Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 16:44


 

En suivant grosso modo l’ordre naturel des familles proposé par OZENDA il sera ici question de plantes d’apparence assez modeste, aux fleurs généralement peu attrayantes. 

Aïzoacées : 

Cinq genres de cette famille aux fleurs apétales sont signalés en Tunisie (POTTIER-ALAPETITE, 1979)***.  Dans le genre Mesembryanthemum, des trois espèces citées, celle ici représentée est à présent rattachée au genre Carpobrotus. 

 

Carpobrotus edulis (L.)= figue marine = شرببو (charbabou) :

 

                BARDIN P. L. (1898)*** : 510 : Mesembryanthemum edule

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 184 = شرببو (charbabou)

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) :77,.82

                LIPPERT W. & PODLECH D.  (1994) : 126, 127,

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.13

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 81 : Mesembryanthemum edule

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 310 : Mesembryanthemum edule

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 76,

 

Cette plante qui, par ses feuilles épaisses et charnues, a un aspect de cactée, est originaire d’Afrique du sud (d’où son autre appellation « figue des hottentots »). Naturalisée sur le pourtour de la Méditerranée elle a, en particulier été plantée pour fixer les zones meubles telles que  dunes et talus de chemin de fer (CHAIEB & BOUKHRIS  1998).  Elle est assez remarquable par ses feuilles opposées, à section triangulaire, et ses grandes fleurs à très nombreux staminodes (étamines stériles d’allure pétaloïde).

 

Carpobrotus-edule.jpg

 Tunis, Quartier Belvédère, mai 2001

 

  

Carpobrotus-edule--2-.jpg 

Raouad  juin 92 

 

Amaranthacées                  

 

Seul le genre Amaranthus, qui a donné son nom à  la famille,  a fait l’objet d’observations. Les amarantes, plantes annuelles qui apparaissent comme des mauvaises herbes des bords des chemins et des terrains vagues, sont cultivées sur plusieurs continents : Asie, Afrique, Amérique. Probablement originaires d’Amérique, où elles ont joué un rôle important alimentaire, médicinal et même rituel dans les civilisations indiennes, on pense qu’elles se sont répandues sur les autres continents en périodes coloniales. Jusqu’à présent, en Amérique latine comme en Asie (Inde, Népal), mais guère en Afrique, certaines espèces sont cultivées pour leurs graines consommées grillées ou sous forme de farine.

 

Amaranthus angustifolius Lamk. = amarante à feuilles étroites

 

                LE FLOC’H. E. (1983) : 86

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 110, 75 = A. sylvestris Desf.


 image0-32 

Tunis, Cité Jardins : 17 juin 2003

 

Amaranthus blitum L. = amarante blette, poirée

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) :  113, 76. A. lividus L. var. ascendens (Lois.)

 

La plante que nous attribuons à cette espèce se retrouve très fréquemment sur les trottoirs de Tunis et de sa banlieue. Cependant, la caractéristique qui nous a frappés, à savoir une ligne blanchâtre à l’intérieur des feuilles  épousant plus ou moins leur contour ne semble pas être signalée dans les documents consultés.

  

image0-31.jpgTunis, Cité Jardins : 17 juin 2003

 

Amaranthus cf. retroflexus L. = amarante réfléchie:

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 108, 75

 


image0-46.jpg

 Banlieue nord Tunis (Salammbô) : 14 oct. 97

 

Amaranthus  cf. cruentus L. = amarante rouge

 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) (A.hybridus L. ssp. cruentus (L): 107, 73, fig. p.74

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : (A.hybridus L. ssp. cruentus (L)) 306 

Cette plante, originaire d’Amérique, a été introduite il y a fort longtemps et colonise à présent presque tous les continents. Amaranthus cruentus est le principal légume-feuilles dans plusieurs pays de l’Afrique (Bénin, Togo, Sierra Leone) et certains pays d’Asie ses feuilles sont  consommées comme des épinards.

 

image0-45.jpg

 Tunis, cimetière du Borgel : 6 mars 97

  

 

 

Chénopodiacées

 

Contrairement à la classification traditionnelle ici adoptée, tous les genres  inclus dans cette famille sont à présent, dans la classification phylogénétique, considérés comme appartenant à la famille des amaranthacées.  

 

Arthrocnemum indicum (WILLD.) =  arthrocnème 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 357 (A. macrostachyum MOR. et DELP.)

                LE FLOC’H E. & al.(1989) : 120, fig. 13

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 84, 57, fig. p.58

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 293, pl.23 fig.745

 

image0-48.jpg

 Banlieue nord Tunis, Raouad : 10 déc. 96

 

 

Chenopodium album  L. = ansérine farineuse =  ركاب الجمل, ياجومة  (rokab-el-jamel, yajouma)   

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 357

                BARDIN P. L. (1899) : 357

                CAREME Cl.  (1990) : 200, 201 = Chénopode blanc = ركاب الجمل ياجومة   (rokab-el-jamel, yajouma)

                LE FLOC’H E. (1983) : 79

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 63, 48

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 292, pl.22 fig.739

 

image0-50.jpg

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Chenopodium ? sp.

 

image0-51

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Salicornia europea  L. = salicorne herbacée 

 

                AICHELE D. & R. et  SCHWEGLER H.W. & A. (1981, 3è éd. 1991) : 356

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 43

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 77, 79

                POLESE J.M. (1977) : n° 359

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 85, 59

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 293, pl.23 fig.746

 

image2

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord Tunis) : 10 déc. 96

 

Salsola kali  L.= soude épineuse: تسومة (tasmouma)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 358

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 44

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 191 = تسومة (tasmouma)

                LE FLOC’H E. (1983) : 82

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 226, 227

                POLESE J.M. (1977) : n° 361

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 93, 63

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 302

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 74, 75

 

image0-47

 Environs Tunis (Sebkha de l’Ariana) : 10 déc. 96

 

Suaeda vera J.F. Gmelin = soude buissonneuse: حبة السودة , سويدة (habbet essaouda, soueda) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 358 Suaeda fruticosa  (L.)

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 9, soude ligneuse, souida Suaeda fruticosa  (L.)

CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 194 Suaeda vera GMELIN, حبة السودة  سويدة (habbet essaouda, soueda)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 70 Suaeda fruticosa  (L.)

                LE FLOC’H E. (1983) : 82 Suaeda fruticosa  (L.)

                LE FLOCH E. et al. (1989) : 121, pl. 39 Suaeda fruticosa  (L.)

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 90, 61 Suaeda fruticosa  (L.)

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 302, pl.25 fig.767 Suaeda fruticosa  (L.)

 

image0-49

 Sebkha de l’Ariana (banlieue nord de Tunis) : 10 déc. 96

 

 

*** Toutes les références bibliographiques sont mentionnées en fin de notre article du 28 octobre 2010 (« Arbres et arbustes du côté d’El Menzah article 2 et ouvrages consultés »). Elles permettent de trouver d’autres illustrations des espèces ici figurées et tous les développements botaniques, écologiques et ethnobotaniques qui s’y rapportent. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires