagoides=Asparagus asparagoides forêt Gammarth 1

 

Dans cette forêt de Gammarth, certaines niches sont occupées par une euphorbe propre à la région méditerranéenne, Euphorbia terracina L. (euphorbe de Terracine ou encore euphorbe des dunes).

 

 

Euphorbia terracina A forêt de Gammarth 13-01-2012

 

Euphorbia-terracina-Cbis--foret-de-Gammarth-13-01-2012.jpg

 

Une clématite (Clematis cirrhosa) aux grandes fleurs blanches mêle son feuillage aux arbustes environnants 

 

Clematis-cirrhosa-B-bis-Zaghouan-25-11-2012.jpg

 

En accédant sur la plage, une asteracée en fleur : Launaea sp.


Launaea fragilis Raouad 13-01-2013 A

 


Launaea-fragilis-Raouad-13-01-2013-C.JPG

 

En bordure de mer, beaucoup d' aegagropiles, ces pelotes marron souvent d'une parfaite sphéricité, constituées par l'agglomération des fibres des posidonies (Posidonia oceanica L.) sous l'effet des vagues. Faisant leur lit, très peu de gastéropodes mais une profusion de coquilles ouvertes de bivalves rejetées par la mer, espèces banales de notre littoral parmi lesquelles nous avons reconnu :


 Donax trunculus qu'ici nous appelons "haricots de mer"

Mactra corallina, en quantité surprenante, généralement d'un blanc laiteux

Glycimeris glycimeris (ex Pectunculus glycimeris) ou pétoncle

Arca noae ou arche de Noé

Solen cf. marginatus. ou "couteau"

Cerastoderma glauca (ex Cardium glaucum) = coques

 

015.JPG

 

016.JPG

 

 

Rappelons que les posidonies, souvent appelées à tort "algues" à cause de leur habitat marin et de leurs feuilles en longs rubans verts, sont en fait des angiospermes monocotylédones formant des herbiers dans les eaux peu profondes de la Méditerranée.


001

 

Sur cette photo, en haut à gauche Mactra corallina encadrée par des Donax trunculus. En bas, à gauche, la forme costulée est Cerastoderma glauca. Les coquilles rectangulaires sont des Solen.

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 07:44

 

Famille Géraniacées

 

Erodium  malacoides (L.)  = bec-de-grue fausse mauve  = موشيطة (mouchita) 

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 185

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 16, érodium à feuilles de mauve =                                        موشيطة (mouchita)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 122

                GOUNOT M. (1995) : 139

                LE FLOC’H E. (1983) : 128

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 702, 441

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 580, pl.53 fig.1676

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 130, 131

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 129, fig.284


B30 Erodium malacoides


Tunis, route X : 19 mars 97


046.jpg

 

      Tunis quartier Belvédère : fév.97


Erodium  moschatum (BURM.) = bec-de-grue à feuilles de ciguë = موشيطة (mouchita)  

 

                BARDIN P. L. (1898) : 185

                BENISTON NT &WS (1984) : 69

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 16, erodium musqué =  موشيطة  (mouchita)                          BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 1

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 689, 436= erodium musqué

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 578, pl. 53 fig.1670

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 124, fig.272


B29-moschatum.jpg

 

Tunis, route X : 5 mars 97 


 010.jpg 

      Tunis quartier Belvédère fév.96

 

Dans la très proche banlieue de Tunis, ces deux espèces d'Erodium  sont les plus répandues. On les trouve très souvent associées à une mauve, la très commune Malva nicaensis. Au cours de notre participation à la sortie botanique organisée en 2008  par la SBF dans le sud tunisien nous avons pu observer diverses autres géraniacées, entre autre le remarquable  Erodium arborescens Desf.

 

Erodium arborescens Desf. = érodium arborescent =  طمير الجمل (toummir ejmal)

 

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998)  : 34 =  طمير الجمل (toummir ejmal)                   

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 694, 437

                SBF Tunisie 2008 : 1ère journée : 37-41


Erodium-arborescens-C.jpg


      Sfax-Gabès :  28 mars 2008

 

Erodium asplenioides Desf. = érodium à feuilles de fougère  

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 696, 438

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 576


B32-Erodium-asplenioides-Bargou-9-03-2003.jpg

 

Jbel Bargou : 9 mars 2003 

 

 

Geranium cf. molle L. = géranium mou   

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 16 =    حلمة (halma)

               GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 156

                JAUZEIN Ph. (l995) : 365

                POLESE J.M. (1977) : n° 86

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph. 82

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 680, 429

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 573 


B31.jpg

 

Tunis, route X: 24 mars 96

 

Geranium-molle-Oudna-17-03-2012.JPG


Oudna : 17 mars 2012

 

 

Geranium robertianum L. ssp. purpureum (Vill.)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 225               

                JAUZEIN Ph. (l995) : 365

                POLESE J.M. (1977) : n° 90

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 685, 431

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 572

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 168 


Geranium-robertianum-ssp.-purpureum-foret-de-Gammarth.jpg

 

 Forêt de Gammarth

 

 

Pelargonium graveolens L'Hér. = géranium rosat ou odorant = عَطْرشِية ('Atarchyia)

 

 

          

Pelargonium--graveolens-Abis--Hammamet-7-5-2011.jpg

 

Oued El Faouara, Hammamet : 7 mai 2011


  Dossier3-1684-Pelargonium-graveolens--Oued-El-Faouara-7-5-2.JPG 

 

 Oued El Faouara, Hammamet : 7 mai 2011


 Pelargonium radula  L'Hér. = géranium odorant =    ('anbar) عَنْبَر

 

DSC02213.JPG


Tunis El Menzah V : déc.2012

 

DSC02214.JPG


 Tunis El Menzah V : déc.2012

 

Les Pelargoniums sont originaires d’Afrique australe. Ils sont cultivés un peu partout dans le monde comme plantes ornementales.

