Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 07:02


 

Polygonacées

 

Parmi les caractères propres à cette famille notons la présence de périgones (pétales et sépales identiques = tépales) et d'ochréas (stipules soudées en gaine circulaire) associés à des feuilles simples, entières, alternes (POTTIER-ALAPETITE G. 1979***).

 

 

Polygonum maritimum L.= renouée maritime 

 

                BARDIN P. L. (1899) *** : 359

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 42

                LE FLOC’H E. (1983) : 76

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 224, 225

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 41, 33

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 272

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 72, 73

 

 

Polygonum-maritimum-copie-1.jpg

 

Ghar el Melh 12 octobre 1997

 

 

 

Polygonum-maritimum.jpg

 

 Ghar el Melh : 12 oct. 97

 

Polygonum aviculare L. = renouée des oiseaux = فرظاب (gurdhab)

 

                AICHELE D. &  al. (1991) : 49, 214

                CAREME Cl.  (1990) : 302 =  قذرام، قذامية (guedhamia, guedhram)

                LE FLOC’H E. (1983) : 75 = فرظاب (gurdhab)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 37, 32

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 80, 81

 

 

La renouée des oiseaux , cosmopolite, doit son nom à ses graines dont les oiseaux son friands. Contrairement aux autres Polygonum dont les fleurs sont trimères (à trois divisions), elle est irrégulièrement pentamère.

 

 

Polygonum-aviculare--2-.JPG

 

Tunis, quartier Belvédère :  21 nov. 2011

 

 

Polygonum-aviculare.jpg

 

Tunis, quartier Belvédère : 23 novembre 2011


 

Polygonum sp.


 

Polygonum1.JPG

 

Jardin  Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

Dossier-2-1179.JPG

 

jardin Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

 

Emex spinosa (L.) = émex épineux =   حنزاب (hinzeb)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 20, 21

                CAREME Cl.  (1990) : 298, 299  حنزاب (hinzeb)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 106

                JAUZEIN Ph. (l995) :  569

                LE FLOC’H E. (1983) : 76 =    حنزاب (hinzeb)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 224, 225

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 43, 34, 29

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 663 (haneçab)

 

Le nom attribué à cette espèce est lié à la présence d' épines  recourbées vers l'extérieur,  à l'extrémité de trois des  six tépales.

 

 

Emex-spinosus-3.JPG

 

 2011, banlieue de Tunis, La Cherguia 

 

 

Rumex bucephalophorus L. = oseille à tête de bœuf = حميضة (h’midha)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 359

                BAYER E. & al. (1990) : 20, 21

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, rumex à tête de bœuf = حميضة (h’midha)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 42

                GOUNOT M. (1995) : 139

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 224, 225

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 49, 38

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 270

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 72, 73

 

 

image0-56.jpg

 

Tunis, quartier Notre-Dame : 24 mars 96

 

 

Rumex pulcher L. = patience violon  ou rumex élégant  = لسان الثور (lsene ethour)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 359

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, rumex élégant = لسان الثور (lsene ethour)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 44, 36

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 272, pl.19 fig.679

 

 

image0-54.jpg

 

Tunis, cité El Khadra : 31 janv. 97

 

 

Rumex tingitanus  L.= oseille de Tanger  = حميضة (h’midha)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 359

                BAYER E. & al. (1990) : 18, 19

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, rumex de Tanger = حميضة (h’midha)

                GOUNOT M. (1995) : 141

                LE FLOC’H E. (1983) : 77 = korressa

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 53, 40, 29

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 269

 

 

image0-57

 

 Jebel  Ouslat : 22 mars 98

 

Plombaginacées  

 

Limoniastrum monopetalum (L) = faux limonium  = زياتة (zyata)

 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 355

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, = limoniastre monopétale, زياتة (zyata)

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 204 = زيتة (zita)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 201

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 164, pl. 62

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1017, 694

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 731, pl.72 fig.2127

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 176, 177

 

 

B105.jpg

 

Sebkha de l’Ariana : mai 97

 

Limonium lobatum (L.f.) = L. thouini (Viv.) = Limonium de Thouin

 

 

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25 ; L. thouini

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : L. thouini = Limonium de Thouin : 1002, 685

                SBF : 191

 

Limonium-lobatum2-Tebourba-copie-1.JPG

 

Tébourba, mai 2010

 

Limonium virgatum (Willd.)

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 26 = statice raide

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1013, 692

 

 

Limonium virgatum Ghar el Melh 24-10

 

Ghar el Melh, octobre 2010

 

Limonium-virgatum.JPG

 

Ghar el Melh : 20 novembre 2011

 

 

Plumbago europea L. = dentelaire d’Europe 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 355

                BAYER E. & al. (1990) : 134, 135

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, plombago d’Europe

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 201

                LE FLOC’H E. (1983) : 191

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 22, 23

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981), 998, 681 

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :730, pl.72 fig.2123

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 176, 177

 

B104-copie-1.jpg

 

Ghar el Melh : oct. 98

 

Dans ce même genre, nous avions précédemment illustré Plumbago auriculata , originaire d’Afrique du sud, très fréquemment observé dans les jardins et les parcs.

 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:44


 

En suivant grosso modo l’ordre naturel des familles proposé par OZENDA il sera ici question de plantes d’apparence assez modeste, aux fleurs généralement peu attrayantes. 

Aïzoacées : 

Cinq genres de cette famille aux fleurs apétales sont signalés en Tunisie (POTTIER-ALAPETITE, 1979)***.  Dans le genre Mesembryanthemum, des trois espèces citées, celle ici représentée est à présent rattachée au genre Carpobrotus. 

 

Carpobrotus edulis (L.)= figue marine = شرببو (charbabou) :

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 510 : Mesembryanthemum edule

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 184 = شرببو (charbabou)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) :77,.82

                LIPPERT W. & PODLECH D.  (1994) : 126, 127,

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.13

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 81 : Mesembryanthemum edule

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 310 : Mesembryanthemum edule

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 76,

 

Cette plante qui, par ses feuilles épaisses et charnues, a un aspect de cactée, est originaire d’Afrique du sud (d’où son autre appellation « figue des hottentots »). Naturalisée sur le pourtour de la Méditerranée elle a, en particulier été plantée pour fixer les zones meubles telles que  dunes et talus de chemin de fer (CHAIEB & BOUKHRIS  1998).  Elle est assez remarquable par ses feuilles opposées, à section triangulaire, et ses grandes fleurs à très nombreux staminodes (étamines stériles d’allure pétaloïde).

 

Carpobrotus-edule.jpg

 Tunis, Quartier Belvédère, mai 2001

 

  

Carpobrotus-edule--2-.jpg 

Raouad  juin 92 

 

Amaranthacées                  

 

Seul le genre Amaranthus, qui a donné son nom à  la famille,  a fait l’objet d’observations. Les amarantes, plantes annuelles qui apparaissent comme des mauvaises herbes des bords des chemins et des terrains vagues, sont cultivées sur plusieurs continents : Asie, Afrique, Amérique. Probablement originaires d’Amérique, où elles ont joué un rôle important alimentaire, médicinal et même rituel dans les civilisations indiennes, on pense qu’elles se sont répandues sur les autres continents en périodes coloniales. Jusqu’à présent, en Amérique latine comme en Asie (Inde, Népal), mais guère en Afrique, certaines espèces sont cultivées pour leurs graines consommées grillées ou sous forme de farine.

 

Amaranthus angustifolius Lamk. = amarante à feuilles étroites

 

                LE FLOC’H. E. (1983) : 86

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 110, 75 = A. sylvestris Desf.


 image0-32 

Tunis, Cité Jardins : 17 juin 2003

 

Amaranthus blitum L. = amarante blette, poirée

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :  113, 76. A. lividus L. var. ascendens (Lois.)

 

La plante que nous attribuons à cette espèce se retrouve très fréquemment sur les trottoirs de Tunis et de sa banlieue. Cependant, la caractéristique qui nous a frappés, à savoir une ligne blanchâtre à l’intérieur des feuilles  épousant plus ou moins leur contour ne semble pas être signalée dans les documents consultés.

