Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:46

 

Ericacées         

 

Seulement deux genres et quatre espèces de cette famille sont présents en Tunisie (POTTIER-ALAPETITE G. 1979-1981) ***. Une des trois espèces d'Erica n'est pas présentée ici.

 

Arbutus unedo L. = arbousier  بوجبيبة حمرا (bou jbiba h’amra) 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 195

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 50

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25 بوجبيبة حمرا (bou jbiba h’amra)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 167

                CASTRILLON B.V. (1988) : 58-59

                CHAUMETON H. & DURAND R. (1988, éd. 1990) : 274

                COOMBES A.J. (1993 éd. Franç.) : 143

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 191

                LANZARA P. & PIZZETTI M. (1994) :n°185

                LE FLOC’H E. (1983) : 190 = بوجبيبة حمرا (bujbîba hamra)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 188, 189

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.119

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  : 982, 669, fig. p.670

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 721, pl.71 fig.2097

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173


Arbutus unedo L. et Smilax aspera L. J.Khroufa 21-10-2012

 

Jebel Kroufa : 21 oct.2012

 

Arbutus unedo L.   

                     

Cap Bon (près de Korbous) : 9 novembre 2003

 

Les arbousiers, arbustes typiques du maquis méditerranéen, proposent aux randonneurs leurs beaux fruits rouge-orangé. Leur nom en arabe (bou jbiba h’amra) signifie "à la petite jebba rouge". Les plus vieux tunisois se souviennent qu'ils étaient vendus pour une somme très modique, présentés comme un beau collier, enfilés sur un brin d'alfa.

 

Erica  arborea = bruyère arborescente = بوحداد  (bou haddad) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 151

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, bruyère en arbre

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 166

                CASTRILLON B.V. (1988) : 77

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 108

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 34

                LE FLOC’H E. (1983) : 191 = بوحداد  (bou haddad)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 188, 189

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.121

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 984, 671

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 722

                SBF Tunisie 2006 : 17

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173

 

 

B100 Erica arborea

 

                               Jebel Hofrat (Cap Bon) : 2 mars 97

 

Proche des forêts de chênes d'Aïn Draham où prolifère la bruyère arborescente, la ville de Tabarka, en plus de l'artisanat du corail, était renommée pour l'excellence des pipes  fabriquées à partir des renflements ligneux présents dans les racines de bruyère. Il paraîtrait que, récemment, les derniers ateliers de la famille Bouchnak aient cessé de les produire.

 

 

Erica multiflora L. = bruyère multiflore = خلنج (khlenj) = شندق (chendouq) 

 

                BAYER E. & al. (1990) : 128, 129

                BENISTON NT &WS (1984) : 41

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 25, شندق (chendouq)

                COEN M.  &  BOUCHER Ch.  (1995) : 108

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 197, 190

                LE FLOC’H E. (1983) : 190 = خلنج (khlenj)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 198

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 144, 145

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 983, 671, 670

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 721, pl.71 fig.2099

                SBF Tunisie 2006 : 99, 384

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 172, 173

 

005.jpg

 

Bou Kornine : 9 nov.97

 

007-Erica-multifida.JPG

 

      Ghar el Melh : 20 nov. 2011


Solanacées

 

De nombreuses plantes, jouant un rôle essentiel dans les régimes alimentaires de l'humanité, appartiennent à cette famille; citons pour mémoire, la pomme de terre, la tomate, le poivron, l'aubergine... toutes venues du continent américain. Plusieurs espèces, parfois toxiques, ont un usage dans la pharmacopée.

Par contre, la nocivité de certaines autres, comme le tabac, n'est plus à démontrer.

 

Datura metel L. = datura ou pomme épineuse = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

 

                LE FLOC’H E. (1983) : 226 حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318 

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1210, 826

 

014.JPG

 

Tunis, quartier Notre-Dame : 31 oct.2013


Datura-metel--2-.jpg

 

        Tunis, El Menzah : 7 déc. 96

 

012.JPG

 

Tunis quartier Notre-Dame : 31 oct.2013 

 

Datura stramonium L. = pomme épineuse = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BENISTON NT &WS (1984) : 326

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, datura stramoine,

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 205

                CAREME Cl.  (1990) : 352, 353 = jaous mtil

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216

                LE FLOC’H E. (1983) : 225 = حشيشة الفدّة  (hachichet el fadda)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981)  :  1209, 826, 825

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 824, pl.82 fig.2437

                STARY F. (1992) : 92-93

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 54, 55

 

Datura-stramonium.jpg

 

                       Le Kram, banlieue nord de Tunis : 16 nov. 97

 

Le caractère toxique de ces deux espèces de datura qui affectionnent  particulièrement les décombres, est mentionné par LE FLOC’H E. (1983). Leur grandes fleurs blanches en trompette , très ornementales, les font garnir certains jardins.