Les deux espèces ci-dessus sont odoriférantes. Par distillation à la vapeur d’eau de leurs feuilles et tiges on obtient des huiles essentielles qui entrent  dans la composition de plusieurs parfums renommés.

Sur les marchés, au printemps, s’amoncellent les tiges parfumées de Pelargonium graveolens à partir desquelles les ménagères tunisiennes fabriqueront,  dans des alambics rudimentaires, une eau de « géranium » :'atarchyia. Celle-ci sert à parfumer gâteaux et entremets.

 

 

Famille Oxalidacées          

 

Oxalis pes-caprae L. = oxalis pied-de-chèvre = قريسة (gourrissa)


                BARDIN P. L. (1898) : 190 (O. cernua THUMB.)

                BAYER E. & al. (1990) : 82, 83

                BENISTON NT &WS (1984) : 68

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 120

                CAREME Cl.  (1990) : 272, 273 = gourrissa

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 105  قريسة (gourrissa)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 152, 146

                LE FLOC’H E. (1983) : 128 = (O. cernua THUMB.) =  قريصة (qurrisa)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 78, 79

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.79               

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 706, 444 (O. cernua THUMB.)                 

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 581 (O.cernua THUMB.)                

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 130, 131


B34.jpg

 

Tunis, route X: mars 97


B33.jpg


Tunis route X : janv.98

 

Cette plante aux belles fleurs jaunes "originaire du Cap et naturalisée dans toute la région méditerranéenne" (POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) envahissante, était déjà très répandue au début des années 40. Pour un de nous (HB)  s'y rattache  un souvenir d'enfance : à l'école primaire des garçons de la rue de Colmar (actuelle rue Lénine) les sorties de plein air hebdomadaires amenaient généralement la classe dans le parc du Belvédère. Or, la chaleur et l'ardeur du soleil étaient telles au printemps que, pour tenter d'étancher notre soif, nous nous rabattions goulument sur les tiges acidulées et rafraîchissantes de cet oxalis. Dans notre langage enfantin nous l'appelions "gradouche", déformation probable d'un agro dolce italien?

Nous n'avons jamais observé les fruits de cette plante connue pour se reproduire généralement à partir de bulbilles souterraines

 

 

 

Famille Anacardiacées 

 

Pistacia atlantica Desf. = pistachier de l' Atlas = بطوم (bettoum)

 

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 28  بطوم (bettoum)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 773, 487, 486

                LE FLOC’H E., et al. (1989), 148, pl. 7, 8, 55

 

Pistacia-atlantica-Bettoum-Jbel-Bargou-30-01-99.jpg


Jebel Bargou : 30 janv.99

 

Nous en avons eu au Jebel Bargou cette vision insolite, totalement recouvert de neige.

 

 

Pistacia lentiscus  L. = pistachier lentisque =الذرو (eddhrou) 

 

                BARDIN P. L. (1898) : 193

                BAYER E. & al. (1990) : 94, 95

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 17, =الذرو (eddhrou)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 134

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 29 (dhirow)

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 181

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 99

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 164, 158

                LE FLOC’H E. (1983) : 144 =  ذرو (deru)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 147, pl. 53

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 230, 231

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.97

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 771, 485

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :611, pl.57 fig.1782

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 142, 143


004.jpg


Parc du Belvédère : mai 97

 

005.jpg

 

Jebel Ressas : 17 mars 98

 

Pistacia-lentiscus.jpg


Parc du Belvédère mars 97

 

Arbuste méditerranéen élément essentiel du maquis. A noter l'odeur poivrée de son feuillage. Les feuilles sont souvent déformées par des galles.

 

Pistacia terebinthus L. = pistachier térébinthe

 

 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 135

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 182

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 98

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 165, 159

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 148, 154

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 230

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.95-96

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 772, 485

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 142


Pistacia-terebinthus-Zaghouan-25-11-2012.JPG


 Jebel Zaghouan : 25 nov.2012

 

image0-51


Jebel Mekki : 25 oct.98

 

Schinus molle L. = faux poivrier pleureur  

 

                BARDIN P. L. (1898) : 194

                BARTELS A. (1994) : 110

                BAYER E. & al. (1990) : 94, 95

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°165

                LE FLOC’H E. (1983) : 150

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.10-362

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 488

                RHAIEM N.  (1996) :

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 142, 143


011.JPG

 

Tunis quartier Belvédère

 

image0-48


Tunis quartier Belvédère

 

 

Schinus terebenthifolius  RADDI = faux poivrier à feuilles de térébinthe   

 

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°166

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 489

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 142

 

image0-50


jardin Douar Chott (banlieue Nord Tunis) 15 déc.96

 

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:55

Apiacées (dénomination courante : Ombellifères)

 

 

Nous faisons ici une brève incursion dans cette famille représentée en Tunisie par une cinquantaine de genres et un nombre considérable d'espèces. Seulement une quinzaine d'entre elles font l'objet de cet article. 