  

image0-31.jpgTunis, Cité Jardins : 17 juin 2003

 

Amaranthus cf. retroflexus L. = amarante réfléchie:

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 108, 75

 


image0-46.jpg

 Banlieue nord Tunis (Salammbô) : 14 oct. 97

 

Amaranthus  cf. cruentus L. = amarante rouge

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) (A.hybridus L. ssp. cruentus (L): 107, 73, fig. p.74

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : (A.hybridus L. ssp. cruentus (L)) 306 

Cette plante, originaire d’Amérique, a été introduite il y a fort longtemps et colonise à présent presque tous les continents. Amaranthus cruentus est le principal légume-feuilles dans plusieurs pays de l’Afrique (Bénin, Togo, Sierra Leone) et certains pays d’Asie ses feuilles sont  consommées comme des épinards.

 

image0-45.jpg

 Tunis, cimetière du Borgel : 6 mars 97

  

 

 

Chénopodiacées

 

Contrairement à la classification traditionnelle ici adoptée, tous les genres  inclus dans cette famille sont à présent, dans la classification phylogénétique, considérés comme appartenant à la famille des amaranthacées.  

 

Arthrocnemum indicum (WILLD.) =  arthrocnème 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 357 (A. macrostachyum MOR. et DELP.)

                LE FLOC’H E. & al.(1989) : 120, fig. 13

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 84, 57, fig. p.58

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 293, pl.23 fig.745

 

image0-48.jpg

 Banlieue nord Tunis, Raouad : 10 déc. 96

 

 

Chenopodium album  L. = ansérine farineuse =  ركاب الجمل, ياجومة  (rokab-el-jamel, yajouma)   

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 357

                BARDIN P. L. (1899) : 357

                CAREME Cl.  (1990) : 200, 201 = Chénopode blanc = ركاب الجمل ياجومة   (rokab-el-jamel, yajouma)

                LE FLOC’H E. (1983) : 79

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 63, 48

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 292, pl.22 fig.739

 

image0-50.jpg

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Chenopodium ? sp.

 

image0-51

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Salicornia europea  L. = salicorne herbacée 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 356

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 43

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 77, 79

                POLESE J.M. (1977) : n° 359

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 85, 59

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 293, pl.23 fig.746

 

image2

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Salsola kali  L.= soude épineuse: تسومة (tasmouma)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 358

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 44

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 191 = تسومة (tasmouma)

                LE FLOC’H E. (1983) : 82

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 226, 227

                POLESE J.M. (1977) : n° 361

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 93, 63

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 302

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 74, 75

 

image0-47

 Environs Tunis (Sebkha de l’Ariana) : 10 déc. 96

 

Suaeda vera J.F. Gmelin = soude buissonneuse: حبة السودة , سويدة (habbet essaouda, soueda) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 358 Suaeda fruticosa  (L.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9, soude ligneuse, souida Suaeda fruticosa  (L.)

CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 194 Suaeda vera GMELIN, حبة السودة  سويدة (habbet essaouda, soueda)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 70 Suaeda fruticosa  (L.)

                LE FLOC’H E. (1983) : 82 Suaeda fruticosa  (L.)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 121, pl. 39 Suaeda fruticosa  (L.)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 90, 61 Suaeda fruticosa  (L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 302, pl.25 fig.767 Suaeda fruticosa  (L.)

 

image0-49

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord de Tunis) : 10 déc. 96

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 15:24

 

 

Nous poursuivons l’évocation des plantes ornementales dont se parent couramment lieux publics et murets des jardins privés. Seul d’entre elles le laurier rose est réellement indigène. Les autres, exotiques, ont été introduites depuis suffisamment longtemps pour paraître tout à fait familières et ne susciter à l’œil du passant aucun étonnement particulier.

 

Jasminum officinale L.= jasmin blanc ou jasmin commun  = ياسْمين (yasmine)

 

 

            Fam. : Oléacées

 

                BARDIN P. L. (1899)*** : 195

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 739

 

image0-103.jpg

Tunis, El Menzah : oct. 98

 

Jasminum officinarum-

 

El Menzah 5 le 26/10/2010)

 

 

Le jasmin paraît tellement inhérent au paysage local qu’on est parfois tout étonné de ne pas le voir figurer dans les ouvrages consacrés à la flore tunisienne. C’est qu’en fait, cet arbuste grimpant est originaire de Chine ; il ne s’est installé en Europe que depuis plusieurs siècles. Craignant les grands froids il est planté surtout dans les pays méditerranéens. Il était connu au 17ème siècle sous le qualificatif de jasmin d’Espagne (cf. la fable de Jean de la Fontaine : « Le jardinier et son seigneur »).

A Tunis, les soirs d’été sont embaumés du parfum des jasmins, jasmins des murets, des villas, ou  regroupés par des doigts agiles en petits bouquets partout proposés, galamment offerts  par les hommes aux jeunes filles et aux femmes de leur entourage. Eux-mêmes aimaient à arborer de tels bouquets, coquinement inclinés sur l’oreille. Ils avaient ainsi l’avantage, ou l’espoir, de masquer, autant que faire se peut, les odeurs nauséabondes qu’exhalait autrefois le lac de Tunis jusqu’aux temps (pas si lointains) où il a cessé de constituer  le déversoir pour toutes les eaux usées de la capitale.

Le jasmin appartient à la même famille que l’olivier, symbole universel de la paix. Généralement associé à une certaine douceur de vivre et à l’amour, il est chanté dans de nombreuses chansons dont une, « sous le jasmin, la nuit »  du très célèbre Hedi Jouini, figure en très bonne place dans le patrimoine musical populaire. C’est dans sa « Villa Jasmin », à Tunis, que Serge Moati fait cristalliser ses souvenirs d’enfance heureuse avant que la 2ème guerre mondiale et l’occupation allemande ne viennent s’abattre et tout bouleverser.

Le choix du jasmin comme symbole de la toute nouvelle révolution tunisienne est loin de faire le consensus car il confère une sorte de mièvrerie à cette révolte au forceps pour la justice, la liberté et la dignité qui n’a pu se faire sans qu’on ait eu à déplorer un nombre trop élevé de martyrs.

 

DSC01574.JPG

 

Présentoir des bouquets de jasmin

La Marsa : 23 juillet 2011

 

 

DSC01577.JPG

 

Jeune vendeur confectionnant les bouquets en piquant les boutons floraux

de jasmin sur des brindilles d'alfa:

La Marsa : 23 Juillet 2011

 

 

 

DSC01580.JPG

 

Bouquet de "fell" (jasmin d'Arabie)

La Marsa : 21 juillet 2011

 

 

Jasminum sambac (L.) = jasmin d’Arabie = آلفلْ (fell)

 

            Fam. : Oléacées

 

            BARTELS A. (1994) : 221

 

Cet autre jasmin est très apprécié pour sa blancheur et son  parfum puissant et capiteux. Moins fréquemment observé que le précédent sur les murets de jardin, il est tout autant proposé par des vendeurs ambulants aux éventuels clients attablés à des terrasses de cafés, de restaurants ou, près des feux de signalisation, au volant de leur voiture.

Contrairement à son nom vernaculaire ce jasmin n’est pas originaire d’Arabie. En des temps déjà lointains, ce pays a simplement dû constituer un jalon dans sa progression depuis  l’Inde et l’Asie du sud-est d’où il est issu, jusqu’aux contrées méditerranéennes et occidentales.

 

Jasminum-sambac.JPG

El Menzah 5  26 octobre 2010

 

 

Jasminum-sambac-.JPG

 

El Menzah 5 26 octobre 2010

 

 

 

 

Lonicera cf. japonica Thunb.

 

            Fam. : Caprifoliacées

                ANPE : Les jardins fleuris

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 882

 

IMG_1892-ter-copie-1.jpg

 

Tunis quartier Belvédère  3 juin 2011

 

 

IMG 1893 ter

 

Tunis quartier Bevédère  3 juin 2011

 

 

 

Le naturaliste suédois Linné a dédié les plantes de ce genre au botaniste allemand Adams Lonitzer (16ème siècle).

Les fleurs du chèvrefeuille, blanchâtres en début de floraison, deviennent de plus en plus jaunes. Elles exhalent un parfum intense très agréable qui attire les papillons de nuit assurant ainsi la fécondation.

Cette plante est, paraît-il, très utilisée en médecine orientale pour ses vertus antibactériennes et anti-inflammatoires.