 

Hyosciamus albus L = jusquiame blanche  

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 174, 175

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, سيكرانة  (sikrana)

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 203

                GUITTONNEAU G.-G. & HUON A. (1992) : 216, 215

                LE FLOC’H E. (1983) : 218 =  سيكرانة  (sikrana)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 318

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.165

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1199, 818

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 824, pl.82 fig.2440

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211

 

003.jpg

 Ports puniques, banlieue nord de Tunis  : 8 fév.97

 

Hyociamus-albus.jpg

 

    Ports puniques, banlieue nord de Tunis : mars 97

 

Hyoscyamus--El-Haouaria-C.JPG

 

El Haouaria : 13 mai 2012


Cette jusquiame, typiquement méditerranéenne, s'observe le plus souvent dans les décombres et les anfractuosités des vieux murs des villes de Tunisie.

 

Lycium europaeum L. = lyciet méditerranéen = سكّوم (sakkûm)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 174, 175

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, lyciet d’Europe

                LE FLOC’H E. (1983) : 217 = سكّوم (sakkûm)

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1196, 816

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 822

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211

 

Lycium-europaeum.jpg

 

                                              Cap Bon, Douala : 30 oct. 97

 

002.JPG

 

Tunis Notre-Dame : 7 nov.2013

 

001.JPG

 

Tunis Notre-Dame : 7 nov.2013

   

Dans beaucoup de haies les lyciets se font remarquer par leurs petites baies globuleuses à ovoïdes d'un beau rouge orangé.

 

Lycium sp.

 

001-copie-1

 

El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

002-copie-1.JPG


El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

004.JPG


El Menzah 5 : 14 nov.2013

 

Dans l'incertitude que cette forme figurée corresponde bien à l'espèce Lycium intricatum Boiss. nous avons préféré la laisser en nomenclature ouverte.

 

Mandragora autumnalis SPRENG. = mandragore d’automne  = تفاح الغولة (tiffah el ghûla,   bid el ghûla, tiffah ejnûn)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 176, 177

                BENISTON NT &WS (1984) : 45

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 204

                CAREME Cl.  (1990) : 348, 349 = bidh-el-goul, tiffah ejnoun, tmatem eddib            

                GOUNOT M. (1995) : 1

                LE FLOC’H E. (1983) : 223 = تفاح الغولة (tiffah el ghûla, bid el ghûla, tiffah ejnun)      

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 36, 37

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1207, 823, fig.p.825

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 823, pl.82 fig.2434

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 212, 213  

 


Mandragora-autumnalis.jpg

 

                              Route Mornag-Grombalia : 28 nov. 97

 

Mandragora-autumnalis-Spreng.--Mornag--28-nov-97-A.jpg

 

Route Mornag-Grombalia : 28 nov.97

 

Mandragora-autumnalis2.jpg

 

                                     Grombalia : 16 nov. 2003

 

Plante vivace du pourtour méditerranéen, la mandragore est connue depuis la plus haute antiquité pour ses propriétés soporifiques et sédatives. Bien que très toxique comme la plupart des solanacées, elle est utilisée en pharmacopée. De plus, supposée posséder des vertus magiques et aphrodisiaques, c'est la plante la plus entourée de superstitions. Rappelons le marchandage serré auquel se sont livrées, dans la Bible, les deux sœurs Léa et Rachel pour se concilier les faveurs de Jacob, leur époux. De nombreux ouvrages traitent de ces croyances moyenâgeuses; parmi les publications qui concernent tout particulièrement la Tunisie, celle de BOUQUET J. (1952) fait autorité : "La mandragore en Afrique du Nord. Bull. Soc. Sci. Nat. Tun, 5, 29-44.