Les apiacées (anciennement ombellifères) forment une famille homogène de plantes herbacées, le plus souvent bisannuelles ou vivaces,  dont les fleurs, petites, sont regroupées en ombellules, elles-mêmes réunies en ombelles (inflorescence en forme de parasol). Les fleurs sont pentamères :  5 sépales réduits à de petites dents, 5 pétales, 5 étamines, un ovaire et deux styles ; le fruit comporte donc deux graines à maturité. La fleur est généralement régulière mais, pour certaines espèces, les pétales en bordure de l’ombelle sont surdimensionnés,  ainsi  ils   attirent mieux les insectes assurant la pollinisation.

Leur détermination est basée  sur la présence ou non-présence d’un involucre, (ensemble de bractées à la base de l’ombelle) et sur la présence ou non- présence d’involucelles, ensemble de bractéoles à la base des ombellules, mais encore plus sur les particularités de leurs fruits (velus, ailés, aplatis etc…).

Parmi les apiacées se trouvent quelques plantes alimentaires : carotte, fenouil, céleri, panais et de nombreuses plantes aromatiques : aneth, coriandre, cumin, fenouil, céleri, persil, etc.

 

Ammi majus L.  = grand ammi =   قبابة كبيرة (gbeba kebira)

 

         BARDIN P. L. (1898)*** : 513

         BAYER E. & al. (1990) : 126

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 23 = قبابة

         CAREME Cl.  (1990) : 66, 67 = قبابة كبيرة (gbeba kebira)

         LE FLOC’H E..(1983) : 179 (khaba)

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 184 , 185

         GOUNOT M. (1995) : 137

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 936, 594

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 677

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 170, 171

 

    B94.jpg 

Tunis (parc du Belvédère ) :24 mai 96

 

Bupleurum lancifolium Horn. = buplèvre à feuilles en fer de lance

 

         BAYER E. & al. (1990) : 124, 125

         CAREME Cl.  (1990) : 72

         JAUZEIN Ph. (l995) : 503 (= B. subovatum Sprengel)

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 917, 583

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 653

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 168, 169

 

 

Bupleurum-lancifolium-A-copie-1.jpg

Tunis quartier Belvédère

 

bupleurum-lancifolium-B.jpg


Tunis quartier Belvédère

 

 

Coriandrum sativum L. = coriandre cultivée = تابل  (tabel)


         JAUZEIN Ph. (l995) :  523

         LE FLOC’H E. (1983) : 174 = تابل  (tabel)

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 909, 576

         STARY F. (1992) :86-87

 

coriandre1.JPG

 

 Oued El Faouara, région de Hammamet, 28 nov.2010

 

coriandre-3.JPG

 

Oued El Faouara Hammamet 28 nov.2010

 

Crithmum maritimum L. = perce-pierre 

 

        BARDIN P. L. (1899) : 96

         BAYER E. & al. (1990) : 122, 123

         BENISTON NT &WS (1984) : 333

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 23, crithme marine   

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 160

         COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 104

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 196, 187

         LE FLOC’H E. (1983) : 182

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 236, 237

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :  945, 599

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :668, pl.64 fig.1949

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 166, 167

 

 

crithmum-maritimum-17-10-Cap-Blanc.JPG 

 

Cap Blanc, région de Bizerte, 18 octobre 2010 

 

crithmum-maritimum2-cap-Blanc-17-10.JPG

 

Cap Blanc Région de Bizerte 18 oct.2010

 

Daucus carota L. = carotte commune = سفنارية جالية ( sfinnaria jalia)

 

         AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 69

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 165

         CAREME Cl.  (1990) : 76 = سفنارية جالية ( sfinnaria jalia)

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 192

         JAUZEIN Ph. (l995) :  507

         POLESE J.M. (1977) : 201

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  :  975, 618

 

Daucus carota est reconnaissable à ses ombelles de petites fleurs blanches ou rosées entourant  généralement une unique fleur d’un rouge pourpre simulant un insecte. On remarque aussi ses grands involucres et involucelles plus ou moins rabattus sur la tige. A maturité, l’ombelle et son involucre se referment, entourant les fruits.

 

 

Daucis-carota-1.JPG

 

Région de Tébourba 15-5-2010

 

 

Daucus-carota.jpg

 

Région de Tébourba 15 mai 2010

 

 

Daucus-carota-.jpg

 

Région de Tébourba 15 mai 2010

 

 

Eryngium campestre L.. = panicaut champêtre =  شوك الابيض    (chouk labiadh)

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 66

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 157

                CAREME Cl.  (1990) : 78, 79 = شوك الابيض    (chouk labiadh)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 188

                JAUZEIN Ph. (l995) : 501

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 

                POLESE J.M. (1977) : 375 

     POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 891, 566

     QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 652, pl.62 fig. 1879

 

B89.jpg 

 

Tunis, parc du Belvédère : avril 96

 

Eryngium maritimum L. = panicaut maritime : 636


         AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 306

         BARDIN P. L. (1898) : 513

         BAYER E. & al. (1990) : 118

         BENISTON NT &WS (1984) : 327

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 157

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 188, 183

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 20, 21

         POLESE J.M. (1977) : n° 29

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 894, 567

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 650

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 164, 165

 