 

Nerium oleander L. = laurier-rose = دفلة (defla)

 

            Fam. : Apocynacées

 

                BARDIN P. L. (1899) : 195

                BAYER E. & al. (1990) : 138, 139

                BENISTON NT &WS (1984) : 305

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 26, دفلة (defla)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 175

                CASTRILLON B.V. (1988) : 33

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 27 دفلة (difla)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 110

                JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. .  (non daté) : 5

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°255

                LE FLOC’H E. (1983) : 194 = دفلة (difla)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 171, fig. 25, pl. 66-67 = دفلة (defla)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 146, 147

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.129

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1030, 705, fig. p.703

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 745, pl.74 fig.2167

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 180, 181

 

image0-107.jpg

Tunis, El Menzah : mai 97

 

IMG_1887-ter-copie-1.jpg

 

Tunis,  quartier Belvédère : 3 juin 2011

 

DSC01573.JPG

 

Laurier rose rouge à corolle simple

Carthage : 23 juillet 2011

 

 

 

DSC01570.JPG

 

Laurier rose "double" à feuillage panaché (Nerium oleander variegata)

 

Carthage : 23 juillet 2011

 

 

DSC01569.JPG

 

 

Laurier rose rose, cultivar double ; aspect sale dû aux fleurs fanées qui restent sur la branche

 

El Menzah 5  : 23 juillet 2011

 

 

 

DSC01567

 

El Menzah 5  23 juillet 2011

Laurier rose blanc à corolle simple

 

 

Comme le rappellent LE FLOCH E. et al. (1989), la répartition géographique de cet arbuste est “circum-méditerranéenne (Europe méridionale Nord de l’Afrique, Proche et Moyen Orient)”. Il affectionne tout particulièrement les lits d’oueds. Son très haut degré de toxicité est souligné par la plupart des auteurs.

Dans la nature, où sa présence confère une beauté remarquable aux paysages, la couleur habituelle des fleurs est rose, leur corolle est simple, composée de cinq  pétales. Dans les espaces urbains (jardins publics et privés) le laurier-rose est très représenté sous différentes variétés : on en voit de plusieurs couleurs, blancs, rouges, jaunes, saumon etc. En jouant de leur alternance, cette palette de coloris des formes cultivées est largement mise à profit dans les alignements plantés tout au long des routes touristiques et aux abords des hôtels. Très souvent ces cultivars ont des fleurs doubles ; certains ont un feuillage panaché (Nerium oleander variegata).

 

 

 

Plumbago auriculata Lam. = P. capensis Thumb = dentelaire du Cap :

 

            Fam. : Plumbaginacées  

 

                BARTELS A. (1994) : 211

                BAYER E. & al. (1990) : 134 (P. capensis)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 201 (P. capensis)

                JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. .  (non daté) : 40

                SCHONFELDER I. & P. (1989) :176

 

image0-97.jpg

Salammbô, banlieue nord de Tunis : 14 oct. 97

 

IMG_1906-ter.jpg

 

Tunis, quartier Belvédère : 6 juin 2011

 

 

IMG_1907-ter.jpg

 

Tunis,  quartier Bevédère : 6 juin 2011

 

Cette plante, originaire de l’Afrique du sud, est remontante c’est-à-dire qu’à l’instar de certains rosiers, elle peut fleurir plusieurs fois par an de manière plus ou moins abondante selon la saison. Les panicules de ses fleurs d’un bleu porcelaine ornent les murets  et les jardins pendant de longs mois.

Les plumbagos étaient censés soigner le saturnisme, intoxication due au plomb (provoquée par l’utilisation de peintures au plomb, des canalisations en plomb …). Quant à son nom vernaculaire de dentelaire il serait dû à son utilisation pour soigner des infections dentaires.

 

 

Duranta repens L.= durante rampante

 

                Fam. : Verbénacées

 

                BARTELS A. (1994) : 184

 

image0-20-copie-1.jpg

Tunis, parc du Belvédère : 4 oct. 97

 

image0-36

 

Tunis, parc du Belvédère : nov.. 96

 

 

Cet arbuste originaire du continent américain est plaisant par ses jolies fleurs bleues et ses petits fruits jaune citron. Il ne semble pourtant pas avoir gagné la faveur des particuliers car, pour notre part, nous ne l'avons observé que dans le parc du Belvédère et quelques autres squares publics.

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 09:44


 

Nous avons ici affaire à des plantes considérées pour la plupart comme cosmopolites, et donc nullement représentatives d'un environnement tunisien ni même méditerranéen. Plusieurs sont des arbustes utilisés pour former des haies, délimiter des espaces ou recouvrir les murets de jardins. Certains d’entre eux, sans doute efficaces dans leur rôle de clôture, n’offrent rien de particulièrement attrayant au regard et nous paraissent même un peu tristounets. Nous pensons particulièrement aux quatre plantes suivantes :

 

Myoporum insulare R. Br.

 

            Fam. : Myoporacées

 

                ANPE*** : Arbustes, arbrisseaux…

 Myoporum insulare

 

                                                              Ports puniques, banlieue nord de Tunis : 28 fév. 97

 

numerisation0005-copie-1.jpg

 

Belvédère mars 1998

 

IMG 1882

 

                                                                  Tunis quartier Belvédère 1er juin 2011

 

Pittosporum tobira (Thunberg) = pittosporum du Japon 

 

            Fam. : Pittosporacées

                BAYER E. & al. (1990) : 44, 45

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 80

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 116, 114

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 96, 97

 

 

Pittosporum tobira'

 

El Menzah V : 27 avril 2011

 

Pittosporum tobira

 

  El Menzah  mai 2011

 

 

C25

 

                          Tunis, route X1 : 11 oct. 96

 

La banalité de son feuillage est très heureusement compensée par l’arôme suave dégagé par ses fleurs.

 

 

 

Atriplex cf. halimus L. = Arroche pourpier de mer = قطف (gtaf)

 

            Fam. : Chénopodiacées

 

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 187 = قطف (gtaf)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 77

                 E. et al. (1989) : 117, pl. 38

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 77, 54

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 74, 75

 

Atriplex halimus

 

20 octobre 2010 : El Menzah VI

 

 

Atriplex halimus-

 

 

20 octobre 2010 : El Menzah VI

 

 

 

D’après Wikipedia, Atriplex halimus est une plante trimoïque c’est-à-dire que sur le même pied on peut avoir des fleurs mâles, des fleurs femelles et des fleurs bisexuées.

Cet arbuste au feuillage gris argenté supporte les sols salins, de ce fait on le trouve surtout dans les jardins en bordure de mer.

 

 

Hedera helix L. = lierre commun

 

            Fam. : Araliacées

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 559

 

lierre1.JPG

 

                         Tunis quartier Belvédère novembre 2010

 

lierre2.JPG

 

Tunis, quartier Belvédère : novembre 2010

 

Par ses crampons, cette plante grimpante, au feuillage luisant et persistant, se fixe aux murs des jardins et aux troncs d’arbres divers. Mais il ne s’agit nullement d’une plante parasite. 

 

 

 

D’autres types de haies, tout aussi fréquents, sont bien plus agréables à l’oeil par leurs coloris variés et éclatants :

 

Bougainvillea glabra  CHOISY  = bougainvillée:  

 

            Fam. : Nyctaginacées

 

                BARTELS A. (1994) : 189

                BAYER E. & al. (1990) : 20, 21

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 45

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 77, 82 (= B. spectabilis WILLD.)

                JEANNET Cl. & EXBRAYAT A. .  (non daté) : 37

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.11

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 76, 77

 

bougainvill-e

 

25 juin 2009 : El Menzah V

 

 

 

Bougainvillea-glabra-.JPG

 

El Menzah : 26 octobre 2010

 

 

image0-52

 

         Mornag : 3 déc. 96

 

image0-53

 

         El Menzah, mars 1997

 

IMG 1883-copie-1

 

      Tunis quartier Belvédère : mai 2011

 

IMG_1884.JPG

 

      Tunis, quartier Belvédère : 2 juin 2011

 

La bougainvillée (ou le bougainvillier) est un arbuste épineux originaire d’Amérique du Sud et qui fut découvert au Brésil par le botaniste Commerson lors d’une expédition scientifique française menée de 1766 à 1769. Elle fut ainsi nommée en l’honneur du commandant de cette expédition, l’explorateur Louis Antoine de Bougainville.

En climat tempéré, la bougainvillée est cultivée en pot et rentrée à l’abri l’hiver pour la protéger du gel. Mais dans les pays méditerranéens et tropicaux elle est cultivée en pleine terre et prend son plein développement. Peu de jardins à Tunis ou en Tunisie sans ses énormes bouquets de larges bractées aux coloris variés (violet, rouge, orange, jaune ou blanc) entourant des petites fleurs jaunâtres insignifiantes.