 

 

 

Nicotiana glauca GRAHAM = tabac glauque 

 

                BARDIN P. L. (1899) : 199

                BAYER E. & al. (1990) : 176, 177

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 205

                CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 111 = hchichat eddoukhan,brinbakh             

                LE FLOC’H E. (1983) : 226

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 319

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 88, 89

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : pl.17-400

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1211, 826

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 821, pl.82 fig.2426

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 212, 213

 

Nicotiana-glauca.JPG

 

Oued Fawara Hammamet : 28 oct.2010

 

Nicotiana-glauca.jpg

 

                                      Tunis, la Kasbah : mai 97

 

Cet arbuste, originaire d'Amérique latine, se retrouve aussi bien dans les cimetières et autres terrains vagues de Tunis que dans les lits d'oueds du sud tunisien. Il est bien reconnaissable par ses longues fleurs jaunes, tubuleuses.


 

Solanum laciniatum AIT =  morelle à feuilles laciniées : 

 

 

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1206, 823

 

Solanum laciniatum

 

                                Tunis, El Menzah : 31 janv. 97

 

Curieusement, cette plante assez haute, n'a pas souvent été observée par nous ailleurs qu'à un endroit précis sur la route de Tunis à l'Ariana, face à l'immeuble "Touta"; elle se sera sans doute échappée d'un jardin.


 

Solanum nigrum L. = morelle noire 

 

                AICHELE D. & R. et SCHWEGLER H.W. & A. (1981,3è éd. 1991) : 75                   

                BARDIN P. L. (1899) : 198

                BARTELS A. (1994) : 318

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28, ‘aneb edhib

                CAREME Cl.  (1990) : 350, 351 = aneb -el-roul, aneb eddib, tmatem kleb              

                GOUNOT M. (1995) : 140

                LE FLOC’H E. (1983) : 221 = ‘aneb el ghûl

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 194

                POLESE J.M. (1977) : n° 213

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1203, 821, fig. p.822

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 822, pl. 82 fig.2431

                VETVICKA V.  (1979, 6è éd. 1995) : 74, 75

 

004.jpg


Ports puniques, banlieue nord de Tunis : 9 déc.96


Solanum-nigrum.jpg

 

                        Banlieue nord de Tunis, Raouad : 10 déc. 96

 

 

 

Solanum linnaeianum Hepper & Jaeger = morelle, pomme de Sodome (tiffeh el ghoul)

 

                BARDIN P. L. (1899) : 198 S. sodomaeum L.

                BOUARROUJ N et al. (non daté) : 28 S. sodomaeum L.

                BURNIE D., HALL. D. & ROSE F. (1995) : 204 S. sodomaeum L.

       CHAIEB M. & BOUKHRIS M. (1998) : 112 (tiffeh el ghoul) S.sodomaeum L.

                LE FLOC’H E. (1983) : 223 = tiffah el ghûl S. sodomaeum L.

                LE FLOC’H E. et al. (2010) : 320 S. linneanum Hepper & Jaeger

                LIPPERT W. & PODLECH D.(1994) : 36, 37 S. sodomaeum L.

                POLUNIN O. & HUXLEY A.  (1967) : ph.167, pl.17-399 S. sodomaeum L.            

                POTTIER-ALAPETITE G. (1979-1981) : 1205, 823, fig. p.822 S. sodomaeum L.

                QUEZEL P. & SANTA S. (1962) : 823 S. sodomaeum L.

                SCHONFELDER I. & P. (1989) : 210, 211 S. sodomaeum L.

 

 

Solanum-sodomeum-Metline-2-juin-2013-B.JPG

 

Metline ; 2 juin 2013

 

Solanum-sodomaeum-A-El-Khelifa-26-02-2012.JPG

 

El Khelifa : 26 fév.2010


Solanum sodomaeum B El Khelifa 26-02-2012

   

El Khelifa : 26 fév.2010

 

Solanum-sodomaeum--2-.JPG

 

El Khelifa : 27 fév.2012

_

Cestrum nocturnum L. = jasmin de nuit ou galant de nuit = مسك الليل  (mesk ellil)


Cestrum-nocturnum-.JPG

 

El Menzah 5, novembre 2010

  

Cestrum-nocturnum--.JPG

 

El Menzah 5, novembre 2010


Cet arbuste se trouve dans de nombreux jardins privés et dans ceux de plusieurs grands hôtels du Cap Bon. Ses fleurs blanches libèrent la nuit des effluves suaves généralement très appréciés.

________________________________________________________________________________________

*** La liste des ouvrages de référence   consultés et utilisés est donnée à la fin de l'article du 7 novembre 2012 (Quelques Apiacées). Ces références devraient permettre de trouver d'autres illustrations des taxons cités et surtout les développements botaniques qui s'y rapportent.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hgtunisieflore.over-blog.com
commenter cet article

commentaires