B90.jpg 

 

Banlieue nord de Tunis, Raouad : mai 97

 

 

Eryngium triquetrum VAHL = panicaut triquètre = الشوك الازرق

 

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22 = الشوك الازرق

         GOUNOT M. (1995) : 137

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 889, 565 

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 650

         SBF Tunisie 2006 : 475, 476

 

 

     B88.jpg

 

Korbous : 22 mai 96

 

Eryngium-triquetrum-Oudna-Zaghouan.JPG 

 

route Oudna-Zaghouan 30 mai 2010

 

Ferula communis  L. = férule commune  = درياس غلمي  (drias ghalmi)


         BARDIN P. L. (1899) : 96

         BAYER E. & al. (1990) : 126, 127

         BENISTON NT &WS (1984) : 262

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 23 =  درياس غلمي  (drias ghalmi)

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 162

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 196, 187

         LE FLOC’H E. (1983) : 185 = كسبور  (kasbûr)

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 86, 87

         POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.115

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 959, 607

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 670, pl.64 fig.1954

         SBF Tunisie 2006 :

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 170, 171

 

 

    Ferula-communis--2-.jpg 

 

Mornag : mars 2010 

 

Ferula-communis.jpg 

 

Mornag mars 2010

 

Dès le mois d'avril, on voit en abondance dans les champs et les bords de routes se dresser les tiges striées hautes et vigoureuses de la férule. Les feuilles sont extrêmement et très finement découpées; les supérieures se caractérisent par "leur grande gaine membraneuse et leur limbe très réduit" (POTTIER-ALAPETITE G 1979).

 

Kundmannia sicula (L.) = kundmannie de Sicile

         BAYER E. & al. (1990) : 122, 123

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 955, 605

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 676, pl. 65, fig. 1984

 

 

Kundmannia sicula (2) 

 

Tunis, parc du Belvédère

 

Scandix pecten veneris L. = scandix peigne de Vénus 

 

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 184, 185

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 899, 571 

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 657, pl.63 fig.1907

 

 

B87.jpg 

 

Route de Bizerte : 5 mars 97

 

Smyrnium olusatrum L. = maceron à gros fruits  = تخسيس      (takhsis)

 

         BARDIN P. L. (1898) : 515

         BAYER E. & al. (1990) : 120

         BENISTON NT &WS (1984) : 137

         BOUARROUJ N et al. (non daté) : 23 = smyrnium à fruits noirs =  تخسيس   (takhsis)

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 159

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 192, 186

         LE FLOC’H E. (1983) : 175

         LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 86, 87

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 911, 578

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 677, pl.65 fig.1993

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 168, 169

 

 

    B92.jpg

 

Cap Bon, route de Korbous : fév. 97

 

Thapsia garganica L. = thapsia du mont Gargan = درياس (deriès)


         CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 117 = درياس (deriès)

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 966, 612

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 656, pl. 63, fig. 1902

 

037.jpg


Jbel Ressas 18 mars 96

 

 

A ne pas confondre avec la férule; ces deux plantes, à première vue, ont beaucoup de points communs. Le même nom arabe درياس (deriès) les désigne toutes deux. Cependant, et sans entrer dans les observations plus approfondies relatives à leurs fruits, remarquons que  la thapsia se distingue de la férule par un feuillage moins finement découpé. Elle semble aussi apparaître plus tardivement dans le paysage tunisien.

 

Tordylium apulum  L. = godronette des  Pouilles 

 

         BARDIN P. L. (1899) : 97

         BAYER E. & al. (1990) : 126, 127

         BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 163

         GOUNOT M. (1995) : 140

         GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 192, fig. 11 p.189

         POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.117

         POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 957, 606

         QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 659, pl.63 fig. 1917

         SCHONFELDER I. & P. (1989) : 170, 171

 

    B93.jpg 

 

Jebel Ressas : 19 mars 96

 

Dossier3-1389.JPG

 

Oued El Faouara Hammamet 28 nov.2010

 

 

 

Indéterm1

 

B96 

 

 Ports puniques : 14 oct. 97

 

 

Indéterm. 2.

    B97.jpg

 

Ports puniques : 14 oct. 97

 

__________________________________________________________________________

 

***  Une liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés avait  été mentionnée à la fin de l'article du 28 octobre 2010 ("Arbres et arbustes du côté d'El Menzah article 2 et ouvrages consultés"). Nous la redonnons ici, complétée des dernières acquisitions. Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

 

OUVRAGES   DE   REFERENCE

 

AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : Guide des fleurs sauvages. Hatier, 397pp. , 736 phot. coul. 

 

ANPE (Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire) Tunis :Arbres et arbustes des rues et des avenues de Tunis. (Poster). 

 

ANPE (Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire) Tunis : Les jardins fleuris de Tunis, Les grimpants. (Poster). 

 

ANPE (Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire) Tunis : Les arbustes, arbrisseaux et sous-arbrisseaux. (Poster). 

 

BARDIN P. L. (1898-1899) : Catalogue méthodique et raisonné des plantes vasculaires de Carthage et de ses environs avec indication des plantes médicinales indigènes. Revue tunisienne, 1898, 95-110, 183-203, 372-378, 509-516 ; 1899, 96-106, 189-203, 353-359, 472-485.

 

BARTELS A. (1994) : Guide des plantes tropicales. Plantes ornementales, plantes utiles, fruits exotiques. Eugen Ulmer éd., 384 p., 387 phot. coul. 