 

 

Lantana camara L  

 

            Fam. : Verbénacées

 

                BARTELS A. (1994) : 153

 

image0-21.jpg

 

         Tunis, Cité-Jardins : 17 juin 2003

 

Lantana camara'

 

El Menzah V : 26 octobre 2010

 

 

numerisation0003.jpg

 

  Tunis, quartier Belvédère : mai 2011

 

 

Le Lantana camara est une plante buissonnante originaire des Antilles; il fleurit du printemps à l’été en panicules de petites fleurs aux coloris variés.

D’après Wikipedia, les fruits, noirs à maturité, sont toxiques quand ils sont verts à la fois pour l’homme et les animaux. Par prudence, n’allons pas vérifier leur non- toxicité à maturité ! De plus le lantanier rend les bêtes photosensibles et peut provoquer ainsi de grands ravages dans les troupeaux.

Cette plante très envahissante s’est répandue  en Amérique, Asie, Afrique et Australie. Elle est très difficile à éradiquer car ses graines, ingérées par les oiseaux, peuvent être disséminées à des centaines de kilomètres par l’intermédiaire de leurs excréments.

Heureusement, en Tunisie, le lantana ne s’est pas encore propagé dans la nature.


 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:21

 

Laissée momentanément de côté, nous reprenons ici l’illustration de quelques plantes du paysage urbain, pour la plupart d’entre elles introduites de longue date en Tunisie. 

 

 

 Casuarina equisetifolia  L.= filao à feuilles de prêle 

 

         Fam. : Casuarinacées

 

                BARTELS A. (1994)*** : 134

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°89

                OZENDA P. (1991) : 195

 

image0-25.jpg

Tunis, parc du Belvédère : nov. 96

 

image0-26.jpg

Détail : feuilles aciculaires et fruits

 

numerisation0001.jpg

Ressas nov;1997

 

 

Cet arbre est originaire d’Australie et de Malaisie. Il est répandu  dans la plupart des pays exotiques. Introduit en Tunisie, on l’observe fréquemment planté en bordure de routes, mais aussi dans des parcs ou même des jardins privés. Son nom latin Casuarina évoque les ressemblances que son feuillage est censé montrer avec le plumage de l’oiseau Casoar, gros oiseau coureur (dont le nom est d’origine malaise). Le nom d’espèce « equisetifolia » est simplement la traduction latine de « feuilles de prêles ». Le mot « filao » qui le désigne en français est repris de la langue malgache.

 

C’est un arbre dioïque, c’est-à-dire que fleurs mâles et femelles sont portées par des individus différents. Ses fruits, les strobiles, sont durs, ligneux et rugueux, rappelant les cônes des gymnospermes.

 

Salix babylonica L.= saule pleureur

 

               Fam. : Salicacées

 

COOMBES A.J. (1993 éd. franç.) : 292

POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 160

LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : 159

 

Si plusieurs espèces de saules méditerranéens sont citées dans les flores de Tunisie, ces arbres sont généralement cantonnés au bord des oueds et ne sont pas du tout familiers dans le paysage urbain de Tunis. Assez exceptionnellement nous avons rencontré, comme élément décoratif, une espèce introduite, le saule pleureur Salix babylonica.

Nous n’excluons pas, cependant, qu’il s’agisse plutôt du cultivar « Tristis » du saule blanc (Salix alba L.)  mentionné par POKORNY. Comme le saule pleureur, il possède de fins rameaux inclinés vers le sol.

 

 

Salix-babylonica-2-.JPG

  Tunis, El Menzah 5 : 26 octobre 2010

 

 

 

Quercus ilex L. = chêne vert ou yeuse : بلٌوط  (ballût)

 

 

            Fam. : Fagacées

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12, 13

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 118

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 67

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 163

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 72, 14

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°151

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = بلٌوط ballût

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 97, fig. 8A, pl. 35

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 202, 203

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.2-318

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 14, 15

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264, pl.19 fig.657

                RHAIEM N.  (1996) :

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 64, 65

 

 

image0-28-copie-1.jpg

Tunis, av. de la Liberté : déc. 96

 

 

numerisation0002.jpg

Tunis, av.de la Liberté déc. :96

 

 

Nous avions évoqué cet arbre dans un article précédent lorsqu’il a été question de la famille des Fagacées, et particulièrement des chênes (Quercus). Nous ne l’avions pas illustré car n’avions pas pris de photos de cette espèce dans les lieux où il pousse spontanément. On trouvera dans LE FLOCH et al. (1989) ouvrage référencé ci-dessus, toutes les précisions relatives à sa répartition géographique, sa biologie et son écologie. Les spécimens illustrés ci-dessus concernent des arbres d’alignement sur les trottoirs de l’avenue de la Liberté, une des plus grandes artères de Tunis, dans sa portion allant de la Place Pasteur jusqu’au croisement avec l’Avenue Hédi Chaker ; ce sont ensuite des Jacaranda qui prennent le relais. Nous pensons qu’il s’agit d’un cultivar de Quercus ilex issu des pépinières de la Municipalité de Tunis.

 

 

Ulmus campestris  L.= orme champêtre 

 

            Fam. : Ulmacées

 

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 149, 150

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°179

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 152, 153 (U. minor MILL.)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 16, 16

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 275, pl.20 fig.694

                RHAIEM N.  (1996) : (Ulmus)

 

image0-68.jpgTunis, Ariana : nov. 97

 

image0-69.jpg

  Tunis, Ariana : nov. 97

 

L’orme a parfois été utilisé comme arbre d’alignement comme c’est le cas dans certaine rue de l’Ariana, banlieue nord de Tunis. Ses feuilles « doublement dentées et inégales à leur base » (POTTIER-ALAPETITE, 1979-1981) sont très caractéristiques.

 

Le Safsaf, célèbre établissement de La Marsa, s’enorgueillit d’un arbre plus que centenaire ; il s’agit d’un orme (et non pas d’un peuplier comme pourrait le faire croire le nom de l’établissement).

 

 

 

  Carya cf. ovata (Miller) = hickory = pacanier 

 

               Fam. : Juglandacées

 

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 145

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 182-183

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°88

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 176, 177

 

Cet arbre, que nous pensons être très rare en Tunisie, a été planté par un particulier sur le trottoir, face à sa villa d’El Manar, banlieue nord de Tunis.

 

            image0-67.jpg

Tunis, El Manar : nov. 97

 

 

Phytolacca dioica L.= phytolaque bellombra 

 

          Fam. : Phytolaccacées

                BARTELS A. (1994) : 131

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°141

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 78

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 311

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 76

 

Originaire d’Amérique du Sud, il est assez fréquemment observé dans les diverses banlieues de Tunis. Comme l’atteste son nom, fleurs mâles et femelles sont portés sur des troncs différents. Nous reprenons ici partiellement la description qu’en donne POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : « Arbre dioïque puissant, atteignant 8-10 m. à tronc noueux énorme, à tête touffue, très feuillée…. Feuilles caduques à limbe oblong lancéolé, atteignant 15-20 cm, à pétiole bien développé, souvent rouge ainsi que la nervure principale. » Son feuillage dense procure naturellement une ombre très appréciée quand il faut se protéger des ardeurs du soleil.

 

           image0-72.jpg

Tunis, Khaznadar : 31 mai 97

 

           image0-73.jpg

Tunis, Khaznadar : nov. 97

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:12

 


 

            

 

Cette famille de plantes est largement représentée en Afrique du Nord, en Tunisie tout particulièrement puisque, dans sa flore de Tunisie, POTTIER-ALAPETITE (1979)*** n’en recense pas moins de 92 espèces réparties dans une trentaine de genres. Le nombre de taxons s’accroît notablement si l’on devait, en plus, prendre en compte les nombreuses sous-espèces et variétés identifiées. Avec seulement 5 genres et 11 espèces reconnues notre incursion dans cette famille paraîtra, à juste titre, très modeste pour ne pas dire dérisoire.

Dans le cas le plus général, les fleurs sont hermaphrodites ; les feuilles sont opposées et jointives à leur base, leurs points d’insertion constituant autant de nœuds sur la tige.

 

Famille des Caryophyllacées

 

Dianthus cintranus BOISS. & REUT. subsp. byzacenus (BUROLLET) = œillet de Byzacène

 

POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :   D. gadinatus BOISS. subsp. byzacenus (Bur)

 

Dianthus-cintranus2.jpg

                                                     

                                                                                     Ghar el Melh fin avril 2007

 

 

image0-16-copie-1.jpg

              

 

Cette sous-espèce d’œillet d’une belle couleur pourpre est endémique de Tunisie.

 

Paronychya argentea  (POURR.) = paronyque argentée = قفة الفضة  (qoffa el foddha)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 189

                BAYER E. & al. (1990) : 22, 23

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, corbeille d’argent, قفة الفضة  (qoffa el foddha)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 48

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 81

                LE FLOC’H E. (1983) : 89 = تاي عربي (têi ‘arbi)

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.3-327

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 128, 90

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 318, pl.27 fig.815

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 78, 79

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 88, fig.187

 

paronychya_argent.jpg

                                 

                                                                     Environs de Grombalia : 10 mars 97

 

Paronychya-argentea-3.JPG

                        

                                                                                   Tebournouk , mars 2011

 

Les petites fleurs groupées en glomérules sont entourées de grandes bractées translucides qui cachent en grande partie les  feuilles. 

 

 

Silene coeli-rosa  (L.) = silène rose céleste = قسمير  (guesmir) :   

 

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, Eudianthe coeli-rosa, œillet rose du ciel

                CAREME Cl.  (1990) : 188, 193,قسمير  (guesmir)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 182, 121, fig. p.123

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 338, pl.30 fig.879

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 101, fig.210

 

 

 

 

Silene coeli rosa (3)

 

                                                                      Banlieue nord de Tunis, plage de Raouad 

 

silene coeli rosa

 

                                                                        Tunis, parc du Belvédère : 30 mai 1996 

 

Silene-coelirosa-.JPG

                         

                                                                            Colline de Raf-Raf : 30 mai 2010

 

Ces belles « grandes fleurs violacées et blanches au centre » (CAREME 1990), aussi bien  à Raouad qu’à Raf-Raf, ont été observées dans des sols sablonneux.

 

 

Silene colorata POIR.  = silène coloré = ديبلوت جيدة (dibloute jida)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 186

                BAYER E. & al. (1990) : 24, 25

                BENISTON NT &WS (1984) : 178

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9, ديبلوت جيدة (dibloute jida) 

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 49

                CAREME Cl.  (1990) : 186, 187 = diblout jaida, guesmir ahmar

                GOUNOT M. (1995) : 140

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 126, 127

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.16

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 195, 128

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 340, pl.30 fig.885

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 78, 79

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 102, fig.212

 

Silene colorata

                                                   

                                                                                    Route de Korbous : fév. 97

 

Au début du printemps la campagne se couvre d'un tapis rose de Silene colorata, ponctué de petits soucis, de Chrysanthemum coronarium et autres plantes vernales.

Dans le genre Silene, c'est cette espèce qui est la plus présente en Tunisie.

 

 

 

 

numerisation0028.jpg

                        

                                                                                Jebel Ressas : fév.1997

  

 

Silene gallica L. var silvestris (LAMK.) = silène de France = قسمير (guesmir)      

 

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 186, 124

                CAREME Cl.  (1990) : 186, 187, قسمير (guesmir)

 

                        

 

silene-gallica2.jpg

                         

                                                               Tunis quartier du Belvédère mai 2010

 

Silene gallica1

                        

                                                                  Tunis quartier du Belvédère, mai 2010

 

 

 

La variété silvestris du Silene gallica est caractérisée par ses « pétales roses, sans tache » (POTTIER-ALAPETITE, 1979-1981). Nous en avons trouvé certains sur les trottoirs du quartier Belvédère de Tunis. D’un développement moindre que dans la campagne ses fleurs sont si discrètes qu’il passe presque inaperçu. Le calice est velu et comporte dix nervures. 


 

Silene gallica1                            

                                                                              El Haouaria : 27 mars 2011

 

Ce Silene gallica  a été remarqué au nord du Cap-Bon, dans les environs de la ville d’El Haouaria, lors d’une sortie organisée par l’AAB (Association des Amis du Belvédère), sortie dont l’objectif était la recherche d’orchidées et l’observation des vols de rapaces migrateurs. A l’endroit de la pause choisi comme le plus convenable pour guetter les rapaces est apparu, immobile sur une grosse pierre, l’insecte, une sorte de sauterelle assez bizarre, représenté ci-dessous. La photo en a été prise par Mme Najette Khefacha qui nous la communiquée et a bien voulu nous  autoriser à la publier dans ce blog. Peu versés dans l’entomologie, il nous a été difficile d’en proposer une diagnose précise. Des recherches sur Internet concernant les orthoptères (criquets, mantes, grillons…),  nous ont orientés vers la famille des Tettigoniidae, sous-famille des Ephippigerinae, caractérisée par des ailes très réduites. Nous avions d’abord pensé avoir affaire à l’éphippigère de la vigne, Ephippiger ephippiger (Fiebig) qui est, dans ce groupe, l’insecte le plus souvent mentionné. Cependant, cette dernière espèce est réputée être européenne ; de plus, l’éphippigère femelle possède un oviscapte (appendice abdominal en forme de sabre qui lui sert à déposer ses œufs) nettement plus long que celui qui apparaît sur notre photo, aussi pensons-nous  que notre insecte devrait plutôt se rapporter au genre Uromenus, sans qu’il nous soit possible de proposer une détermination spécifique. Notons cependant qu’une espèce d’Uromenus a bel et bien été découverte au Cap-Bon, il s’agit d’Uromenus (Steropleurus) nerii nerii (Vosseler, 1902) ; s’agit-il de notre spécimen ? Sans documentation concernant cette espèce il ne nous est pas possible d'en décider.

 

 

 

sortie-El-Haouaria-006.JPG

 

sortie El Haouaria 007

 

                                                                             El Haouaria : 27 mars 2011

 

 

Silene nicaeensis  ALL. = silène de Nice  

 

                BARDIN P. L. (1898) : 186

                BAYER E. & al. (1990) : 24, 25

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 199, 131

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 346 , pl 30, fig.910

 

Silene-nicaeensis.jpg

                          

                                                                          Tunis,route X :18 mars 97

 

Ce silène se reconnaît à ses pétales profondément échancrés.

 

 

Silene tunetana MURB. = silène de Tunisie :  

 

                CAREME Cl.  (1990) : 123 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 203, 133

 

silene-tunetana.jpg

                                                     

                                                                         Tunis, cité El Khadra : 31janvier 97

 

Ce silène, endémique de Tunisie et de l’est algérien, se caractérise par sa « corolle d’un rose intense avec un anneau pourpre foncé autour de la corolle » (POTTIER-ALAPETITE G. 1979-1981). 

 

 

Spergularia marginata  KITTEL (= S. media PERS) = spergulaire marginée

 

                BARDIN P. L. (1898) : 188 (S. media PERS.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10, spergulaire marginée

                LE FLOC’H E. (1983) : 90

                POLESE J.M. (1977) : n° 80

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 151, 103

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 323

 

Spergularia marginata

                        

                                                           Ports puniques (Tunis, banlieue nord) : mars 97

 

Spergularia-marina-copie-1.jpg

 

Les spergulaires contrairement aux spergules dont les feuilles sont régulièrement verticillées, ont des feuilles opposées ou verticillées d'un seul côté dela tige. Pour Spergularia marginata les sépales sont plus courts ou de même longueur que les pétales. C'est le contraire pour Spergularia marina.

 

Stellaria media (L.) =  mouron blanc ou mouron des oiseaux  =   سيبانة الظل (sibanet-ed-dhell),  مشيطة (moschita) 

 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 50, 53

                BARDIN P. L. (1898) : 187

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 10

                CAREME Cl.  (1990) : 184, 185 =  سيبانة الظل (sibanet-ed –dhell),  مشيطة (moschita)

                POLESE J.M. (1977) : n° 177

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 163, 109

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 330

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 115, fig.252 = moschita

 

Stellaria media

                                                      

                                                                                    Tunis, (INRA) : mai 97

 

Cette plante est appelée mouron des oiseaux car ceux-ci se nourrissent de ses graines. Les feuilles de Stellaria media sont comestibles. 

Une autre plante, mais relevant d’une autre famille, à fleurs rouges ou bleues, Anagallis arvensis, est, elle aussi, appelée mouron de par la ressemblance de son port et de ses feuilles avec Stellaria media. On les trouve d’ailleurs dans les mêmes lieux. 