 

BAYER E., BUTTLER K.P., FINKENZELLER X. & GRAU J. (1990) : Guide de la flore méditerranéenne. Caractéristiques, habitat, distribution et particularités de 536 espèces.  DELACHAUX ET NESTLE,  287 pp., Neuchâtel (Suisse) – Paris. 

 

BENISTON NT &WS (1984) : Fleurs d’Algérie. Entreprise Nat. Du Livre, Alger, 359 p. 

 

BIANCHINI F. & CARRARA PANTANO A. (1975) : Le Guide vert des plantes et des fleurs.  Solar, éd., 522 phot. 

 

BOUARROUJ N.  (chef de travaux), BEN ARFA A., BOUARROUA M., CHAOUCHE A. & EL KASRI A. (non daté) : Liste des plantes spontanées de la région de Tunis.  Fac. Agron. , Lab. Botan. et Phytopath. , doc. inéd. , 38 pp., 3 p. index franç. , 2 p. errat. ,  3 p. synon. arabes des plantes potagères. 

 

BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : Les fleurs de Méditerranée. Le guide visuel de plus de 500 espèces de fleurs sauvages.  Bordas, 320 pp.   

 

CAREME Cl.  (1990) : Les adventices des cultures méditerranéennes en Tunisie. Leurs plantules, leurs semences. INRAT, Publ. Agricole n° 26,  399 pp., Tunis.

 

CASTILLA F.  (1984) : El Jardin botanico de la Orotavia. Everest éd. 

 

CASTRILLON B.V. (1988) : La flora iberica.  Amaya éd., Madrid. 

 

CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : Flore succincte et illustrée des zones arides et sahariennes de Tunisie. L’Or du Temps, Tunis, 290 p. 

 

CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : Les Arbres.  Solar éd., Guide vert, 384 pp. 

 

COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : Les fleurs du Midi. EDISUD, 160 pp., Aix en Provence.

 

COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) :  Les arbres.  Bordas éd.  L’œil nature, 320 pp. 

 

CUENOD A., POTTIER-ALAPETITE G. & LABBE A. (1954) : Flore analytique et synoptique de la Tunisie : Cryptogames vasculaires,  Gymnospermes et Monocotylédones.  Office de l’Exp. et de la Vulg.agricole de Tunisie, 287 pp., SEFAN, Tunis.

 

GODET J.D. (1994) : Arbres et arbustes. Delachaux et Niestlé, 128 pp., 152 taxons illustrés.

 

GOUNOT M. (1995) : Bioclimatologie de la Tunisie  in : NABLI  M. et alii (1995) :  Essai de synthèse sur la végétation et la phyto-écologie tunisiennes. II & III – Le milieu physique et la végétation. Ecologie végétale appliquée.  Programme Flore et végétation tunisiennes, vol.  5 et 6, 542 pp. , fig. et photos + pl. h.-t. (Ouvrage collectif coordonné par M. H. Nabli).

 

GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : La flore et la végétation méditerranéenne. Editions Ouest-France, 331 p., 18 fig., carte. 

 

JAUZEIN Ph. (l995) :  Flore des champs cultivés.  INRA, Paris, 898 pp. 

 

JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. :Fleurs tropicales.  EXBRAYAT éd. , 48 pp., Fort de France.


KRICHENE R. (2003) : Arbres et arbustes d'ornement en Tunisie. Ed. Ministère de l'agriculture, de l'environnement et des ressources hydrauliques, 50p.

  

KRISA B.  (1982) : Encyclopédie des plantes à fleurs. GRUND,  352 pp., Prague  (Tchécoslovaquie). 

 

LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : Les arbres. Nathan,  378 pp. + index.

  

LE FLOC’H E.  (1983) : Contribution à une étude ethnobotanique de la flore tunisienne. Publ. Sci. Tunis. Progr. Flore et végétation tunisienne. 2è partie, 402 p.


LE FLOC’H E., BOULOS L. et VELA E. (2010) : Catalogue synonymique commenté de la flore de Tunisie. Rép. tunisienne, Ministère de l'environnement et du développement durable. Banque de gènes.


LE FLOC’H E., SCHOENENBERGER A., NABLI M.A. et VALDEYRON G. (1989)  Biologie et écologie des principaux taxons in NABLI M. A. et alii (1989) : Essai de synthèse sur la végétation et la phyto-écologie tunisienne.  – Eléments de botanique et de phyto-écologie.  Programme Flore et Végétation tunisiennes, vol. 4, 247 pp., 28 + 15 fig., 70 pl.  (Ouvrage collectif coordonné  par M. H. Nabli).

 

LIPPERT W. & PODLECH D.  (1994) : Plantes de Méditerranée. Nathan, 254 p..400 ph. couleurs, 200 schémas.  

 

MAIRE R. (1952-1977) : Flore de l'Afrique du Nord. Paul Lechevalier éd., Paris, 14 vol.  

 

OZENDA P. (1991) : Les organismes végétaux. 2 : Végétaux supérieurs.  Masson  éd. 258 pp., 139 fig. 

 

POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : Arbres. Grund, 223 pp.

 

POLESE J.M. (1977) : Le guide des Plantes et Fleurs sauvages. Sélection du Reader’s Digest, 255 pp., 421 pl. phot.

 

POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : Fleurs du Bassin Méditerranéen.  Nathan éd., 325 pp.,  311 illustr. Couleurs, 8 phot. en noir, 7 cartes, 24 pl., 15 dessins.

 

POTTIER –ALAPETITE  G.  (1979-1981) :  Flore de la Tunisie :  Angiospermes – Dicotylédones. Vol.1 : Apétales et Dyalipétales. 651 pp. (1979). Vol.2 : Gamopétales. 529 pp. (1981). Publ. Scient. Tunisienne, Tunis.

 

QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : Nouvelle flore de l’Algérie et des régions limitrophes. CNRS éd., Paris, 2 t., ll65 pp.

 

RHAIEM N.  (1996) : Levez la tête, ils vous parlent.  La Presse, Tunis, journal du 10 Nov. 1996, p.3.   

 

RODRIGUEZ PEREZ J.A.  (1990) : Flora exotica en las islas Canarias.  Everest  éd., 236 pp.

 

SBF : http://www.bium.univ-paris5.fr/sbf/activtunisie.htm

 

SCHONFELDER I. & P.  (1988) :  Guide de la flore méditerranéenne.  HATIER, 314 pp., Fribourg (Suisse).

 

STARY F. (1992) : Plantes médicinales. Grund,  223 pp.

 

VALLES V. & VALLES-LOMBARD A.M. (1988) : Orchidées de Tunisie. Midi-Pyrénées Impression, Toulouse, 106 p , 91 ph.

 

VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : Plantes des champs et des forêts. Grund, 223 pp.  

  

VIAL Y. & VIAL M. (1974) : Sahara milieu vivant. Guide du voyageur naturaliste. 224 pp., nombreuses phot. noir et blanc et coul.

 

ZOUARI T. (1981) : Flore et écologie taxonomique de Tunisie. Dicotylédones Vol. 1 : Dialypétales thalamiflores. 208 pp., fig. 1-368. Vol. 2 : Dialypétales calyciflores. 215 pp., fig. 369-739. (n’a pu être consulté). Vol. 3 : Gamopétales inferovariées  ou calyciflores gamopétales. 175 pp. fig. 740-1034. Thèse Doct. Univ. (inéd.), Univ. Droit d’Econom. et des Sci. (Aix – Marseille 3), Fac. Sci. et Techn. de St Jérôme. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 09:21

 

 

Depuis notre dernier article sur ce blog, quelques éléments sont venus s'ajouter à notre collection d'ouvrages relatifs à la botanique et, plus spécialement, à la flore méditerranéenne.

Tout d'abord une publication concernant les plantes ornementales de Tunisie*. Ensuite l'imposant traité de Maire en quatorze volumes parus entre 1952 et 1977, un classique pour la flore maghrébine**. Et enfin le récent catalogue synonymique de la flore de Tunisie***, si précieux pour connaître les combinaisons taxonomiques actuellement jugées valables. 

 

Myrtacées      

 

Cette famille présente la particularité de n'être représentée en Tunisie que par un genre unique et par une seule espèce spontanée, le myrte, au demeurant largement répandu dans tout le bassin méditerranéen.

 

Myrtus communis  L. = myrte sauvage =  ريحان (rih’ane)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 377

                BAYER E. & al. (1990) : 114, 115

                BENISTON NT &WS (1984) : 308

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, ريحان (rih’ane)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 155

                CASTRILLON B.V. (1988) : 18

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 95

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 184, 178

                LE FLOC’H E. (1983) : 71 = رحان ; ريحان (rihân)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 182, 183

             OZENDA P. (1991) : 210

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.12-374

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 876, 553, fig. p.550

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 637, pl.61 fig.1856

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 162, 163

 

 

    B79-copie-1.jpg

 

 Route Mornag-Bou Ficha : 16 nov. 97

 

B79 (2)

 

  Cap Bon (vers Korbous) : 9 nov. 2003

 

Depuis des temps reculés le caractère sacré du myrte s'est manifesté auprès de populations les plus variées et toute une symbolique reste attachée à cette plante.

 

Eucalyptus spp. 

 

Ces arbres sont tellement familiers dans le paysage tunisien qu'ils paraissent avoir toujours fait partie de la flore locale alors qu'ils sont originaires d'Australie. Ils abondent dans certains parcs, mais surtout en bordures de routes (arrêtant très fâcheusement la course d'automobiles) ou comme élément de reboisement au côté des pins d'Alep ou d'acacias divers. La couleur vert-argenté de leur feuillage est assez particulière mais pas autant que leur odeur aux vertus bénéfiques bien reconnues (inhalation pour les problèmes bronchiques). On lui attribue, en plus, la propriété d'éloigner les insectes indésirables (mouches et moustiques). Il n'est pas rare dans les campagnes et petites villes de voir un bouquet de branches d'eucalyptus suspendu au-dessus des portes d'entrée.

 Selon les espèces considérées les fruits, des akènes en forme de toupie, sont plus ou moins grands. Il a été souvent remarqué que, peut-être à cause de la toxicité de ces fruits la végétation est très appauvrie sous les frondaisons des bois d'eucalyptus. Il paraîtrait que lors de l'introduction de ces arbres en Afrique du Nord on aurait omis d'importer les sous-bois adaptés à ces arbres dans leur Océanie d'origine.