 

 Silene sp. 1

 

Silene rubella

 

 

Silene sp.2

 

Silene rubella2

 

 

                                                  Tunis, quartier Belvédère : 18 mars 1997

 

Sur le web, des fleurs semblables à celle représentée ci-dessus ont été identifiées comme Silene rubella. Mais cette espèce  n'est pas mentionnée dans la flore tunisienne. De plus, il semble que cette combinaison ne soit pas valable sur le plan taxonomique. Aussi préférons-nous, au moins provisoirement, maintenir notre silène en nomenclature ouverte.

 

 

Gen. indét., sp. indét.

 

image0-20.jpg                        

                                                                                  Ghar El Melh : fin avril 2007

 

Fleur élégante qui attend sa détermination


 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 



 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 17:59

ANGIOSPERMES

 

Quelques Rafflesiacées, Fagacées et Urticacées

 

Fam. Rafflesiacées

 

Le genre Rafflesia, qui a donné son nom à la famille, a la particularité de comporter des espèces indonésiennes, telles que R. arnoldii R. Br. dont les fleurs géantes peuvent atteindre 1 mètre de diamètre et peser plusieurs kilos. Cette famille de plantes toutes parasites n’est représentée en Tunisie que par un genre et une espèce uniques, Cytinus hypocistis L.

 

Cytinus hypocistis L. = cytinet des cistes :

 

                BAYER E. & al. (1990)*** : 18, 19

                BENISTON NT &WS (1984) : 157

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 41

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 69

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 76, 78

                LE FLOC’H E. (1983) : 159

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 50, 51

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.10

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 30, 26

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 282, pl.21 fig.712

                SBF Tunisie 2006 : C. hypocistus subsp. ochraceus : 386 

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 72, 73

 

 

image0-70.jpg

                          Jebel Guitoun : 20 mars 98

 

Il parasite les plantes de la famille des cistes ; comme il puise ses ressources sur la plante parasitée à l’aide de suçoirs, il est dépourvu de racines et ses feuilles, sans chlorophylle, sont réduites à de simples écailles. Ses couleurs très vives attirent agréablement le regard. On a distingué différentes sous-espèces, chacune d’entre elles parasitant un type donné de cistacées.

 

Fam. Fagacées         

 

Quercus coccifera L.= chêne kermès = كشريد (kichrîd), بلّوط (balloute)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, chêne coccifère, بلّوط (balloute)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 36

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 119

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 67

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 69, 74

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = كشريد (kichrîd)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 100, fig. 8 A et B, pl. 35-36

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 220, 221

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.2-320

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 15, 15, fig. p.13

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 62, 63

 

numérisation0017

                        Raf-Raf 8 décembre 1996

 

 

image0-29.jpg

                           Région de Grombalia: 16 nov.2003

 

Par ses dimensions modestes,  ce type de chêne a plus l’apparence d’un arbuste que d’un arbre véritable. Ses feuilles persistantes sont finement bordées de dents épineuses. A noter les pointes sur les écailles de la cupule enveloppant la base du gland.

 

Quercus ilex L. = chêne vert ou yeuse = بلّوط  (balloute)

 

Cet arbre est présent dans la Dorsale  Tunisienne, à des altitudes dépassant les 400 m. Nous n’en avons pas pris de photo dans son milieu naturel. Cependant, une grande portion de l’avenue de la Liberté, une des artères principales de Tunis, est bordée de chênes que nous rapportons à Quercus ilex ou, très probablement, à un cultivar.  Il en sera question dans un article ultérieur consacré aux plantes cultivées, ornementales ou arbres d’alignement.

 

Quercus suber  L.= chêne liège = فرنان (fernane)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 12, 13

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, فرنان (fernane)

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 117

                COOMBES A.J. (1993 éd. franç.) : 172

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 69, 14

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°293

                LE FLOC’H E. (1983) : 72 = فرنان (firnân)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 91, fig. 8A, pl. 34

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 220, 221

                POKORNY J. (1987-5è éd. 1995) : 196, 197

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.6, pl.2-319

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 12, 14

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 264, pl.19 fig.655

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 64, 65

 

 image0-27                                                   Région du Mornag : 16 nov. 97

 

 

P1000916 

Hammam Bourguiba   janvier 2oo8 : amas de liège 

 

 

P1000908

                                                   Hammam Bourguiba  janvier 2008 : amas de liège

 

Le chêne liège est abondamment représenté dans le nord-ouest tunisien, principalement dans la forêt dense d’Aïn Draham où il est exploité. Il devait autrefois recouvrir de bien plus vastes provinces où il subsiste à présent, comme dans la région de Mornag, sous forme de relique.

 

Fam. Urticacées

 

Parietaria diffusa MERTENS = P. officinalis auct. = pariétaire officinale = لبيدة (lbida) perce muraille 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 474

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, pariétaire officinale, لبيدة (lbida)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 38

                POLESE J.M. (1977) : n° 354 (P. officinalis)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 23, 21(P. officinalis)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 279 (P. officinalis)

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69

 

image0-60-copie-1.jpg

  Tunis, cimetière du Borgel : 6 mars 97

 

Parietaria-diffusa-1.JPG

                         Tunis quartier Belvédère  :  mars 2011

 

Parietaria-diffusa-2.JPG

                        Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

Cette plante affectionne les décombres ; ses feuilles sont alternes et non dentées. Bien qu’appartenant à la même famille que les orties, elles sont dépourvues de poils urticants.

 

 GENRE URTICA

 

Les orties n’ont pas bonne réputation. Autrefois en culottes courtes, les jeunes enfants apprenaient vite à reconnaître leur feuillage et à se tenir à distance de ces plantes urticantes aux piqûres douloureuses.

Pourtant elles possèdent des vertus médicinales connues depuis la plus haute antiquité. De plus, ses jeunes pousses servent à faire de délicieux potages et pourraient même se consommer crues en salade.

Pour éviter de polluer les sols par des engrais chimiques, on peut utiliser le purin d’ortie : son utilisation fortifie les plantes et les rendent plus résistantes aux maladies. Il peut servir aussi à éloigner certains insectes, en particulier les pucerons.

 

Urtica membranacea Poir. = ortie à chatons membraneux = حريقة (h’orriqa)

                           

                BARDIN P. L. (1899) : 473

                BAYER E. & al. (1990) : 14, 15 (Urtica dubia Forsk.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, حريقة h’orriqa

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37 (Urtica dubia Forsk.)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 222

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 19, 18 (Urtica caudata Vahl)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278, pl. 20, fig. 700

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69 (U. dubia Forsk.)

 

 

IMG_1114.JPG

 Tunis, quartier Belvédère : février 2011

 

Urtica-dubia3.JPG       épi mâle Um bis

 épi mâle : vue de dessus                                                                               épi mâle : vue de dessous

 

 

 

U.M Pied femelle                                                   Tunis, quartier Belvédère,:mars 2011 : pied femelle

 

IMG 1255

Tunis, quartier du Belvédère : épi femelle

 

 

Urtica membranacea = U. caudata = U. dubia est une espèce typiquement méditerranéenne.

Reconnaissable aux longues panicules de ses fleurs mâles, cette ortie peut présenter des formes dioïques ou monoïques. Dans la forme monoïque les épis femelles  de forme cylindrique sont en dessous des épis mâles. Pour la forme dioïque les épis mâles et les épis femelles sont sur des pieds distincts.

 

Urtica pilulifera L. = ortie à pilules = حريقة (h’orriqa)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 473

                BAYER E. & al. (1990) : 14, 15

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, حريقة (h’orriqa)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37

                LE FLOC’H E. (1983) : 73 =  حريقة (hurrîqa)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 222, 223 (U. pilulifolia)

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.12-373

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 20, 18, fig. p.19

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278, pl.20 fig.698

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 68, 69

 

image0-58 

                                                     Tunis janv.1997

 

 

 

 

 

 

Utica pilulifera 4 

                        route de Bizerte : mars 1997

                                     

Urtica pilulifera, appelée parfois ortie romaine, est une espèce méditerranéenne au feuillage particulièrement décoratif qui ne déparerait pas dans un massif ou dans une composition florale. Elle est facilement reconnaissable par ses fruits en boules.