Le bois de ces arbres est très cassant et, à la suite d'orages ou de vents violents, il n'est pas rare de les voir abattus en travers de la route. Et c'est sans doute pour qu'ils n'atteignent pas des hauteurs qui les rendraient dangereux, qu'ils sont sectionnés sévèrement très près du sol.  Ces coupes sont très pénibles à voir car elles déparent les bordures de routes désormais privées de leur ombrage; fort heureusement ce dommage n'est pas irrémédiable et on a la satisfactions  de voir assez rapidement repartir le feuillage depuis ce qui subsiste des troncs. Naturellement le bois récupéré est loin d'être perdu puisqu'il va alimenter toute une industrie de fabrication de bois aggloméré.  

 

                Eucalyptus  camaldulensis Dehnh.

 

                BAYER E. & al. (1990) : 114, 115

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 155

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°105

                RHAIEM N.  (1996) 

              SCHONFELDER I. & P. (1989) : 162, 163

  

 image0-67.jpg 

   

  Tunis, Mutuelleville : déc. 96


 

001.JPG

 

  Tunis avenue Jugurtha 20-10-2012

 

 

 

Le port de cet eucalyptus est  majestueux. On peut, en particulier, l'admirer sur la route reliant Salammbô à Carthage. Les frondaisons se rejoignant au-dessus de la chaussée forment une sorte de voûte végétale. Cet arbre a la particularité de présenter un tronc bigarré dû à de larges  lacérations irrégulières de l'écorce. 

 

Eucalyptus sp. 1

 

 

 

B75


  Tunis, cité El Khadra : 31 janv. 97

 

Eucalyptus sp. 2 

 

 

B74

 

                                                     Banlieue nord Tunis, Raouad : nov. 97

 

Melaleuca diosmifolia Andrews

  

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°133

  

 

B77

 

 Tunis, parc du Belvédère : oct. 97

 

 

B78


Tunis parc du Bevédère : oct.97

 Thymeléacées   

 

Daphne gnidium L. = daphné garou = جوز الرعيان 

               

                BARDIN P. L. (1899) : 359

                BAYER E. & al. (1990) : 104, 105 (bois gentil)

                BENISTON NT &WS (1984) : 330

              BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, garou = جوز الرعيان

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 143 (saint-bois)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 103

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 172, phot. 167

                LE FLOC’H E. (1983) : 164-165

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 182, 183

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : phot.113

             POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 869, 546

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 631

               SCHONFELDER I. & P. (1989) : 150, 151(saint-bois)

 

 

B72

 

 Cap Bon (région de Korbous) : 9 nov. 03

 

Thymelea hirsuta  (L.) = passerine hirsute = مثنان (mithnan) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 359

              BENISTON NT &WS (1984) : 54

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 22, مثنان (mithnan)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 144

               CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 115  مثنان (mithnan)

              GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 172, 166

                LE FLOC’H E. (1983) : 163 = مثنان (mithnân)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 162, pl. 60

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.112

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 868, 546

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 632, pl.60 fig.1841

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 150, 151

 

B71

 

Route de Bizerte 30 nov.97

 

__________________________________________________________________________________

 

 

*    KRICHENE R. (2003) : Arbres et arbustes d'ornement en Tunisie. Ed. Ministère de l'agriculture, de l'environnement et des ressources hydrauliques, 50p.

 

**   MAIRE R. (1952-1977) : Flore de l'Afrique du Nord. Paul Lechevalier éd., Paris, 14 vol.

 

*** LE FLOC’H E., BOULOS L. et VELA E. (2010) : Catalogue synonymique commenté de la flore de Tunisie. Rép. tunisienne, Ministère de l'environnement et du développement durable. Banque de gènes.

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 08:26

Nous nous  proposons de corriger ici quelques erreurs de détermination qui nous ont aimablement été signalées par M. Errol Vella (CIRAD). Nous l'en remercions. 

Dans notre précédent article sur les Crassulacées, la plante que nous avions attribuée à Sedum acre L. est en fait un Sedum pubescens Vahl (endémique d'Afrique du Nord). Entre autres caractères qui distinguent ces deux espèces il convient de noter que les fleurs de S. pubescens ont 5 à 6 pétales alors que celles du S. acre n'en ont généralement que 5.


image0-71 

Sedum pubescens Vahl.

 

 Par ailleurs, la plante attribuée à Rumex pulcher serait un Rumex indéterminé.

 

image0-54


Rumex sp.

 

 

Contenues dans des articles antérieurs, nous ont également été signalées des erreurs moins anodines car elles se situent au niveau des genres, voire même parfois des familles. Ainsi l'Amaranthus cf. cruentus est un Achyranthes sicula (L. ) de la même famille des Amaranthacées ; ce taxon ne figure pas dans la flore de POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)*** .

 

image0-45


Achyranthes sicula (L.)

 

 

 Le Rumex bucephalophorus que nous avions illustré  est en réalité un Chenopodium murale L. (Chénopodiacées).

 

image0-56


Chenopodium murale L.

 

  De même, l'Amaranthus angustifolius serait en fait un Chenopodium indéterminé (Chénopodiacées).

 

image0-32


Chenopodium sp.

 

La plante nommée Suaeda fruticosa (Chénopodiacée) est en fait un Zygophyllum (Zygophyllacées).

 

 

image0-49


Zygophyllum sp.