 

Urtica urens L. = ortie brûlante ou petite ortie = حريقة (h’orriqa)

 

             BARDIN P. L. (1899) : 473

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 8, h’orriqa

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 37

                CAREME Cl.  (1990) : 354, 355

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 18, 18

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 278

                STARY F. (1992) : 204, 205

 

 

IMG 1246-copie-1

                                                        Tunis quartier Belvédère : mars 2011

 

 

 IMG 1248

Tunis, quartier Belvédère : mars 2011 

 

IMG 1244

Tunis, quartier Belvédère : mars 2011

 

   Cette espèce d’ortie possède des petites feuilles très urticantes. Ses fleurs, mâles et femelles, sont mêlées dans de petits chatons. Sa racine pivotante la différencie d’Urtica dioica L. aux racines étalées. Cette dernière, quatrième espèce d’ortie signalée dans les flores tunisiennes, n’a pas encore été identifiée par nous avec certitude.

 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 15:42

Le 3 mars 2011 

 

 

 

 

ANGIOSPERMES

 

Quelques Lauracées et Renonculacées

 

Après les Gymnospermes (dont nous avons précédemment illustré quelques genres et espèces), le deuxième sous-embranchement des phanérogames ou végétaux supérieurs qui va dorénavant  retenir notre attention est celui des angiospermes, plantes dont « les ovules sont toujours renfermés dans un organe creux, le pistil, qui occupe le centre de la fleur et se transforme à maturité en un fruit contenant les graines qui proviennent du développement des ovules fécondés » (OZENDA 1991***). Nous abordons successivement les deux classes, dicotylédones puis monocotylédones, grosso modo dans l’ordre des familles suivi par OZENDA 1991, sans toutefois nous attarder à préciser leur appartenance aux catégories de rang supérieur, sous-classes et ordres.

 

Dicotylédones

 

 

            Fam. : Lauracées

 

            Laurus nobilis L. = laurier-sauce = رند (rend)

 

                BARDIN P. L. (1899)*** : 359 

                BARTELS A. (1994) : 176

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 12 , رند 

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 188

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n° 131

                LE FLOC’H E. (1983) : 96, rend  رند

                OZENDA P. (1991) : 192

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 164

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 86, 87

 

Associé depuis l’antiquité à toutes les distinctions honorifiques, le laurier peut se targuer également d’appartenir au peloton de tête des  familles qui, chez OZENDA 1991, inaugure la classe des Dicotylédones. Plus prosaïquement, dans tous les pays méditerranéens, et en Tunisie particulièrement, il est bien connu de tous. Ses feuilles, vendues sur branches ou en sachets dans tous les marchés, apportent à de multiples préparations culinaires (la sauce tomate en particulier) un arôme très apprécié.

Cet arbre est fréquemment cultivé aussi, sans être allés le rechercher dans les zones humides où il  se complait, avons-nous pris ces photos dans un jardin de Tunis.

 

IMG 1031

Jardin quartier Belvédère février 2011

 

IMG_1035.JPG

Jardin quartier Belvédère février 2011

 

IMG_1038.JPG

Jardin quartier Belvédère : 2 février 2011

 

 

Fam. :  Renonculacées

 

Adonis annua  L. = adonis d’automne = ain-el-hajla

 

                BAYER E. & al. (1990) : 30, 31

                BENISTON NT &WS (1984) : 216

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 59

                CAREME Cl.  (1990) : 310, 311 = ain-el-hajla

                LE FLOC’H E. (1983) : 95

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 130, 131

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.32

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :162

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :368, pl.32 fig.972

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 84, 85

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 137, fig.303 = aïn hajla

 

La couleur rouge sang des adonis a inspiré la légende mythologique ; ces fleurs seraient apparues comme autant de gouttes de sang sur les lieux où la divinité éponyme aurait été tuée par un sanglier furieux.

 

image0-13

Jebel Gorâa : 20 mars 96 

 

Adonis-annua1.jpg

Région de Grombalia  : 9 mars 1997 

Adonis-annua2.jpg

Tunis Notre-Dame 17 mars 1997

 

 

Adonis annua3

Oudna 2 mars 1999 

 

            Delphinium peregrinum  L.  = pied d’alouette = شبور الفارس  (chbour el farès)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 98

                BENISTON NT &WS (1984) : 277

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 11, pied d’alouette vagabonde, شبؤر الفارس chbour el farès

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 90

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.4-329

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 230, 149

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 364, pl.32 fig.956

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 82, 83

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 133, fig.291 = kraâ djaja

 

image0-14.jpg

Raouad (Banlieue nord Tunis) : 26 mai 96

 

 

            Nigella damascena L. = nigelle de Damas = حبّة السودة  (habbet essouda)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 98

                BAYER E. & al. (1990) : 28, 29

                BENISTON NT &WS (1984) : 215

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 11,  حبّة السودة habbet essouda

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 55

                CAREME Cl.  (1990) : 314, 315 = sinouj

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : page couverture

                GOUNOT M. (1995) : 140

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 90

                LE FLOC’H E. (1983) : 93

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 14, 15

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 225, 145

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 367, pl.32 fig.965

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 80, 81

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 77

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 135, fig.296 = sinouj

 

Fréquemment rencontrée dans la campagne, elle est aisément reconnaissable par son feuillage et ses bractées très finement découpés qui forment un bel involucre autour de la fleur. On trouve dans les boulangeries de Tunisie des variétés de pains traditionnels dont la surface est joliment parsemée de petites graines noires de nigelle, plus communément appelée „sinouj. Elles proviennent d'une espèce cultivée Nigella sativa L.

 

image0-15.jpg

Tunis, parc du Belvédère : avril 96

 

Nigella hispanica  L.  = nigelle d’Espagne  = حبّة السودة (habbet essouda)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 98 

                BAYER E. & al. (1990) : 28, 29

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 11, حبّة السودة habbet essouda

                CAREME Cl.  (1990) : 314, 315 = sinouj, hebb es souda

                GOUNOT M. (1995) : 140

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 222, 144, fig. p.150

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 367, pl.32 fig.967

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 135, fig.299 = sinouj

 

image0-16.jpg

Banlieue sud de Tunis (Oued Miliane) : 22 mai 96

 

Ranunculus aquatilis = renoncule aquatique

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 58 

                KRISA B.  (1982) : 149 

                POLESE J.M. (1977) : 186, 126, 127 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 237, 255

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :980, 370

 

 

image0-18 

Route de Raouad : 10 mars 1999

 

 

Ranunculus  bullatus L. = renoncule à feuilles bosselées = ابن نعمان (ibn no’man)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 97

                BENISTON NT &WS (1984) : 56

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 11, r. à feuilles bullées, ابن نعمان ibn no’mane

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 61

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 92

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 241, 156, fig. p.150

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 370

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 86, 87

                ZOUARI T. (1981) : t.1, 141, fig.316

 

 

numérisation0020 

 Tunis (parc du Belvédère) : mars 98

 

Ranunculus muricatus L. = renoncule muriquée = كف جرانة (kef jrana)

 

                BARDIN P. L. (1898) : 98

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 11, , pied de coq, كف جرانة (kef jrana)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 247, 159

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) :991,373

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 86, 87

 

IMG 1042

Tunis, quartier du Belvédère février 2011  (feuillage de la 1ère année)

 

 

 

 

 

 

IMG_1039.JPG

Tunis, quartier du Belvédère : février 2011

 

IMG_1059-copie-1.JPG

Tunis quartier Belvédère 2/3/2011

 

Ranunculus spp. 

 

image0-17.jpg

Belvédère mars 1998

            

numerisation0021.jpg

Jebel Mekki   29 avril 1997 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 19:24

 

  Quelques gymnospermes 

 

Ce sous-embranchement comporte essentiellement des plantes ligneuses à fleurs unisexuées ; les fleurs femelles ont « des carpelles ouverts montrant leurs ovules à nu » (Cuénod & al. 1954).

 

Nous ne revenons pas sur les arbres de cette catégorie utilisés comme plantes d’ornement dans Tunis et banlieue, illustrés précédemment. Il s’agit de Cycas revoluta,  Araucaria heterophylla, Pinus halepensis, Cupressus sempervirens et Platycladus horizontalis.

 

Famille : Cupressacées

 

Tetraclinis articulata   (VAHL)*** = faux thuya ou thuya de Berbérie, عرعار (‘ar’ar) : 

               

                BARDIN P. L. (1899) : 485 Callitris quadrivalvis RICH.

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 3, Callitris articulata,  thuya articulé, عرعار (‘ar’ar)

                CUENOD A. & al. (1954) : 30, 26,  fig.11 Callitris articulata

                LE FLOC’H E. (1983) : 36 = ‘ar’âr (Callitris articulata)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 56, fig. 1, pl. 16,20A

                OZENDA P. (1991) : 90-91

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 34, pl. 2, fig.46 Callitris articulata (VAHL)

 

Son aire de distribution est limitée à l’Afrique du Nord, Malte et le sud de l’Espagne. On le trouve indifféremment sur des sols calcaires ou siliceux mais bien drainés et uniquement à une altitude inférieure à 1500m.

 

 

image0-4.jpg

Jebel Nahli : 30 nov. 96

 

 

image0-5.jpg 

 Jebel Behlil : 24 octobre 2004 

 

  

numerisation0004.jpg

Tunis Belvédère  novembre 1996

  

 

Callitris-articulata2.jpg

Tunis Bevédère mai 1996 

 

 

 

Juniperus oxycedrus L. = genévrier oxycèdre :  طاقة (taga) 

               

                BAYER E. & al. (1990) : 10, 11

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 3, طاقة (tâga)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 34

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 76

                COOMBES A.J. (1993 éd. franç.) : 47

                CUENOD A. & al. (1954): 31, 27

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 66, 67 (J. oxycedrus macrocarpa)

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) : n°21

                LE FLOC’H E. (1983) : 38 = طاقة (tâga), taggâya

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 60, طاقة (tâga) fig. 2, pl. 17-19

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 208

                OZENDA P. (1991) : 90

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.1-313

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 36 , pl.2, fig. 48

                SBF Tunisie 2006 : 26

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 60, 61

 

 

Le Juniperus oxycedrus ou arbre à cade est un arbuste à petites feuilles en aiguilles verticillées par trois qui comportent deux bandes blanches en dessous. Il est dioïque, c’est-à-dire que fleurs mâles et fleurs femelles poussent sur des pieds distincts. Les fruits sont de petits cônes à écailles collées (galbules), verts puis d’un brun-rouge brillant. Ils sont comestibles frais, servent à la fabrication d’une eau-de-vie et sont utilisables comme aromates.

Le Juniperus oxycedrus est employé en pharmacologie. L’huile de cade tirée de son bois ou de ses racines est utilisée surtout en dermatologie. Il est utilisé comme vermifuge et antimite.

 

image0-9.jpg

 Ghar el Melh : 12 oct. 97 

 

Juniperus-oxycedrus.jpg

Ghar el Melh 12 octobre 1997 

 

Juniperus phoenicea  L. = genévrier de Phénicie : عرعار (arâar)

 

                BAYER E. & al. (1990) : 10, 11

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 3, عرعار (arâar)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 34

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 33 عرعار (arâar, afess)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 66

                CUENOD A. & al. (1954): 32, 28

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 66, 67

                LE FLOC’H E. (1983) : 39 = عرعار (’ar’âr)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 62, fig. 3, pl. 17, 18, 20 عرعار

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 208, 209

                OZENDA P. (1991) : 91

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.2

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 36, pl. 2, fig50

                SBF Tunisie 2006 : 25, 134, 385

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 60, 61

 

 

Le Juniperus phoenicea se distingue du précédent par ses petites feuilles imbriquées sur 4 ou 6 rangs d’un bleu vert ressemblant à des écailles (feuilles squamiformes). C’est, lui aussi, un arbuste dioïque. Les fruits sont des galbules verts puis marron-rouge. Feuilles et fruits sont toxiques même si cet arbuste trouve une utilisation pharmaceutique.

 

 

image0-10 

Cap Bon , Douala : 26 oct. 97  

 

Famille Ephédracées

 

Des quatre espèces d’Ephedra recensées en Tunisie par CUENOD  & al. (1954), nos sorties dans les environs de Tunis ne nous en ont fait observer qu’une seule.  

 

Ephedra  cf. fragilis Desf. = Ephèdre fragileعلندة (alenda)

 

 

                BAYER E. & al. (1990): 10 ; 11

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 3, علندة (alenda)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 35 

                CUENOD A. & al. (1954): 39, 32 

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962)  : 41

                SBF Tunisie 2006 : 515

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 60

 

Ephedra fragilis est une plante buissonnante dioïque, grimpante ou rampante, pouvant atteindre jusqu’à 5m de hauteur. Les feuilles sont peu visibles. La fleur femelle donne deux graines entourées de bractées qui deviennent rouges et charnues formant un pseudo fruit.

 

image0-40.jpg

Gammarth : 6 juin2006, pied mâle

 

 

image0-39.jpg 

Gammarth : 6 juin 2006, pied mâle

 

 

image0-38

Gammarth 6juin 2006,  pied femelle

 

 

 

 

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et surtout les considérations botaniques et environnementales qui s’y rapportent. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 15:47

 

IMAGES DE LA FLORE TUNISIENNE

(article 6)

 

Quelques cryptogames

 

Nous interrompons provisoirement le recensement des arbres et autres plantes d’ornement visibles dans la proche banlieue de Tunis pour aborder les plantes dites sauvages rencontrées dans la nature, celles qui réellement représentent la flore tunisienne. Nous ne nous sommes occupés que des végétaux vascularisés encore dits supérieurs. C’est dire que des pans entiers de la vie végétale ne seront pas évoqués dans ce blog. Ce sera le cas, en particulier, de la flore marine (algues vertes, brunes ou rouges), des mousses et également des champignons (l’appartenance de ces derniers au règne végétal leur est d’ailleurs de plus en plus déniée). Cette exclusion des plantes non vasculaires est due principalement à notre incompétence dans ce domaine. On peut dire aussi qu’elles ont échappé à notre observation ou qu’elles n’ont pas été activement recherchées.

 

Cependant, et comme un unique clin d’œil fait à ces deux grands groupes que sont les algues et les champignons, voici deux photos d’un très banal lichen que nous ne nous hasarderons pas à déterminer et qu’on remarque fréquemment encroûtant les rochers. Les lichens, on s’en souvient, sont formés par la très étroite association, pour leur bénéfice mutuel, d’une algue et d’un champignon vivant en symbiose.


 

Lichen.JPG

mai 2010

                        

                             Lichen-

                              mai 2010


 

 

 

Nous présentons dans cet article deux plantes vasculaires qui ne produisent pas de fleurs entrant donc dans la catégorie des  cryptogames vasculaires. Avec d’autres plantes actuelles ou fossiles CUENOD et al. (1954) et OZENDA (1991) les regroupent sous la dénomination « Ptéridophytes ». Il n’est peut-être pas inutile de rappeler la définition des cryptogames ; ce sont des plantes dont les organes reproducteurs sont peu apparents (LE PETIT ROBERT 2007).

 

 

1- Selaginella denticulata P. Beauv. = sélaginelle denticulée

 

Fam. : Sélaginellacées

 

                CUENOD A. & al. (1954)*** : 27, 20, 21

                BAYER E. & al.(1990)  : 8, 9

 

Cette espèce rampante et aplatie est la seule de ce genre et de cette famille signalée en Tunisie (CUENOD A. & al. 1954). Nous l’avons observée fixée sur des rochers humides.

 


image0-51-copie-1.jpg

Jebel bou Kornine 13 fév. 2006 

 

 

2- Asplenium ceterach L. = capillaire dorée

 

Fam. : Aspléniacées

 

                    BOUARROUJ N et al. (non daté) : 2, capillaire dorée

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 65 (Ceterach officinarum)

                CUENOD A. & al. (1954): 8, 11.  = Ceterach officinarum (Willd) 

                LE FLOC’H E. (1983) : 35 (hachichet ez-zhahab)

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 206, 207 = Ceterach officinarum 

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 25, pl.1 fig. 12

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 56 Ceterach officinarum DC., 57

 

Habituellement, dans l’esprit de la majorité des tunisiens, les fougères sont associées aux forêts denses de chênes-liège de la région d’Aïn Draham, dans le nord-ouest du pays. Parce qu’elles y abondent. Or, parmi les 23 espèces de la classe des Filicinées distinguées en Tunisie par CUENOD & al. (1954), Asplenium ceterach est une des rares fougères que l’on peut observer communément sans trop s’éloigner de Tunis ; sa présence, sur des rochers, est en effet signalée aussi bien au Jebel Bou Kornine qu’au J. Ressas. Leurs frondes (c’est ainsi qu’on dénomme les feuilles de fougères) sont découpées mais sans atteindre l’aspect finement persillé de bien d’autres fougères.


 

image0.jpg

  Mornag 16/11/1997


 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et surtout les considérations botaniques et environnementales qui s’y rapportent. 

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article