 

 

______________________________________________________________________________________

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de l'article du 28 octobre 2010 ("Arbres et arbustes du côté d'El Menzah article 2 et ouvrages consultés"). Elles permettent de trouver d'autres illustrations et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 16:41
Famille Euphorbiacées
 
En Tunisie les plantes de cette famille se répartissent dans cinq genres. Nous n'en évoquerons ici que trois d'entre eux. Les plus représentées d'entre elles appartiennent au genre Euphorbia, caractéristique par leur suc laiteux.
 
Euphorbia dendroides L. = Euphorbe arborescente =  لبينة  (lebbina)  
 
                BAYER E. & al. (1990)*** : 88, 89
                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 15    لبينة (lebbina)
                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 129
                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 160, ph27
                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 232
                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph 90 
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 742, 471, 478
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 597
                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 134, 135
 
Cette espèce arbustive se trouve généralement dans les massifs calcaires du nord-est tunisien. 

 B36-copie-1
                                                      Collines de Sidi Rais : mars 2004
 
B36 bis
 
 Collines de Sidi Raïs : mars 2004

           

 
Euphorbia helioscopia L.= euphorbe réveil-matin = :  لبينة الخشينة (lebbina khchina)
 
                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 128
                BARDIN P. L. (1899) : 472
                BENISTON NT &WS (1984) : 86
                BOUARROUJ N et al. (non daté) :  15,  لبينة الخشينة (lebbina khchina)
                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 128
                CAREME Cl.  (1990) : 222, 223 = لبينة الخشينة  (lebbina-khechina)
                LE FLOC’H E. (1983) : 143 =  لبينة  (lubbîna)
                GOUNOT M. (1995) : 139
                POLESE J.M. (1977) : n° 370
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 755, 476
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 602, pl.56 fig.1754
                SBF Tunisie 2006 : 290, 291
                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 56, 57
 
De toutes les euphorbes présentes dans les campagnes, cette espèce cosmopolite est sans doute la plus fréquemment observée.

 image0-41.jpg
                                                            Ghar el Melh : fév. 96
 
 
Euphorbia millii Des Moul. = euphorbe des moulins :
 
                BARTELS A. (1994) : 139 (épine du Christ, argalon, paliure épineux)
                KRISA B.  (1982) : 84, ph.78
 
Il ne s'agit pas d'une plante propre aux contrées méditerranéennes, son habitat originel, d'après BARTELS, étant Madagascar et autres provinces tropicales. Cette espèce ornementale très  largement répandue, remarquable par la couleur rouge vif de ses bractées, est le plus souvent observée en milieu urbain, cultivée en pots.
 
B46.jpg
   
 Pépinière du Mornag : déc. 96
 
 
Euphorbia paralias L. = euphorbe maritime 
 
                BARDIN P. L. (1899) : 473
                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 130
                LE FLOC’H E. (1983) : 144
                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 232, 233
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 760, 479, 478
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 603
                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 136, 137

 B42
                                               Raouad (banlieue nord de Tunis) : 26 mai 96
 
Euphorbia pulcherrima  Willd.= poinsettia  
 
                BARTELS A. (1994) : 138
                JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. .  (non daté) : 18
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 467 = E.poinsettia BUIST
 
Cette autre  plante ornementale, originaire du Mexique et d'Amérique centrale, attrayante par ses bractées de couleur vermillon, tout comme E. millii est cultivée en pots. 
 
B45
 
                                                               Pépinière du Mornag : déc. 96
 
Euphorbia serrata L = euphorbe à feuilles dentées  
 
                JAUZEIN Ph. (l995) : 353
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 743, 472
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 598
                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 161
 
 
B44-copie-1
 
         Jebel Nahli : 10 fév. 97
 
Euphorbia . sp. 1
 
 
image 0-41
   
   Route Tunis-La Goulette : fév. 97
Euphorbia sp. 2
 
 
image-0-40.jpg
Tunis, parc du Belvédère : nov. 97
 
 
Mercurialis annua L. = mercuriale annuelle = حبق الظل (h’baq eddhel) 
 
                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 363
                BARDIN P. L. (1899) : 473
                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 16, حبق الظل (h’baq eddhel)
                LE FLOC’H E. (1983) : 141
                POLESE J.M. (1977) : n° 371
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 737, 466
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 605, pl.56 fig.176

 B49.jpg
                                                               Tunis, bld 7 novembre : mars 96
 
Ricinus communis  L. = ricin  commun = الخروع  (kherou’a)  
 
                BARDIN P. L. (1899) : 473
                BARTELS A. (1994) : 364
                BAYER E. & al. (1990) : 86, 87
                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 16, الخروع  (kherou’a)
                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 126
                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 160
                KRISA B.  (1982) : 319, ph 341
                LE FLOC’H E. (1983) : 141 الخروع  (khirua’)
                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 738, 467
                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 596, pl.55 fig.1733
                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 132, 133
 
B47.jpg
 
 Tunis, banlieue nord : janv.97
 
 
 
108.JPG
 
Tunis, quartier Belvédère : 23 mai 2012
 
Cette plante très prolifique se multiplie dans les décombres, les cimetières et la majorité des espaces urbains non entretenus.
_______________________________________________________________________ 
 
*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées à la fin de l'article du 28 octobre 2010 ("Arbres et arbustes du côté d'El Menzah article 2 et ouvrages consultés"). Elles permettent de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.
Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article